Le pauvre Marvin Cüpper a encore fait les frais d'un bombardement en règle mardi soir lors du troisième match de la série entre les Cataractes et le Drakkar. Son brio a permis aux siens de s'en tirer avec un revers de 3-0 qui aurait facilement pu se traduire par un carnage.

«Cüpper a maintenu le suspense»

Ils sont peu nombreux, ceux qui croyaient que les Cataractes seraient en mesure de rivaliser avec le Drakkar de Baie-Comeau lors de ce premier tour des séries éliminatoires. Malgré tout, Éric Veilleux est d'avis que les Cataractes ont offert un test suffisamment intéressant pour préparer sa bande au prochain tour du tournoi printanier.
L'entraîneur du Drakkar, Éric Veilleux
Malgré la conclusion hâtive de la série, le pilote baie-comois estime que le travail du portier shawiniganais aurait pu changer la donne lors de cette première ronde. «Le but n'était pas de ne pas échapper une victoire, mais plutôt de bien jouer et de se bâtir une confiance. Lors des matchs deux et trois, nous avons dominé offensivement en plus d'avoir la rondelle la plupart du temps. Mais ça aurait pu balancer d'un côté comme de l'autre. Cüpper a maintenu le suspense.»
Après avoir dominé le duel lors des parties deux et trois, le début de match des visiteurs a été en deçà des attentes mercredi soir. «Je pense qu'ils ont joué un très bon match, alors que, de notre côté, nous n'avons peut-être pas parti comme on le voulait. En première période, nous n'étions pas trop satisfait de notre jeu», a avoué l'attaquant Francis Turbide au terme de la rencontre.
Après n'avoir trouvé le fond du filet qu'une seule fois en dix occasions lors de la troisième rencontre, gracieuseté d'un Cüpper en grande forme, l'attaque à cinq du Drakkar a explosé mercredi avec quatre buts en six opportunités. «À force de lancer et d'obtenir des chances de marquer, habituellement, ça rentre, a dit le pilote. Nous nous sommes posé des questions après le match à savoir si notre avantage numérique ne nous causait pas des problèmes. Quand le gardien fait des arrêts sensationnels, tu vois que ce n'est pas le cas. Nous aurions pu être quatre en dix (mardi), et ce (mercredi) soir, nous avons livré la marchandise», a analysé Veilleux.
Interrogé à savoir si ce gain face aux Cataractes ajoutait au caractère de cette soirée, le chef d'orchestre avait visiblement tourné la page sur son passage à Shawinigan.