À sa dernière saison avec les Patriotes, le capitaine Martin Lefebvre n'a aucunement envie de voir les Redmen mettre un terme à sa carrière universitaire.

Des Patriotes négligés affrontent les Redmen

Ils ont beau avoir exorcisé leurs démons face aux Redmen de McGill au printemps 2015, en remportant une première série en 10 ans contre leurs ennemis jurés, les Patriotes de l'UQTR seront tout de même assis dans le siège du négligé mercredi soir lorsque s'amorcera la série demi-finale de la division Est à l'aréna McConnell de Montréal.
Cette saison, une marge peu commune de 10 points a séparé les deux formations au classement général. La dernière fois qu'un écart aussi important avait été observé (11 points), les Redmen avaient eu raison des Patriotes en trois matchs pour être sacrés champions de la division Est, en 2011.
Cependant, aux yeux de l'entraîneur Marc-Étienne Hubert, les résultats du calendrier régulier importent bien peu à cette période de l'année.
«Le classement ne veut plus rien dire. En séries, c'est une nouvelle saison. On s'attend à énormément d'adversité contre McGill qui a une très bonne équipe de hockey, bien balancée. On se ressemble énormément. Ç'a toujours été des matchs très chaudement disputés, donc je ne vois pas pourquoi ça serait différent cette fois», indique le pilote dont l'équipe a participé au Championnat canadien lors des deux dernières saisons.
En 2015, les Patriotes avaient en effet enlevé un poids considérable de leurs épaules en réussissant enfin à expédier leurs rivaux en vacances, après une longue disette. De cette édition, neuf joueurs défendent encore le vert et orange de l'UQTR.
Même si beaucoup d'eau a coulé sous les ponts depuis, les Martin Lefebvre, Guillaume Asselin, Tommy Giroux, Marc-Olivier Mimar, Pierre-Olivier Morin, Jérémy Beaudry, Carl-Antoine Delisle, Guillaume Bélanger et Raphaël Boudreau sont toujours en poste.
Pour Boudreau, qui a établi une nouvelle marque d'équipe avec 133 matchs dans l'uniforme des Patriotes, l'expérience pourrait bien servir les Trifluviens qui misent sur un noyau aguerri.
«La plupart des gars ont vécu deux finales de la coupe Queen et des Championnats canadiens. On mise sur la même recette et la même identité», note le vétéran de cinquième saison.
Des propos qui ont trouvé écho chez le capitaine Martin Lefebvre. «On a beaucoup de finissants dans l'équipe qui veulent finir de la bonne manière. On ne veut pas avoir de regret et on veut tout faire pour aller chercher une autre coupe», explique le 40 des Patriotes, qui tirera un trait sur son parcours universitaire ce printemps.
Une première ronde exigeante
Pour l'entraîneur Hubert, l'instinct de survie pourrait effectivement devenir un atout intéressant pour sa bande.
«C'est certain que ça ne peut pas nuire. Les gars de dernière année savent que leur stage universitaire est terminé après. On a fait face à l'élimination lors des deux derniers matchs et on a très bien répondu. On espère que ça va continuer comme ça.»
Par ailleurs, la route des Patriotes vers le Championnat canadien est pas mal plus exigeante que par les années passées, en raison d'une saison régulière inégale.
«Cette année, nos séries sont de gros défis à chaque ronde. Notre première série a été extrêmement difficile, en terme d'adversité. C'est une première d'avoir un parcours aussi relevé en termes d'opposition», explique le pilote des Trifluviens.
«On a eu une saison en dents de scie. En affrontant Carleton en première ronde, ça nous a obligés à monter notre niveau d'urgence rapidement. Ça nous pousse à jouer notre meilleur hockey», ajoute Martin Lefebvre.
Le deuxième match de la série sera présenté samedi, à 16 h au Colisée de Trois-Rivières. Au besoin, une troisième rencontre aura lieu dimanche soir à l'aréna McConnell.