Après avoir disputé quelques saisons avec les Polypus de l’école secondaire Fernand-Lefebvre, Jasmine Martel et Mégane Gouin sont heureuses de se retrouver au sein des Diablos.

Demi-sœurs, coéquipières et colocs!

Trois-Rivières — Jasmine Martel et Mégane Gouin ont intérêt à bien s’entendre par les temps qui courent. En plus d’être demi-sœurs et coéquipières chez les Diablos, elles partagent également le même appartement!

Heureusement, tout semble être au beau fixe pour les deux étudiantes-athlètes.

Originaires de Sorel-Tracy, Martel et Gouin se connaissent depuis plus d’une dizaine d’années. Déjà bonnes amies, leur amitié a franchi un autre niveau lorsqu’elles sont devenues demi-sœurs, il y a huit ans, par l’entremise d’une famille recomposée.

Après l’arrivée de Martel à Trois-Rivières l’an dernier, Gouin a suivi cet automne et les deux filent le parfait bonheur sous les ordres de Faisal Docter, en première division du réseau collégial de basketball féminin. «On a pratiquement toujours joué au basketball ensemble, sauf les années où je changeais de niveau. On a aussi joué au soccer ensemble quand on était plus jeunes», explique Martel, meilleure marqueuse des Diablos cette saison avec une production de 10,2 points par match.

Pour Gouin, une présence familière dans le vestiaire trifluvien avait quelque chose de rassurant au moment de choisir une institution collégiale. «C’est toujours plaisant de connaître quelqu’un quand tu débarques dans un nouvel environnement. Elle a certainement été un plus dans la balance quand j’ai pris ma décision», explique l’ailière qui en est à sa première année chez les Rouges.

«D’ailleurs, mon adaptation n’a pas été évidente au départ. J’ai dû m’habituer à une nouvelle ville, une nouvelle école et un nouveau niveau de basketball. Au secondaire, on n’avait pas de sport-études alors le rythme n’était pas aussi intense qu’au collégial. On pratiquait moins souvent», mentionne celle qui obtient 4,7 points par match en moyenne depuis le début de la campagne.

L’esprit familial atteindra même un autre niveau lors du dernier match de saison régulière. La sœur aînée de Mégane, Laurie Gouin, évolue avec les Lynx du Cégep Édouard-Montpetit, une formation directement impliquée dans la course aux éliminatoires avec les Diablos!

D’ailleurs, les deux joueuses formées au sein des Polypus de l’école secondaire Fernand-Lefebvre aimeraient bien accéder au Championnat provincial cette saison. Mais avant de penser aussi loin, elles devront d’abord qualifier l’équipe dans les matchs de barrage et ensuite arracher une victoire pour être invitées au rendez-vous de fin de saison. «Je veux retourner au Championnat provincial. Ça commence à faire trop longtemps que je n’y ai pas goûté!», sourit Martel.

Les Dynamiques en ville

À ce sujet, un gros test attend Martel, Gouin et leurs coéquipières des Diablos (3-6) vendredi alors que les Dynamiques du Cégep de Sainte-Foy (8-1) s’arrêteront au gymnase du pavillon des Sciences à 19 h.

Plus tôt cette saison, les Trifluviennes avaient fourni un vaillant effort face à leurs rivales de la Vieille capitale, classées quatrième au pays, dans un revers de 68-62.

«On a vu qu’on peut jouer avec Sainte-Foy. On doit juste trouver une façon d’être plus efficaces avec le ballon. Les filles deviennent trop stressées au moment de lancer. On a besoin de se créer de la confiance», explique l’entraîneur Faisal Docter.