Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le Centre Tennis 3R ne pourra rouvrir ses portes vendredi, contrairement aux arénas et aux piscines.
Le Centre Tennis 3R ne pourra rouvrir ses portes vendredi, contrairement aux arénas et aux piscines.

Déconfinement: déception et incompréhension pour certains sportifs

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — Dès vendredi, piscines et arénas pourront rouvrir leurs portes au Québec, à temps pour le début de la relâche scolaire. Ce déconfinement laisse toutefois en plan plusieurs secteurs du monde des loisirs, à commencer par d’importants plateaux sportifs intérieurs de la Mauricie qui seraient sans doute en mesure d’accueillir une clientèle.

Le patinage libre et la natation seront de nouveaux permis à compter du 26 février. Une mince consolation pour les joueurs de hockey, entre autres. Oubliez cependant les sports de raquettes, le soccer ou le dekhockey, pour ne nommer que ces sports. Même en bulles familiales, il faudra patienter.

Chez Baseball 360 à Trois-Rivières, le copropriétaire Steeve Ager avait bon espoir de renouer avec ses clients vers la fin du mois. Son centre d’entraînement a fermé au début de janvier. Il croyait au départ que ce repos forcé se limiterait à quelques semaines.

«Les activités intérieures étaient permises chez Baseball 360 durant la période des Fêtes, en duo ou en bulles familiales, et ça fonctionnait bien autant pour nos cages de frappeurs que l’enclos des lanceurs», rappelle Ager. «On s’attendait donc à être réintroduits parmi les activités sportives pour la relâche.»

Mauvaise nouvelle pour lui, comme pour d’autres: le plan de déconfinement du gouvernement et de la Santé publique ne les inclut pas dans le retour au jeu, du moins pas pour l’instant.

«Nous avons 10 000 pieds carrés à notre disposition. Quand ils fréquentent notre centre, les gens sont répartis sur une bonne distance, il y a des zones tampons afin que personne ne se croise. On ne parle pas d’organiser des matchs: nous voulons simplement permettre la pratique libre, comme ce sera permis pour le patinage et la natation.»

Chez Tennis 3R, Charles Loranger admet avoir encaissé les mauvaises nouvelles de la semaine dernière avec «une incompréhension totale». Impossible pour son équipe de redémarrer le système de réservation des quatre terrains intérieurs.

Le centre, inauguré il y a cinq ans, connaît un bon succès dans la communauté. Pour l’instant, seuls les jeunes de la concentration tennis-études peuvent l’utiliser.

«Le tennis a été l’un des premiers sports déconfinés au printemps 2020. Le jeu en simple est sécuritaire. Nos membres respectent la distanciation, ils portent le masque pour entrer et sortir, ils nettoient leur banc après chaque utilisation. On a une belle mobilisation et on avait fait nos preuves lors de la première vague. Ce serait le temps qu’on nous écoute», juge le directeur technique de Tennis 3R, qui reprend ainsi les mots de sa fédération provinciale.

Les installations de Baseball 360 demeurent fermées pour l’instant.

«Je ne compte plus le nombre de travailleurs de la santé qui viennent chez Tennis 3R pour jouer. Ce sont des membres, ils se sentent en sécurité. On n’a pas de rebelles ici.»

Message confus

Au Complexe sportif Alphonse-Desjardins, la direction a le droit d’ouvrir la glace olympique, qui sera divisée en trois sections. Les autres plateaux? Non.

Le premier communiqué du CSAD annonçait pourtant la possibilité de réserver des plages horaires en bulles familiales sur le terrain synthétique de soccer, ou encore sur les surfaces de pickleball et de badminton. Il y a eu confusion, comme le confirme le directeur David Labrecque. Son équipe a dû informer la population de ces changements.

«Nous avions compris que tous les plateaux pouvaient rouvrir, comme dans le temps des Fêtes, mais ce n’est pas le cas. Les précisions sont arrivées un peu plus tard.»

David Labrecque reconnaît qu’il peut être frustrant pour les citoyens de ne pouvoir utiliser le terrain synthétique, «qui est flambant neuf».

«C’est partie remise, mais oui il y a de la déception sur le court terme. Les visiteurs, pendant la période des Fêtes, appréciaient la formule de réservations et la possibilité de faire du sport en bulles familiales, même si ça limite la pratique de nos activités favorites. Nous avons de beaux plateaux. Pour l’instant, on doit toutefois nous restreindre à la glace olympique. On garde espoir pour mars ou avril de déconfiner le reste.»

Des plateaux de qualité... dans le noir

Steeve Ager n’a rien contre les piscines et les arénas. Il est d’ailleurs heureux que les citoyens puissent renouer avec ces infrastructures.

«Dans la région par contre, c’est assez limité. À Trois-Rivières, on sait que l’offre pour les piscines n’est pas très riche depuis quelques années, qu’il y a des enjeux importants. Du côté des arénas, plusieurs ont déjà fermé leurs portes dans la région. Dans ces circonstances, nous aurions aimé faire partie de la solution pour égayer la semaine de relâche des jeunes.»

Et comme pour le CSAD et Tennis 3R, par exemple, Baseball 360 connaissait un vif succès et son système de réservations de plateaux mis en place l’automne dernier ne dérougissait pas.

Le nouveau terrain synthétique du Complexe sportif Alphonse-Desjardins a été inauguré il y a moins de deux ans.

«On comprend le message de prudence, mais il faudra aussi trouver une manière de nous faire confiance, comme ils font confiance en ce moment au commerce de détail.»

En ce sens, Steeve Ager reprend les mots des propriétaires des centres de conditionnement physique, fermés depuis des mois. «Les gens du milieu sportif ne sont pas moins soucieux des mesures sanitaires que les autres commerçants. On croit que nous pouvons faire partie de la solution.»