Jennifer Jones, dont l'équipe a dominé le tournoi olympique de curling féminin, n'a pu contenir sa joie en fin de match.

Curling: une équipe opportuniste

La Suède a joué un très bon match en finale contre le Canada. Même qu'à mon avis, ses joueuses ont contrôlé la majeure partie de la rencontre. Le hic? La skip Jennifer Jones et ses coéquipières ont rebondi au bon moment: elles ont présenté leur meilleur curling quand ça comptait vraiment!
Les dames ne l'ont pas volée, cette première médaille d'or canadienne en curling depuis 1998. Si dans les cinq premiers bouts, les deuxième et troisième joueuses du Canada ont peiné, on a revu la formation invaincue en ronde préliminaire dans la deuxième portion. J'ignore ce que l'entraîneur a pu dire aux filles entre la cinquième et la sixième manche, mais son message a passé.
Après deux manches sans point, les Canadiennes ont récolté un gros point au huitième bout. Par contre, elles auraient dû en avoir deux. Jones a manqué un coup facile, elle n'avait qu'à taper la pierre suédoise et ensuite glisser vers l'intérieur pour réussir le doublé. Peu importe, dès le tour suivant, le match a été mis hors de portée des Suédoises.
La troisième joueuse de la Suède a vécu des moments assez pénibles au neuvième et au dixième: elle a terminé avec une efficacité de 88 %, mais dans les deux derniers bouts, elle a perdu beaucoup trop de points. Elle a ouvert grande la porte au Canada, qui n'en demandait pas tant.
En sachant que tu as 60 % des chances de l'emporter en ayant l'avance après huit bouts, disons que les statistiques jouaient en faveur des Canadiennes en fin de partie. Pendant que tout le monde s'excitait dans les gradins, les filles ont quand même gardé leur sang-froid jusqu'à la toute dernière pierre, qui confirmait leur titre de championnes. Bravo pour la gestion du stress!
Et maintenant, place à la finale chez les hommes. Pour la première fois dans l'histoire du curling au Canada, nous pourrions couronner nos deux équipes olympiques au cours des mêmes Jeux. C'est passé bien près à Vancouver, mais les dames s'étaient inclinées sur la dernière pierre de la finale. Ne souhaitons pas une telle défaite crève-coeur au quatuor de Jacobs!
Comme je vous le disais dans ma chronique de jeudi, je suis très confiant de voir le drapeau canadien flotter au centre pendant les cérémonies, plus tard cet avant-midi.
Propos recueillis par Louis-Simon Gauthier