L’avance de Louis-Philippe Dumoulin est de 19 points au sommet du classement de la série NASCAR Pinty’s, à l’aube de la dixième épreuve d’un calendrier qui en compte 13.

Des ambitions à Mosport

Trois-Rivières — Pas de répit pour les pilotes canadiens de la série NASCAR Pinty’s qui, pour une troisième fin de semaine de suite, ont rendez-vous en piste, cette fois du côté du Canadian Tire Motorsport Park (Mosport), et ce pour la deuxième fois de la saison.

Ce week-end de courses coïncide avec la présentation de l’épreuve américaine de camionnettes de Camping World Truck, la troisième série de NASCAR en importance aux États-Unis. Alex Tagliani participera d’ailleurs aux deux épreuves programmées dimanche: celle de Pinty’s dès 11 h, puis de Camping World Truck en début d’après-midi. D.J. Kennington, un autre habitué de la série canadienne de NASCAR, sera également de la partie.

Les trois pilotes de la région, quant à eux, se concentreront sur l’étape de la Pinty’s, la dixième d’un calendrier qui en compte 13. Avec 19 points d’avance sur Cole Powell en tête du championnat, Louis-Philippe Dumoulin débarque à Bowmanville avec une cible dans le dos! Fort de trois victoires, dont une sur le circuit routier de Mosport en ouverture de campagne, le pilote de la voiture 47 est conscient qu’il bénéficie d’une avance intéressante, considérant en plus le système de points de NASCAR.

«Mais je ne me perds pas dans ces calculs, pas encore, confie Dumoulin. Je pense que c’est en extrapolant que ça devient dangereux, que tu peux te perdre mentalement et sur le plan émotif.»

Il compte déjà plus de victoires à son palmarès en 2018 (3) que lors de la saison 2014 (2), celle de son premier et unique championnat NASCAR pour l’instant. Avec un peu de chance, il aurait pu en remporter au moins deux autres cette année. La deuxième place décrochée devant son public à Trois-Rivières, le 12 août, suivie de sa victoire en ovale en Nouvelle-Écosse, quelques jours plus tard, ont permis de gonfler l’écart avec les autres prétendants: Powell est à 19 points, devant Tagliani (20), Marc-Antoine Camirand (26) et Kennington (27).

«Après la course de Toronto, nous avions testé d’autres réglages sur la voiture de circuit routier, mais ça ne s’est pas avéré une bonne décision. Je l’avoue, c’était la mienne! On a changé ça après les qualifications au GP3R et le lendemain, nous finissions en deuxième position. J’ai donc beaucoup d’espoir pour Mosport.»

Enfin la bonne?
Son frère Jean-François caresse aussi de grands objectifs. On le comprend, il a terminé troisième à Toronto, avant de rater le podium de peu dans les rues de sa ville il y a deux semaines. Sa course avait d’ailleurs été saluée par plusieurs... et critiquée aussi. D’autres coureurs, comme Andrew Ranger et Marc-Antoine Camirand, n’ont pas apprécié l’agressivité du numéro 04. Tout ça est maintenant chose du passé.

«J’ai reparlé aux gars par la suite, c’est réglé. Je pense que ce fut une course mouvementée, mais avec plusieurs pilotes impliqués pas juste moi. À Trois-Rivières, j’ai conduit une des meilleures voitures de ma carrière en NASCAR et ce sera la même chose à Mosport. Je compte bien en profiter. J’ai gagné des courses dans presque tous les types de voitures, mais j’attends toujours pour NASCAR. L’attente a assez duré, j’ai hâte de finir premier!»

Marc-Antoine Camirand se retrouve dans le même état d’esprit que l’aîné des Dumoulin, avec en prime une lutte au championnat. Dans les deux dernières épreuves à Trois-Rivières et Antigonish, Camirand a mené pendant une partie des courses. C’était la première fois de la saison. Chaque fois, une malchance, une erreur de pilotage ou un ennui mécanique ont bousillé ses chances de victoire. Même s’il a souvent chauffé ses adversaires, il attend encore un premier couronnement en NASCAR Canada. «Il manque toujours un petit quelque chose. En Nouvelle-Écosse, nous avons changé les pneus sans faire les ajustements nécessaires. Je perdais du temps sur chaque tour, avant d’être victime d’un bris de différentiel. Je ne souhaite pas de malchance à personne dans la lutte au championnat, mais disons que j’en ai souffert pas mal dans les dernières semaines!»

Le Total Quartz 200 sera une épreuve de 50 tours avec un arrêt aux puits.

De l’intérêt
La présence des camionnettes de NASCAR en provenance des États-Unis agrémentera un week-end de courses bien chargé à Mosport. Camirand aurait aimé être de la partie, il en a d’ailleurs parlé à Jean-Claude Paillé, son principal partenaire dans l’aventure NASCAR.

«Si ça doit se faire, ce sera au Canada parce que la visibilité aux États-Unis est beaucoup moins intéressante dans son cas.»

L.-P. Dumoulin, lui, visait davantage la série Xfinity, la deuxième en importance chez nos voisins du sud. «Oui, on avait parlé d’une possibilité de se déplacer à Watkins Glen. On a mis le projet sur la glace sauf que l’an prochain, j’aimerais beaucoup y être. Road America au Wisconsin serait également une bonne option pour nous.»