Si le jeune gardien Antoine Coulombe, venu en relève à un Justin Blanchette chancelant, ne s’était pas autant battu devant son filet, l’écart au tableau aurait été abyssal.

Des Huskies sans pitié pour les Cataractes

SHAWINIGAN — Les Cataractes n’ont pas été en mesure de freiner la quête des Huskies mercredi. Les hommes de Mario Pouliot sont devenus la deuxième équipe de l’histoire de la LHJMQ à aligner 25 triomphes d’affilée en démolissant les Shawiniganais 8-3.

Ces derniers ont quand même tenu le coup pendant 20 minutes. À la grande surprise de 3900 amateurs présents au Centre Gervais Auto, ils avaient réussi à rentrer au vestiaire sur une égalité de 2-2 au tableau. Mieux, ils bénéficiaient d’une attaque massive de 93 secondes pour attaquer la deuxième.

C’est à ce moment que la chaîne a débarqué. Et pas à peu près! Justin Blanchette s’est fait surprendre par un tir de Félix Bibeau.

Moins de quatre minutes plus tard, c’était au tour de Noah Dobson de le battre, cette fois d’un tir de la pointe sans écran. Puis, Justin Bergeron l’a à nouveau fait mal paraître en le perçant d’un tir d’un angle douteux, une scène qui expédiait le gardien des locaux aux douches… et qui sonnait le ralliement pour les Huskies.

À partir de là, les Cataractes n’ont plus touché à la rondelle du duel. Si Antoine Coulombe ne s’était pas autant battu devant son filet, l’écart au tableau aurait été abyssal. Imaginez, les Huskies ont dominé 27-1 dans la colonne des tirs en deuxième!

La troisième n’a guère été plus réjouissante pour les équipiers de Daniel Renaud. Les Huskies ont continué de les éplucher et au volume, ils ont fini par battre Coulombe deux autres fois. Mavrik Bourque, dans la dernière minute de jeu, a marqué sur un avantage numérique sur le troisième et dernier tir de l’équipe de la période, alors que plus de la moitié des spectateurs avait quitté l’aréna…

En remportant un 25e match de suite, les Huskies ont rejoint les Éperviers de Sorel de la cuvée 1973-74.

Beaucage se signale

Le capitaine Rafaël Harvey-Pinard a dirigé l’attaque des vainqueurs avec un truc du chapeau. Le Trifluvien Alex Beaucage a quant à lui amassé deux points dont un but, en plus de diriger neuf tirs au filet, dont six dangereux, ce qui le place à égalité dans ce dernier rayon… avec l’équipe des Cataractes au complet!

«On a joué en mode urgence en première. Les gars étaient affamés. C’est sûr que le but accordé sur notre avantage numérique en début de deuxième a cassé notre momentum. C’est ce qui est décevant, les gars n’ont pas été capables de se relever après cette déception», soulignait Renaud. «Il y a des gars qui ont tout donné. Mais il y en a 5-6 qui ont abandonné. Il faut qu’ils embarquent dans le bateau», martelait-il.

Même si son équipe a été déclassée dans les 40 dernières minutes de jeu, Renaud croit dur comme fer qu’elle a lancé un message aux Huskies en prévision des séries.

«Avec notre première, on a semé un doute chez les Huskies. Notre travail, c’est de donner cette opposition pendant trois périodes. Si on fait ça, je ne dis pas qu’on va aller à Rouyn-Noranda gagner des matchs, mais on va compétitionner. Ceci étant dit, nous ne sommes pas encore qualifiés pour les séries, il reste du gros hockey à jouer d’ici là», soulignait le jeune pilote, en pointant du doigt ses vétérans de 20 ans.

«Ils ont du millage, tu t’attends à ce qu’ils tirent le groupe en avant. Mais parfois tes attentes et la réalité, c’est différent.»

S’il y en a un qui n’a rien à se reprocher, c’est Coulombe. Assaisonnée de 36 tirs en 33 minutes, la recrue de 16 ans sentait le caoutchouc après le match!

«On a joué une bonne première. Le premier but des Huskies a fait mal en deuxième, mais il fallait continuer à pousser pareil», se désolait-il.

Cette 25e victoire consécutive permet donc aux Huskies de rejoindre les Éperviers de Sorel, détenteurs du record depuis la saison 1973-74. Ils auront la chance de s’approprier une nouvelle marque vendredi à Drummondville. «C’était un match spécial aujourd’hui. On ne jouait pas selon notre identité en première, nous sommes mieux revenus en deuxième et ce fut productif. Un gros défi nous attend maintenant à Drummondville vendredi, ça va être un beau défi à relever», racontait Beaucage, auteur de 77 points en 63 matchs depuis le début de la saison.