Les Patriotes ont perdu 2-1, après avoir vaincu les Citadins de l’UQAM 5-1 en demi-finale, la veille. La finale de dimanche après-midi a donné droit à des scènes disgracieuses.

Défaite et doigts d’honneur

Trois-Rivières — Des doigts d’honneur et un ballon botté vers les gradins: la finale du Championnat provincial universitaire de soccer intérieur a donné lieu à des scènes disgracieuses, dimanche au Complexe sportif Alphonse-Desjardins de Trois-Rivières, où les Patriotes de l’UQTR affrontaient le Rouge et Or de l’Université Laval, qui s’est finalement imposé 2-1.

Après une première demie sans histoire, l’action n’a pas manqué dans les 45 minutes suivantes. L’officiel a distribué cinq cartons rouges et l’intensité sur le terrain a rapidement atteint les gradins. Plusieurs étudiants s’étaient déplacés pour encourager les Patriotes et durant une bonne partie de la seconde demie, ils ont tenté de déranger les joueurs de Québec.

Ces derniers ont décidé d’échanger avec les partisans, tournant les cris d’encouragement en dérision. Les Patriotes ont pris l’avance grâce à une belle montée en vitesse de William Moss, qui a remis le ballon devant le filet à Adam Taïf pour faire 1-0.

Le Rouge et Or a ensuite été victime d’une expulsion. Évoluant à 11 contre 10, ça regardait bien pour les Trifluviens, en quête d’un premier sacre depuis 2012. Contre toute attente, c’est plutôt Laval qui a pris les commandes du match, avec deux buts en quelques minutes, ceux de Charles Joly et Thomas Saint-Maurice.

C’est à la suite de ces réussites que certains joueurs du Rouge et Or ont invectivé la foule en distribuant les doigts d’honneur. Du rarement vu en soccer universitaire, selon de nombreux témoins habitués d’assister à des matchs.

Puis, lors du sifflet final, le gardien Nizar Houhou a botté le ballon vers les partisans des Patriotes. Malgré l’atmosphère très tendue, les joueurs des deux équipes se sont rassemblés au centre du terrain pour la poignée de main.

«Une finale, ça ne suit jamais la logique», analysait l’entraîneur des Patriotes Shany Black, une heure après la défaite.

Les Patriotes ont perdu 2-1, après avoir vaincu les Citadins de l’UQAM 5-1 en demi-finale, la veille.

«Nous avons un groupe très jeune qui risque d’être identique pour les deux prochaines années. On avait demandé aux gars de hausser le niveau de vigilance, même à 11 contre 10, mais des trucs bêtes nous ont coûté la partie. Le soccer est un jeu d’erreurs...»

Black n’a pas voulu trop s’avancer sur les agissements de certains de ses adversaires. Il est important de spécifier que ce ne sont pas tous les joueurs du Rouge et Or qui ont envoyé des doigts d’honneur à la foule trifluvienne.

«C’est très particulier. La foule peut influencer un match, ça fait partie du jeu. Il y a eu des gestes grossiers ici aujourd’hui, je suis content que mes joueurs ne se soient pas abaissés à ce niveau. Je sais qu’il y a eu une bagarre générale lors d’un match entre l’UQAM et l’Université de Montréal l’automne passé, mais une interaction avec la foule, c’est très rare qu’on assiste à ça.»

Des injures
Dans l’autre camp, Samir Ghrib admettait que la défaite avait un goût amer en raison de ces incidents.

«C’est ma 18e année comme entraîneur avec le Rouge et Or et je déplore ça, je le dénonce, a indiqué le pilote en chef. Nizar devra rédiger une lettre d’excuses, je n’ai pas apprécié son geste. On représente l’Université Laval, nous sommes dans un contexte éducatif, ça n’a pas sa place.»

Qu’à cela ne tienne, ces joueurs de Laval n’ont pas parti le bal, selon leur entraîneur. «Il y a eu des propos vulgaires et déplacés dirigés contre mes joueurs. Mais il ne faut pas tomber dans le piège. Ceci dit, Nizar a entendu des insultes contre son père, qu’il a perdu l’année passée. Il nous en a parlé après le match. Ce n’est pas une excuse, mais je peux comprendre qu’il a été affecté par certains propos.»

Sur le plan sportif, le Rouge et Or a réalisé tout un tour de force en renversant la vapeur, même en infériorité numérique. «Nous avons fait face à beaucoup d’adversité cette année, les gars ont démontré une belle force de caractère. Dommage qu’il y ait cette ombre au tableau.»

Notons que l’Université Laval a réalisé un doublé dimanche au CSAD, les filles ayant vaincu l’Université de Montréal 2-0, plus tôt dans la journée.