Des réponses pour Bergevin

Peu importe comment va se terminer la série Canadiens-Bruins, l'un des grands gagnants sera Marc Bergevin. Après tout, il n'y a pas de meilleure façon pour un directeur-gérant d'évaluer ses troupes que de les comparer à l'une des deux équipes - avec les Hawks - les mieux bâties au monde. Et le timing pour ce duel n'aurait pu mieux être choisi, considérant que Bergevin jongle actuellement avec quelques gros dossiers.
Il y a d'abord ceux d'Andrei Markov et de Thomas Vanek, joueurs autonomes sans restriction le 1er juillet. Le premier vient de traverser avec brio une saison complète alors que son talon d'Achille des dernières années concernait justement sa fragilité. Reste qu'à son âge, pour lui accorder un lucratif contrat couvrant plus d'une saison, Markov doit aussi prouver qu'il peut être efficace contre les clubs de pointe au moment de l'année où ça compte le plus. Rappelez-vous en séries l'an dernier face aux Sénateurs, Markov semblait usé à la corde...
Le second a eu un impact direct depuis son acquisition, mais il ne semble pas être le gars le plus à l'aise quand le jeu devient plus serré. Vanek maintient une moyenne de plus d'un point par match en carrière face aux Bruins, peut-être que ça pourra l'inspirer. Mais avant de le couvrir d'or, il y a fort à parier que Bergevin voudra vérifier si le gros Autrichien est prêt à saigner un peu du nez pour ses coéquipiers.
Les deux autres joueurs qui doivent être sous la loupe de Bergevin sont Max Pacioretty et Carey Price. Vous savez, on chuchote que Bergevin a testé la valeur de l'attaquant américain l'été dernier. Les meilleures transactions sont parfois celles que l'on ne fait pas, Bergevin s'est sûrement félicité d'avoir gardé Pacioretty, qui a flirté avec la prestigieuse marque des 40 filets cette saison. Ses talents de marqueurs sont indéniables... sa volonté de pencher l'épaule droite pour foncer au filet contre une défensive hargneuse, pas mal moins. Or les buts en séries, ils ne se marquent pas tellement en périphérie...
Quant à Price, eh bien c'est ici que l'Élu doit montrer qu'il est fait de l'étoffe des grands. S'il ne le fait pas ce printemps, on peut douter qu'il y arrivera un jour! Bergevin sait qu'il peut compter sur les PK Subban, Brendan Gallagher, David Desharnais, Brandon Prust, Brian Gionta, Tomas Plekanec et Lars Eller quand ça chauffe. C'est déjà pas mal! Qui de Pacioretty, Vanek, Markov et Price peut aussi mériter cette étiquette au cours des deux prochaines semaines?