Des rues pour honorer Gerry Rochon et Christian Langevin?

Trois-Rivières — Il y a quelques jours, André Beauchesne a proposé l’idée de nommer deux rues du District 55 en l’honneur de personnalités du monde du sport disparues en 2019, Gerry Rochon et Christian Langevin. Il était loin de se douter que cette suggestion entraînerait une telle réaction sur les réseaux sociaux.

«Quelle surprise! Je voulais simplement profiter de cette pause forcée pour souligner la mémoire de Gerry et Christian, car je crois qu’ils méritent une rue près du nouveau Colisée. Je suis heureux de constater que je ne suis pas le seul à le penser», témoigne le président de la Corporation Sport-Hommage Mauricie, dont le message publié sur Facebook a été partagé par quelque 300 personnes.

Messieurs Rochon et Langevin ont accumulé les implications comme bénévoles pendant plusieurs décennies, que ce soit au hockey, au baseball ou dans la course automobile avec le Grand Prix de Trois-Rivières. Ils ont aussi participé à l’effort de commémoration des grands de l’univers sportif dans la région, par l’entremise de Sport Hommage ou du Temple de la renommée sportive de la Mauricie.

Gerry Rochon s’était fait connaître à l’échelle nationale lors de son passage remarqué à l’émission Tous pour un, à Radio-Canada dans les années 90. Il était la bible des statistiques sportives: plusieurs organisations, le Canadien et la LNH en tête, ont fait appel à ses services au cours de sa vie.

«Un homme qui s’est autant démené pour honorer la mémoire de nos athlètes mérite une immortalisation dans sa ville. Or à l’été 2019, nous avons perdu deux grands bénévoles, coup sur coup. Ce serait symbolique que de rendre hommage à Gerry et Christian en même temps», estime André Beauchesne.

Questionné à ce sujet, le maire Jean Lamarche a reconnu qu’il s’agissait de deux candidatures recevables et qu’il existe un formulaire, sur le site de la Ville de Trois-Rivières, pour remplir une telle demande.

Gerry Rochon

Beaucoup d’appelés, peu d’élus

Une demande officielle sera donc envoyée au comité de toponymie de Trois-Rivières. Onze athlètes, entraîneurs, officiels, administrateurs ou bénévoles, tous des membres décédés du Temple de la renommée sportive de la Mauricie, ont jusqu’ici été honorés ou le seront à travers les nouvelles rues développées dans les quartiers résidentiels du District 55.

Il s’agit de Maurice Campbell, Jacques Plante, Claude Béchard, Jacques Charland, Lucien Laferté, Yvon Lamarche, Marcel Pronovost, André Pleau, Jacques Toupin, Lorne Germain et Guy Boisclair. La plupart des rues sont déjà construites.

«Le nom des nouvelles rues, c’est toujours un sujet émotif. Plus c’est récent, plus il y a de la pression», concède le président du comité de toponymie, le conseiller municipal du district des Estacades Pierre-Luc Fortin.

Le comité a pris les suggestions des administrateurs du Temple de la renommée pour désigner les premières rues du développement résidentiel au District 55. Le tout avait été annoncé il y a deux ans.

«Ce sont les gens du Temple qui ont l’expertise et la banque de noms. Tant que ça respecte nos critères à la toponymie, il n’y a pas de problème. La personne, entre autres, doit être décédée depuis au moins un an.»

Du même souffle, Pierre-Luc Fortin reconnaît qu’il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus en toponymie.

Christian Langevin

«Il faut comprendre qu’on va au rythme du développement de la ville et que de renommer une rue, c’est compliqué. Par contre, toutes les demandes reçues sont étudiées. Je ne suis pas surpris de l’enthousiasme populaire face au projet de M. Beauchesne, car on parle de deux personnes qui étaient impliquées et appréciées dans leur communauté.»

Ne pas oublier les femmes

Sur les quelque 900 toponymes officiels à Trois-Rivières, moins de 10 % sont des femmes. Le développement résidentiel près du boulevard des Athlètes, dans le District 55, ne compte d’ailleurs pas de rues honorant la mémoire d’une athlète ou d’une entraîneure., car la grande majorité d’entre elles sont encore en vie.

Le Temple de la renommée sportive de la Mauricie a ouvert ses portes à 13 femmes. Parmi elles, seule Cécile Pinsonneault, une grande dame du basketball régional, est décédée.

Quelques intervenants consultés par Le Nouvelliste sont persuadés qu’elle aurait sa place dans la toponymie trifluvienne. Il y a quelques mois à peine, les Diablos du Cégep de Trois-Rivières l’ont honorée à titre posthume.

«Si on nous la suggère, c’est une candidature qui serait intéressante», avoue Pierre-Luc Fortin, rappelant l’idée du projet d’aménagement pour rendre hommage à de grandes Trifluviennes, dans la partie piétonnière de l’Allée des Commissaires, sur le site de Trois-Rivières sur Saint-Laurent.

À la Corporation Sport-Hommage, André Beauchesne salue l’initiative de donner une plus grande place aux femmes, notamment du monde du sport.

Cécile Pinsonneault (à gauche sur la photo) est la seule femme décédée à avoir été élue au Temple de la renommée sportive de la Mauricie.

«Nous en avons plusieurs qui sont omniprésentes dans l’univers sportif régional, mais elles sont encore actives! Quant à Mme Pinsonneault, c’est vrai qu’elle a marqué le basketball et qu’elle mériterait sa place dans notre histoire collective. On m’a également proposé le nom de Anne Stillman McCormick, qui a longtemps été associée à la Classique internationale de canots et qui était en amour avec notre région, même si elle vivait aux États-Unis.»

Rue ou pas, les membres du Temple de la renommée sportive de la Mauricie auront leur espace bien à eux dans le nouveau Colisée, comme le rappelle le président de Sport Hommage. «C’était l’une de nos premières demandes. Nous avons hâte à l’inauguration du Colisée pour officialiser ce beau projet.»