Le Vert et Or cadet féminin, médaillé de bronze en basketball scolaire division 1.

Des médailles et des honneurs

Basketball scolaire

Trois-Rivières (LSG) — Les Championnats provinciaux de basketball scolaire de première division ont pris fin dimanche, au Séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières. Pour les cadettes du Vert et Or et les joueuses juvéniles des Estacades, ils auront été l’ultime étape d’une belle saison.

Le Vert et Or a bouclé son année en remportant le bronze lors de ces provinciaux disputés chez elles. Les protégées de Jean-François Harvey, après s’être inclinées en lever de rideau en demi-finale devant la puissante machine du Séminaire Saint-François, ont assuré leur place sur le podium en prenant la mesure de l’école secondaire Antoine-de-St-Exupéry, 60-41 dans le match pour la médaille de bronze.

De leur côté, les Estacades ont chèrement vendu leur peau pendant le match pour le bronze, avant de s’incliner en prolongation, 70-65 contre l’école Gérard-Filion. Auparavant, les joueuses de l’Académie avaient subi un revers de 75-41 face au Séminaire Saint-François.

L’entraîneur de basketball des Estacades Ibrahima Diop a de quoi être fier de ses filles. Aissatou (à gauche) a été nommée joueuse par excellence de la ligue, tandis que Fatima a reçu le prix pour l’athlète académique par excellence.

Malgré ce résultat quelque peu décevant, les Estacades ont vu leur joueuse étoile Aissatou Diop être choisie athlète par excellence du circuit féminin. L’étudiante de cinquième secondaire a dominé la ligue pour la moyenne de points par match (22,3) et se classait parmi les meilleures pour le pourcentage de lancers réussis (49,5 %). Sa soeur Fatima a quant à elle reçu le titre d’athlète académique par excellence. Les deux poursuivront maintenant leur route dans le collégial AAA, avec Édouard-Montpetit (Longueuil).

Les pongistes envahissent le CAPS

Trois-Rivières (LSG) — Le club de tennis de table Ping-O-Max a de nouveau prouvé qu’il savait recevoir la visite, alors que 115 pongistes se réunissaient au CAPS de l’UQTR pour les Championnats provinciaux juniors. Réservée à l’élite, cette compétition laissait une grande place aux talents locaux: 11 joueurs du Ping-O-Max y étaient représentés.

Du lot, Zoltan Horvath, 9 ans, est peut-être celui qui a le plus épaté avec une médaille de bronze. Il s’agissait d’un premier podium d’importance dans sa jeune carrière. «Il risque d’être bon longtemps», souriait son entraîneur Martin Marcotte, tout aussi élogieux envers Alexis Forest, champions du double masculin chez les 15 ans avec son partenaire de Lachine.

Quatrième, David Duval a quant à lui raté le podium de peu.

Les meilleurs pongistes de la relève étaient au CAPS de l’UQTR en fin de semaine.

Le Ping-O-Max organisera son traditionnel Trois-Rivières Open, une compétition ouverte, au début du mois de mai. On attend environ 130 joueurs pour l’occasion.

Les Gants de bronze font des heureux

Trois-Rivières (LSG) — Le tournoi des Gants de bronze a attiré au-dessus de 250 boxeurs, ce week-end à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières. Quatre concurrents de la Mauricie ont remporté les honneurs de leur catégorie, dont deux par acclamation, faute d’adversaires (Marie-Hélène Pedneault de La Tuque chez les dames senior, 86 kg, ainsi que Lewis Mongrain du club Performance chez les cadets 54 kg).

En finale des 56 kg des juniors, Chad Villeneuve du Performance a remporté son combat devant un adversaire du club oneXone de Saint-Hubert par la marque de 4-1. Villeneuve s’était incliné en finale de ces mêmes Gants de bronze, l’an passé.

Simon Paré de La Tuque (benjamins, 38 kg) a lui aussi gagné son tournoi, venant à bout du Trifluvien Daven Pagé, dans un bon combat qui mettait en vedette deux boxeurs de la Mauricie. «Deux jeunes de 11 ans avec un bon potentiel», soulignait l’entraîneur du club Performance et un des organisateurs de la compétition, Jimmy Boisvert.

Chad Villeneuve a remporté les Gants de bronze.

Les Gants de bronze sont réservés aux boxeurs ayant disputé moins de cinq combats en carrière. Ils étaient présentés à Trois-Rivières pour une deuxième année de suite et Boisvert a confirmé que son clan travaillerait à ramener cet important rendez-vous de la boxe olympique à la Bâtisse industrielle en 2020.