Mia Bleu Voua et ses coéquipières des Diablos ont été dominantes au troisième quart dimanche, contre Lennoxville.

Départ convaincant!

TROIS-RIVIÈRES — Peu habituées à jouer devant une aussi bonne foule que celle de dimanche après-midi, les jeunes joueuses des Diablos ont fait fi de la pression pour se sauver avec une victoire sans appel, lors de leur match inaugural au pavillon des Sciences du Cégep de Trois-Rivières.

L’entraîneur Faisal Docter a utilisé tout son banc et les filles de l’alignement ont inscrit des points, en route vers un gain de 77-55 sur les Cougars de Lennoxville, dans un match de basketball collégial féminin de division 1. C’est au troisième quart, au cours duquel elles ont marqué pas moins de 31 points, que les Diablos ont causé le plus de dommage. Docter, très heureux de cette rentrée réussie, louangeait particulièrement l’effort collectif en défensive, dont le travail étanche a permis de relancer l’attaque avec brio.

Amélie Collin, avec 15 points et 28 minutes de jeu, s’est signalée, à l’instar de sa coéquipière Jasmine Martel. Malade, l’étudiante a néanmoins engrangé 11 points en 28 minutes.

Qu’à cela ne tienne, c’est vers Allyson Gagné que Docter pointait pour illustrer l’allure de ce match. La numéro 12, qui en est à sa deuxième année à Trois-Rivières, arrivait du Saguenay–Lac-Saint-Jean en 2017-18. L’adaptation n’a pas été facile pour elle, mais voilà qu’elle a connu, dimanche, une sortie inspirante qui, espère-t-elle, sera le reflet de la saison. «Son éthique de travail est irréprochable, elle a mis beaucoup d’heures à l’entraînement durant l’été et ça paraît, témoignait Docter. Elle était dans le trafic, assez solide sur les rebonds. Les gens n’y pensent pas, mais ce n’est pas évident pour de jeunes adultes de faire la transition vers le cégep, avec tout ce que ça comporte dans la gestion quotidienne», témoignait Docter.

«Un match comme celui-là, ça fait du bien», s’est exclamée la principale intéressée. «Les filles étaient crinquées au troisième quart. C’était beau à voir, surtout après un départ plus difficile en première demie. On a discuté avec nos joueuses de première année de la gestion du stress. Elles ont bien répondu dans les circonstances et c’était super de voir l’appui de la foule», souriait l’étudiante de 18 ans en sciences humaines.

Cette victoire des Diablos a été décrochée face à un adversaire misant sur des joueuses plus expérimentées. Ceci dit, les Cougars n’avaient récolté qu’une victoire l’an passé en 14 rencontres, pendant que les Trifluviennes finissaient l’année avec une fiche de 6-8.

«J’ai toujours tenu Lennoxville en haute estime, elles sont bien préparées. Ce n’était pas gagné d’avance», assurait Docter, dont le prochain défi s’annonce plus relevé et pimenté, face aux éternelles rivales du Cégep de Sainte-Foy.

Cette partie aura lieu vendredi soir, à Québec. Les Diablos seront de retour à domicile le 26 octobre, face aux puissantes basketteuses de Dawson, les finalistes du dernier Championnat canadien de basketball féminin.

Les Électriks explosifs

En basketball masculin division 2, la saison des Électriks de Shawinigan est partie du bon pied, avec une victoire facile de 115-34 à Granby.

Les Diablos se sont pour leur part inclinés 96-61 face aux Cougars, les champions de la saison 2017-18.

Toujours en division 2 mais chez les filles, les Électriks et les Diablos ont gagné le premier match de leur saison.