Le match Cataractes-Olympiques a été très intense.
Le match Cataractes-Olympiques a été très intense.

Défaite des Cataractes face aux Olympiques: un point pour l’effort

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Québec — Ron Choules avait défié ses hommes de jouer avec plus de passion vendredi soir face aux Olympiques de Gatineau et il a été exaucé. Ce fut insuffisant toutefois pour permettre au vieux routier de savourer la victoire face à son ancien club, les Cataractes s’inclinant 3-2 en prolongation face à la troupe de Louis Robitaille.

Choules avait mis le feu aux poudres dans les heures précédant le duel en visant ses ex-employeurs… ainsi que les nouveaux hommes de hockey en place en Outaouais. Une sortie médiatique qui ne laissait aucun doute sur son appétit pour ce match, et qui a probablement aidé Robitaille à préparer son équipe!

Résultat, on a eu droit à un excellent match de hockey entre deux jeunes formations talentueuses.

Les Cataractes ont accordé le premier but après avoir écopé de deux pénalités successives en début de match, puis ils ont dicté l’allure de la rencontre dans les deux premières périodes. Les gros canons des deux équipes ont été très visibles. Avec un pointage de 2-2 après 40 minutes, ce fut au tour des gardiens Antoine Coulombe et Rémi Poirier de s’interposer en troisième pour faire durer le plaisir jusqu’en prolongation.

La scène finale a vu Zach Dean voler la rondelle à Marc-Antoine Pépin en fond de territoire offensif. Quelques instants plus tard, la jeune vedette de 17 ans marquait le but vainqueur, aidé par Antonin Verreault, une recrue de 16 ans qui connaît un départ de rêve dans le junior. Verreault a participé aux trois buts des siens vendredi.

Dans le camp des Cataractes, Vasily Ponomarev et Xavier Bourgault ont marqué. Les Cataractes se retrouvent avec une fiche de trois victoires et trois revers depuis le début de la saison, alors que les Olympiques ont gagné cinq de leurs six premiers matchs.

«Je ne suis pas satisfait de notre performance. On a progressé par rapport à mardi, mais pas assez à mon goût. On a fait trop de revirements, encore une fois à cause de la dentelle. Sur le but gagnant, on a vu un de nos vétérans de 19 ans se faire battre par un gars de 17 ans…», soupirait Choules, qui a voulu enterrer ses paroles de la veille. «Ça fait longtemps que je dirige dans cette ligue, ce n’était pas moi contre les Olympiques ce soir. Bravo à eux, ils ont bien joué. Tu vois que cette équipe a été bien élevée par le groupe d’entraîneurs qui était là l’an dernier! Moi ce qui m’intéresse maintenant, c’est notre équipe et sa façon de jouer. C’est la seule chose qui m’intéresse», martelait le pilote des Cataractes, qui a failli perdre son sang-froid.

Jérémy Martin, encore une fois l’un des plus efficaces dans le camp shawiniganais, abondait dans le même sens que son patron. «C’était mieux, l’effort était plus soutenu. Mais il en manque encore peu, il y en a qui peuvent en donner plus. On le savait que c’était un match important pour Ron, il nous l’avait dit. On voulait vraiment le gagner pour lui», assurait-il.

Dans le camp des Olympiques, le vétéran Mathieu Bizier convenait que la victoire était savoureuse. «J’affrontais un entraîneur qui m’a aidé à grandir en tant que joueur et en tant que personne, c’est sûr que je voulais le battre! Les Cataractes forment une équipe très talentueuse, nous étions prêts pour ce match.»

Pour sa part, Louis Robitaille a tenté d’entrée de jeu de désamorcer la mini-controverse.

«Je suis auditif, je n’ai pas lu ce qui s’est écrit mais j’en ai entendu parler. Pour moi, c’était Cataractes contre Olympiques. On affrontait une équipe à maturité, bâtie pour gagner cette année. De notre côté, nous sommes jeunes, nous sommes ici pour apprendre. On devait travailler fort pour se donner une chance de gagner un match comme celui-là et c’est ce que nous avons fait», récitait Robitaille. Questionné à nouveau à ce sujet, il a cette fois accepté d’ouvrir un peu son jeu. «Ce que je n’ai pas apprécié, c’est que les noms de Derrick Brassard et de Martin Raymond ont été évoqués. On devrait être fier qu’un gars Derrick revienne dans la ligue pour y investir. Viser les Olympiques, c’est correct, mais les individus j’ai moins aimé. En tant que directeur-gérant, j’aimerais remercier Ron pour son travail chez nous. Il y avait un peu d’animosité dans l’air, son club était prêt. Ça a juste rendu notre équipe meilleure», proposait Robitaille.

Chose certaine, les Cataractes devront rapidement fermer ce chapitre, et se préparer pour le suivant, car ils ont rendez-vous avec l’Armada de Blainville-Boisbriand samedi soir. Sans trop faire de bruit, l’Armada n’a pas encore perdu cette saison…