Les joueurs Félix-Olivier Chouinard, Maxime Trépanier et Charles-Antoine Lavallée ont joint les Cataractes.

De nouvelles munitions qui excitent

SHAWINIGAN — La phase de performance du cycle de cinq ans des Cataractes s’amorce vraisemblablement une demi-saison plus tôt que prévu.

En greffant trois nouveaux joueurs à son groupe dont le vétéran de 20 ans Maxim Trépanier, le directeur-gérant Martin Mondou a lancé un message clair à son personnel: pas besoin d’attendre à l’an prochain avant d’espérer vivre un long et excitant printemps!

Le gardien de 17 ans Charles-Antoine Lavallée est lui aussi une prise intéressante. Quant au défenseur de 18 ans Félix-Olivier Chouinard, il se voit offrir une nouvelle chance sous les ordres d’un personnel hockey qui croit en son potentiel.

Mais, des trois nouveaux visages, c’est celui de Trépanier qui fait sourire tout le monde dans les quartiers de l’équipe!

«Dans toute la ligue, il était troisième pour le pourcentage de buts marqués au sein de son équipe», fait valoir Daniel Renaud avec des yeux brillants. «On ajoute un gars d’expérience, qui va donner de la latitude offensive à nos jeunes. Le plan, c’est de le jumeler avec Mavrik Bourque, pour constituer un des bons premiers trios dans la ligue», ajoute-t-il.

Renaud est très heureux de pouvoir offrir un peu plus de support à Bourque, irréprochable depuis son arrivée à Shawinigan. Le jeune homme de 17 ans n’a que quatre buts de moins que Monsieur Alexis Lafrenière depuis le début de la saison, même s’il ne bénéficie pas du tout d’un encadrement similaire. Si le gâteau lève avec Trépanier, qui sait ce qu’il pourra réaliser.

«Depuis le jour 1 dans le junior, Mavrik affronte les meilleurs défenseurs adverses, et les meilleurs trios. Il trouve quand même le moyen de se démarquer, sans faire de compromis, ce qui montre une maturité remarquable. C’est sûr qu’on a hâte de voir ce que ça va donner avec un gars comme Trépanier à ses côtés», lance le pilote, qui croit que l’impact de l’ex-joueur des Mooseheads va se faire sentir sur l’ensemble de l’équipe.

«Quand tu es vendeur dans le junior, ça se ressent à l’interne. C’est la même chose quand tu es acheteur. On va partir chaque match en pensant qu’on peut le gagner.»

Les amateurs de hockey junior les plus avertis savent que les Cataractes sont favorisés par le nouveau système des séries mis en place depuis deux ans. Il y a cinq équipes qui s’arment jusqu’aux dents en vue des prochaines séries, dont quatre qui évoluent dans l’Est. Dans la conférence Ouest, où les Cataractes s’alignent, il n’y a que le Phoenix qui a le statut de puissance.

Comme les deux premières rondes des séries sont intraconférence, l’équation permet de viser au moins une présence dans le carré d’as.

«Quand tu gagnes une ronde en séries, il n’y a plus rien d’impossible. Notre noyau est jeune, le plan est d’arriver à l’étape des championnats l’an prochain et dans deux ans. Est-ce qu’on peut devancer ça dès cette année? Moi j’y crois. Et j’y crois solide, si on continue à se développer individuellement et collectivement», lance avec beaucoup d’enthousiasme Renaud.

Encore du mouvement?

D’ici la fin de la période des échanges, les Cataractes vont disputer cinq matchs, dont trois au cours des quatre prochains jours. Cette séquence s’amorce ce samedi, à domicile, face au Drakkar de Baie-Comeau. Avec 15 attaquants dans le vestiaire, huit défenseurs et deux gardiens, il est logique de croire que le magasinage n’est peut-être pas terminé…

«On verra ce que Martin (Mondou) va faire. Je suis convaincu qu’au bon prix, il n’est pas fermé à améliorer l’équipe. À l’interne, il y a aussi des gars qui doivent prouver au cours de ces matchs qu’ils tiennent à conserver leurs postes. Il reste des décisions à prendre», prévient Renaud.

Carnet de notes

C’est Antoine Coulombe qui va affronter le Drakkar samedi. Lavallée verra de l’action assurément d’ici mardi, mais Coulombe reste le gardien numéro un de l’équipe.

«Antoine est notre go-to-guy, il a mérité notre confiance avec son attitude l’an dernier et ses succès cette année. On place à ses côtés un autre gardien de 17 ans au beau potentiel, qui sera en mesure de lui offrir une saine compétition», explique Renaud…

Fraîchement revenu du championnat mondial junior A où il aidé la Russie à mériter l’or, Vasily Ponomarev sera à son poste. Il ne manque plus que Valentin Nussbaumer, présentement au championnat mondial junior.

«Nous devenons une équipe aspirante»

Il n’y a pas que Daniel Renaud qui est excité par l’arrivée de Maxim Trépanier dans la ville de l’électricité. Mavrik Bourque, principal catalyseur offensif des Cataractes, se réjouit de voir son directeur-gérant investir pour améliorer l’équipe.

«Des marqueurs comme lui, toutes les équipes en cherchent», sourit l’adolescent natif des Bois-Francs à propos du vétéran de 20 ans, cinquième meilleur buteur de la ligue avec 22 filets en 30 matchs.

«Il a beaucoup d’expérience, ça vient combler un besoin. On m’a dit que j’allais être jumelé avec lui, j’ai hâte de voir comment ça va se passer!»
Bourque dit avoir apprécié la pause d’une dizaine de jours pour refaire le plein d’énergie. Il s’est offert une semaine de vacances complète, avant de reprendre l’entraînement.

«La saison s’est amorcée tôt pour moi, avec le tournoi Ivan-Hlinka (championnat du monde des moins de 18 ans). À la fin, je ressentais une certaine fatigue, alors le timing était idéal pour prendre un break. Maintenant, tout le monde a hâte au match de demain. Je ne sais pas ce que ça va donner après une aussi longue pause, mais il faut trouver le moyen de ramasser les deux points à l’enjeu.»

Bourque se dit encouragé par la tenue de l’équipe ces dernières semaines, et l’injection de sang neuf depuis le début la période de transactions.

«Les trois gars qui sont arrivés peuvent tous amener une belle contribution. J’ai confiance en notre noyau, notre profondeur. Nous devenons une équipe aspirante.»

Sur une note un peu plus personnelle, Bourque est content de son travail depuis le début de la saison.
Ses 46 points en 32 matchs (19-27) le placent  au huitième rang des marqueurs du circuit Courteau, et au premier pour son groupe d’âge.

Une belle carte de visite pour un gars éligible à la prochaine séance de sélection de la LNH…

«Je suis satisfait jusqu’à maintenant. Mais dans le hockey, le plus important, ce n’est pas comment tu commences, c’est comment tu finis! Il reste beaucoup de hockey à livrer d’ici la fin de l’année. On repart tout ça demain (samedi) face au Drakkar», lance Bourque, qui sera jumelé à Trépanier et à Jérémy Martin.

«Il doit faire de l’espace pour ses compagnons de jeu, jouer le couteau entre les dents. S’il fait ça, tant mieux pour lui, et tant mieux pour l’équipe. C’est une audition pour Jérémy, à lui de saisir sa chance», conclut Renaud.