C’est Ethan Elias qui aura le privilège d’effectuer le premier lancer de la saison 2018 des Aigles, vendredi à Ottawa.

Des changements ou un simple mirage?

TROIS-RIVIÈRES — Les partisans des Aigles ont souvent été déçus quand on leur a promis une équipe plus compétitive. Est-ce que 2018 sera enfin l’année de la rédemption? Le gérant T.J. Stanton est persuadé que oui.

Appelé à analyser ses forces en présence, à l’aube du début de la saison vendredi contre les Champions d’Ottawa, celui qui entame sa deuxième année complète avec les Oiseaux de la Ligue Can-Am ne cherche pas bien loin pour identifier les améliorations apportées au groupe durant l’hiver.

«Premièrement, ça ressemble à un vrai groupe de joueurs. J’étais tanné de devoir pousser certains gars, par le passé, j’étais fâché de constater que la défaite ne les dérangeait pas. Trois-Rivières est une ville de cols bleus, je veux montrer une équipe à l’image de nos fans», a précisé Stanton, qui a eu trois matchs préparatoires et de nombreuses séances d’entraînement pour prendre des décisions. D’autres viendront plus la saison avancera.

«Nous avons beaucoup travaillé sur les situations de match, comment il fallait réagir dans certaines circonstances. On vise un meilleur départ que par les autres années.»

Comme c’est souvent le cas avec les Aigles, la saison commence sur la route, loin du Stade Stéréo Plus. Trois matchs à Ottawa, avant une rare pause de deux jours, puis une escale chez les Miners de Sussex, dont un programme double disputé à 11 h et 19 h, jeudi le 24 mai... la veille de la rencontre inaugurale à Trois-Rivières! On a déjà vu mieux comme horaire.

«Avec la Ligue Can-Am, il ne faut plus se surprendre de rien, lance Stanton en boutade. C’est terrible comme calendrier, mais on va faire avec.»

Dans la course
Pour Stanton, l’équipe à battre cet été restera, jusqu’à preuve du contraire, les Capitales de Québec, champions de 2017. Les Jackals du New Jersey et leurs cinq anciens joueurs des Majeures, dont le lanceur Mat Latos, sont aussi attendus au sommet, à l’instar des Boulders de Rockland, compétitifs chaque année grâce à un bon recrutement et la force d’attraction de leur marché (et de leur magnifique stade).

«Les Jackals ont engagé des joueurs impressionnants, mais j’ai hâte de voir ce que ça va donner sur le terrain. On s’attendait à ce que Phillippe Aumont domine tout. Il a été bon, mais pas le meilleur lanceur du circuit. Il faut être prudent quand on parle des nouveaux joueurs.»

Les Miners, les Champions et les Aigles devraient tous batailler pour le quatrième et dernier rang donnant accès aux séries éliminatoires. «Pour nous, c’est clair à 100 % qu’on sera dans la lutte. Je ne pense pas que nous partirons des séries en nous disant que nous sommes vraiment négligés. Ça va prendre un peu de patience au début, mais ce groupe a du potentiel. Surtout, on sera explosif en attaque.»

Le record de circuits pour une cuvée des Aigles appartient à celle de 2017, avec 75 longues balles. Le nouvel adjoint de Stanton, Kole Zimmerman, est «conservateur» quand il affirme que ses frappeurs peuvent atteindre, ensemble, les 85 circuits.

La balle à Elias
Qu’à cela ne tienne, des points d’interrogation demeurent au poste de frappeur désigné ainsi que du côté du monticule. Ethan Elias, à qui Stanton confiera la balle vendredi à Ottawa pour le premier match, a surtout été utilisé comme releveur depuis le début de sa carrière, avant de passer de l’organisation des Boulders à celle des Aigles, l’an passé.

«C’est la première fois que je lancerai un match inaugural», a dit Elias, croisé sur le terrain jeudi au terme de la pratique. «C’est une belle marque de confiance de T.J. J’espère pouvoir aider l’équipe.»

Stanton a été impressionné par son jeu et sa forme physique. «Nous serons difficiles à affronter, prédit le Canadien originaire de Saskatoon, un ancien espoir des Cubs de Chicago et des Diamondbacks de l’Arizona. En ce moment, il n’y a pas de club à battre dans la ligue parce qu’on repart tous à zéro. Ce que je sais, c’est que nous avons plusieurs gamers dans cette équipe.»

Elias a eu de très bons mots pour les releveurs Philip Walby et Shaun Ellis. «Je pense qu’ils vont retirer beaucoup de frappeurs sur des prises. Surveillez-les!»

Carnet de notes
Les Vénézuéliens Alberth Martinez (voltigeur) et Yender Caramo (lanceur partant) se feront attendre. Ils ne devraient arriver en ville que le 5 juin puisqu’ils n’ont pas encore reçu leur visa de travail. Stanton les a placés sur la liste des joueurs inactifs...

Surprise, Matthew Rusch a effectué plus de 100 lancers jeudi lors d’un exercice avec les frappeurs. Le gérant raconte que son adjoint pourrait constituer un plan B si jamais un de ses partants ne fait pas le boulot. Cela le forcerait à libérer un vétéran.