Claude Julien

De la stabilité pour le CH?

COMMENTAIRE / Malgré les insuccès du Canadien de Montréal, Claude Julien demeure l’homme de confiance de Marc Bergevin. Le directeur général opte donc pour la stabilité, malgré des résultats plus que décevants.

Julien est à la barre du CH depuis son retour à Montréal lors de la saison 2016-2017. Il s’agit aussi de la dernière saison où le Canadien a fait les séries éliminatoires. Lors des deux saisons suivantes, les hommes de Claude Julien n’ont jamais réussi à se qualifier pour la danse du printemps.

Ce que la déclaration de Bergevin signifie, c’est qu’il estime que son entraîneur-chef et son système de jeu ne sont pas responsables des difficultés du Canadien. Quel est alors le problème? Le manque de talent chez les joueurs?

L’alignement du Canadien est toutefois formé par Marc Bergevin. C’est lui et son équipe qui attirent les joueurs autonomes et recrutent les jeunes espoirs. Force est d’admettre qu’il y a des ratés à ce niveau depuis plusieurs années déjà. Nombreux sont les joueurs autonomes qui acceptent de venir à Montréal seulement lorsque leurs belles années sont derrière eux. Et rares sont les jeunes joueurs qui réussissent à se développer avec le CH.

Je suis de ceux qui prônent normalement une certaine stabilité chez les entraîneurs. Trop souvent au hockey, l’entraîneur-chef est le bouc émissaire et écope pour les contre-performances des joueurs. Au football, c’est souvent une autre réalité. Les jobs d’entraîneurs sont moins précaires. Surtout chez certaines équipes, comme les Steelers de Pittsburgh.

Depuis 1969, les Steelers ont eu trois entraîneurs-chefs. Oui, vous avez bien lu... uniquement trois, soit Chuck Noll, Bill Cowher et Mike Tomlin. Sous la gouverne de ces trois coachs, ils ont remporté six Super Bowl et ont participé 30 fois aux séries éliminatoires.

Si Bergevin et le propriétaire du Canadien Geoff Molson souhaitent une stabilité au niveau du personnel d’entraîneurs, parfait. Mais ils doivent toutefois mettre les bouchées doubles pour offrir aux fans une équipe inspirante. Car ce qui manque le plus cruellement aux partisans du CH ces dernières années c’est justement ça... de l’espoir.