Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Josh Anderson
Josh Anderson

Défaite du Canadien en prolongation: un bon divertissement

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
COMMENTAIRE — Côté spectacle, ce premier match du Canadien a livré la marchandise.

Neuf buts au total, une prolongation, quelques bons coups d’épaule, une bagarre, faut être vraiment difficile pour ne pas avoir apprécié sa soirée devant l’écran géant.

Le seul bémol, c’est l’incapacité du Canadien à protéger deux avances. La première, de deux buts, a été effacée par trois pénalités d’affilée. La seconde, c’est un jeu malchanceux en troisième en fond de territoire défensif qui a coûté le but égalisateur. Les Leafs, dans les câbles durant la majeure partie de la soirée, ont fini par avoir le dernier mot en prolongation, signant finalement une victoire de 5-4.

Au sein de la très forte division canadienne, les hommes de Claude Julien viennent donc d’échapper un point, et surtout d’en donner deux à des rivaux directs qui ne le méritaient pas. C’est plate.

Mais bon, mettons ça sur le dos du camp d’entraînement écourté. Une dizaine de jours pour tout mettre à point, aucun match préparatoire, dans une ligue axée sur la vitesse, c’est la défensive qui écope automatiquement. Le Canadien s’est fait jouer un tour.

Ça gâche un peu les débuts de Josh Anderson et d’Alexander Romanov. Le gros Anderson s’est fait un paquet de nouveaux amis mercredi soir au Québec. C’est ça, un vrai attaquant de puissance. Vous avez assez de vos doigts pour compter les joueurs issus de ce moule dans la LNH. Blessé l’an dernier, il n’avait marqué qu’un seul but. En un soir, il a doublé cette production! C’est l’ailier parfait pour compléter Nick Suzuki et Jonathan Drouin. S’il est en mesure de se tenir loin de l’infirmerie, Anderson va faire passer Marc Bergevin pour un génie d’avoir été le chercher à Columbus. Même avec le très lourd contrat qu’il lui a consenti.

Quant à Romanov, c’était spécial de le voir jouer avec autant de confiance. Une verte recrue à la ligne bleue qui joue sans peur, c’est très prometteur. Il s’est fait prendre sur quelques jeux, j’espère seulement que Claude Julien ne lui tapera pas trop sur les doigts. Il a franchi aisément la barre des 20 minutes d’utilisation mercredi. Avec un volume du genre durant toute la saison, dans deux ans il sera le meilleur défenseur de l’équipe du côté gauche. Trevor Timmins s’est fait regarder de travers lorsqu’il a repêché Romanov en deuxième ronde, à l’été 2018. Il est encore tôt mais depuis ce jour, on ne s’emballera pas trop vite mais ça sent le coup de circuit...