Jean-Philippe Parr pourra parfaire son jeu sous la supervision des entraîneurs de Golf Canada, et ce pour les cinq prochains mois, du côté de la Colombie-Britannique.

De Saint-Célestin à l’équipe nationale

TROIS-RIVIÈRES — C’est le chemin qu’avait tracé Jean-Philippe Parr, l’objectif qu’il visait depuis des années. Il y a quelques jours, le golfeur de 15 ans de St-Célestin est arrivé aux quartiers généraux de Golf Canada, à Victoria. Là-bas, il rejoint les meilleurs juniors au pays, en continuant de rêver à la PGA et aux grands tournois mondiaux.

Parr est habitué de voyager. C’est toutefois la première fois qu’il s’exile sans les membres de sa famille. Stressant? Peut-être que oui... pour les parents!

«Jean-Philipe est un adolescent indépendant. Dans ce sport, il s’agit d’un net avantage», sourit son entraîneur Fred Colgan, qui l’a vu grandir. «Juste dans les six derniers mois, il doit avoir pris trois pouces!»

Le père de Jean-Philippe, Jean-Sébastien Parr, est catégorique: personne n’a forcé la main de son garçon. Quitter le nid familial résulte de son initiative. «Il avait hâte au jour J, au départ vers la Colombie-Britannique. Il nous a dit que plus tu joues avec les meilleurs, mieux tu peux t’en sortir. On ne pouvait pas le contredire! On lui a trouvé une bonne famille d’accueil. Avec ses nombreuses allergies alimentaires, il fallait redoubler de vigilance.»

«Je pense que les allergies, ça stresse plus mes parents que moi», réplique le jeune golfeur, en riant. «Je les comprends. Je mange beaucoup depuis quelque temps parce que c’est vrai que j’ai grandi vite!»

Progression fulgurante

Pour utiliser les mots de l’entraîneur Colgan, la progression de Parr en 2019 a été «fulgurante». Top-10 contre des hommes au Championnat amateur québécois, excellents résultats sur le circuit junior provincial, performances impressionnantes aux États-Unis: il a fait des pas de géant en peu de temps.

À la fin de la saison, le poids de tous ces tournois commençait à peser. «Je suis rarement fatigué, mais l’année dernière, je l’étais», admet le principal intéressé, qui ne regrette rien. «Je n’étais pas exempté dans les gros tournois, je n’avais pas vraiment le choix de jouer autant. Maintenant, ce sera différent, car je fais partie de l’équipe nationale junior de Golf Canada, j’ai donc mes exemptions.»

Plus calme, plus confiant

Il n’y a pas si longtemps, il lui arrivait de boucler sa journée avec une excellente ronde de 70... pour tomber à 78 le lendemain. Un refrain bien connu des golfeurs. Pour ceux qui, comme Parr, visent l’excellence, c’est doublement frustrant.

Selon Fred Colgan, son jeune protégé a beaucoup gagné en constance durant l’été de ses 15 ans.

«Je l’ai vu jouer ses meilleures rondes en fin de tournoi à plusieurs reprises. C’est un point majeur. Jean-Philippe est plus calme et plus confiant depuis l’an passé. Ce sera un bel atout pour lui en 2020, car il sera désormais parmi les plus jeunes golfeurs des tournois auxquels il participera. Les terrains seront plus difficiles aussi.»

Parr a passé les derniers mois à soigner son jeu sur les verts. Il a également travaillé sur son élan, avec Colgan, qui demeurera son entraîneur malgré la distance entre Victoria et la ville de Québec, où le spécialiste est établi.

«Ce sera une année remplie de défis, renchérit Jean-Philippe Parr. La bonne nouvelle, c’est que je suis dans les meilleures installations au Canada pour continuer à me développer. C’est très beau, le Bear Mountain Resort. Ces jours-ci il fait environ 8 degrés. Si la météo ne permet pas de jouer à l’extérieur, on a un centre intérieur.»

École le matin, golf l’après-midi: le Centricois ne changerait sa place pour rien au monde. Il espère obtenir sa qualification pour le Championnat junior américain, tournoi qui lui a glissé entre les mains depuis deux ans. Il voudrait aussi bien se tirer d’affaire au Championnat canadien junior et aller au Championnat canadien amateur.

D’ici là, des heures d’entraînement l’attendent avec les autres membres de l’équipe canadienne junior. Un premier tournoi est prévu en mars.

Camp d’entraînement

L’entraîneur de Parr, Fred Colgan, organise un camp d’entraînement en Caroline du Nord pour les golfeurs adultes et d’âge junior. Pour l’occasion, il s’associe à Michel Martin, qui possède le golf virtuel au Complexe sportif Alphonse-Desjardins.

Les deux recherchent huit golfeurs intéressés à prendre part à ce voyage, prévu au mois d’avril. Pour plus d’information: fredco@videotron.ca.