Voici la page Facebook créée par les deux étudiants du programme Sport-études.

Des jeunes se mobilisent pour le CSAD

Vincent Giguère et Vincent Paradis, deux étudiants athlètes fréquentant l'Académie les Estacades, lancent un cri du coeur sur les réseaux sociaux dans le but de sensibiliser la population à l'avenir du Complexe sportif Alphonse-Desjardins.
Réagissant aux derniers développements dans l'épineux dossier, les deux adolescents, inscrits respectivement dans les programmes Sport-études en canoë-kayak et natation, ont créé une page Facebook, mardi, afin d'inviter les gens à manifester leur appui en vue de la réalisation de la phase 5. Le projet prévoit la construction d'un colisée de quelques milliers de sièges, de salles d'entraînement multisports ainsi que des dojos pour le judo et le taekwondo.
En milieu de soirée mercredi, près de 400 personnes avaient rejoint la page. Selon Vincent Giguère, âgé de 16 ans, à l'instar de son comparse, il faut absolument passer un message auprès des personnes concernées.
«Ça touche directement beaucoup d'étudiants. En gros, on se veut les porte-parole de centaines de jeunes qui fréquentent le CSAD. On avait entendu des voix s'élever déjà dans les médias, maintenant c'est à nous de le faire.»
Les organisateurs du regroupement convoqueront la presse, lundi après-midi dans le hall du CSAD. «On espère que les élèves répondront présents. Nous savons déjà que bon nombre d'entraîneurs provenant de divers sports y seront. Ce sont d'ailleurs eux, avec d'autres gens reliés au sport régional, qui nous ont encouragé à déclencher un mouvement.»
Au lendemain de la confirmation par l'UQTR d'un intérêt à étudier le projet de nouveau colisée multifonctionnel sur le campus, plusieurs intervenants en faveur d'une phase 5 au CSAD avaient affiché leur mécontentement.
Dans une lettre ouverte publiée dans Le Nouvelliste du 12 décembre, Jean-Marc Gauthier (Unité régionale de loisir et de sport de la Mauricie), Sean Cannon (Centre régional d'entraînement et d'événements de la Mauricie), François Noël (club de judo Seikidokan) et Éric Myles (cofondateur et président du CSAD de 2003 à 2012) rappelaient l'importance de construire le colisée dans le secteur Cap-de-la-Madeleine, sans quoi la région risque de perdre cette vision de centralisation mise en place il y a une décennie.
«On trouve que ça n'a pas d'allure. Il faut concentrer les sports d'élite au même endroit. C'est à cela qu'était sensé servir notre complexe sportif lors de sa fondation», répond pour sa part Vincent Giguère.
Bien qu'il ne soit pas impliqué dans cette campagne de sensibilisation, le directeur général du Complexe sportif Alphonse-Desjardins, Jean-François Picard, se dit heureux et étonné de voir un tel élan de sympathie.
«Je suis content de voir la mobilisation, surtout que ça ne vient pas de l'interne. Les gens saisissent l'impact positif qu'on a dans la communauté et, à ce que je sache, l'UQTR n'a pas encore démontré qu'elle pouvait respecter les conditions et les contraintes de temps afin de présenter un projet viable. On est fiers d'avoir le soutien de la majorité des athlètes et des entraîneurs.»