L’entraîneur des Diablos basketball, Faisal Docter, est confiant pour le match éliminatoire de mardi à Laval, notamment en raison de l’éclosion de Julia Guillemette.

Défi colossal à Laval

TROIS-RIVIÈRES — L’euphorie d’une qualification pour les matchs éliminatoires devra rapidement laisser la place aux choses sérieuses. Dès mardi, les Diablos de Trois-Rivières disputeront un match sans lendemain face aux Nomades du Collège Montmorency, à Laval, en première division du réseau collégial de basketball féminin.

Pas plus tard que mercredi dernier, les Trifluviennes ont reçu une correction par ces mêmes Nomades, par la marque de 72-39. Plus tôt dans la saison, les Diablos avaient aussi baissé pavillon 68-44. Nul doute que le défi est colossal pour la formation de l’entraîneur Faisal Docter.

«Depuis le début de l’année, je veux qu’on progresse en fonction de février. On y est et on a bien joué dans l’ensemble en février jusqu’à maintenant. On a atteint les séries et j’en suis fier. Maintenant, je crois qu’on peut gagner ce match», indique-t-il, soulignant l’éclosion d’Amélie Collin et Julia Guillemette.

Les succès ont été plutôt rares face aux puissantes Nomades au cours des dernières années. Les Diablos ont perdu leurs cinq derniers affrontements et ne comptent qu’une victoire à leurs 13 derniers matchs contre Montmorency, datée du 2 décembre 2016.

«Pour nous, ça se passe entre les deux oreilles contre Montmorency. Les filles ont confiance qu’elles peuvent battre Sainte-Foy, qui a gagné la saison. Mais ensuite, on arrive contre les Nomades et on a un blocage. C’est vrai que c’est une bonne équipe, mais les filles ont besoin de croire qu’elles peuvent gagner», souligne l’entraîneur qui sera privé de trois éléments-clés pour le match en Jasmine Martel, Mérédith Bélanger et Mia Bleu Voua.