Le remplacement de la surface synthétique est complété au Centre sportif Alphonse-Desjardins.

CSAD: une surface «en rodage»

TROIS-RIVIÈRES — La nouvelle surface synthétique du Complexe sportif Alphonse-Desjardins (CSAD), installée au cours de l’été, est désormais accessible à la population. Le million de dollars investi par le gouvernement du Québec, la Ville de Trois-Rivières et la Commission scolaire du Chemin-du-Roy aura permis de remettre l’endroit au goût du jour.

Les filets ont été nettoyés, à l’instar des murs, du plafond ainsi que le système d’éclairage. Les murs ont été peinturés et, bien sûr, le terrain synthétique complètement changé. Une cure de jeunesse demandée depuis plusieurs années par les différents intervenants. Soupir de soulagement généralisé pour une salle qui avait cruellement besoin d’amour.

Terminées, les granules noires faites de caoutchouc recyclé qui salissaient les vêtements et les souliers. Celles-ci étaient devenues un supplice pour bien des parents!

Le terrain est maintenant composé de granules vertes synthétiques, fabriquées en usine. Ces granules reposent sur un fond de matières recyclées de 3 cm d’épaisseur, sur lequel un nouveau tapis a été posé. La fibre qui fait le gazon est plus longue qu’avant, ont déjà constaté les premiers utilisateurs.

Parmi eux, certains ont admis leur déception en voyant les grains retrousser. En effet, les granules volent dans les airs au moment du jeu. On prétend aussi que la surface serait trop dure, voire glissante.

«C’est une surface en rodage, il faudra la courir, la piétiner, comme toutes les autres surfaces. Donnons-lui encore quelques semaines», lance le directeur général du CSAD, David Labrecque, invité à commenter les nouvelles installations.

«Pour nous, c’est un grand élément de fierté. La fibre va finir par se taper. On a joué sur l’ancien tapis pendant 12 ans, il était arrivé à la fin de sa vie utile. Avec le sable filtré qui ne fera plus de poussière, nous ne rencontrerons pas les mêmes problèmes qu’avec les granules noires.»

Du même souffle, David Labrecque reconnaît que le terrain est plus glissant que le précédent. «J’ai joué sur un terrain neuf il y a deux ans, c’était sensiblement comme ça. Nous sommes persuadés que lorsque toutes les ligues et les sports-études s’installeront dans quelques semaines, on verra déjà une nette amélioration.»

L’entrepreneur chargé du dossier a livré le terrain trois semaines avant l’échéancier, soit le 9 août dernier. Le site avait été fermé en mai pour l’amorce des travaux. «Les gens du service des ressources matérielles à la commission scolaire ainsi que les chargés de projet ont fait un travail impeccable. On ne peut rien redire sur leur niveau d’engagement.»

cadre budgétaire

Ce qui saute aux yeux en entrant dans le complexe, c’est la clarté des lieux. Le nettoyage du système d’aération et des lumières a grandement amélioré l’aspect visuel. Longtemps, le CSAD a été considéré comme le parent pauvre des centres intérieurs au Québec. Ce ne sera plus le cas et voilà une excellente nouvelle pour un complexe utilisé de septembre à la fin mai, sept jours par semaine, entre 7 h et 23 h.

Le nouveau terrain synthétique a été aménagé au CSAD dans les dernières semaines.

«Un comité interne a travaillé sur le dossier. Nous avons pris en considération l’acceptabilité sociale et ce que les utilisateurs nous disaient à propos de leur expérience sur la surface. Plusieurs se plaignaient de la granule noire, on connaissait le problème. On avait une idée très précise de ce que nous voulions et ça passait par le changement du tapis. Surtout, il fallait que ça entre dans le cadre budgétaire. Nous sommes très heureux, la nouvelle granule n’est pas friable, on n’aura pas les mêmes inconvénients qu’avant.»

Si des utilisateurs ayant déjà eu l’occasion de tester le terrain ont mentionné leurs réserves, d’autres accueillent les changements avec joie. C’est le cas de l’entraîneur aux Estacades Durnick Jean, qui quittera bientôt pour la région de Québec afin de relever de nouveaux défis. Il n’est pas inquiet pour la suite des choses au CSAD.

«Pour avoir frappé quelques ballons, c’est encourageant. Ça va prendre un peu de temps avant de ramollir, sauf que c’est souvent comme ça.» Même son de cloche pour Marie-Ève Nault, qui s’y connaît en terrain synthétique, elle qui en a vu quelques-uns durant sa carrière de joueuse professionnelle et de membre de l’équipe nationale du Canada.

«On a l’impression que le ballon glisse dans les granules. C’est une période d’ajustement, mais ce n’est pas unique au CSAD pour une nouvelle surface. J’ai hâte de voir comment le terrain va vieillir, mais la technologie est clairement plus avancée que pour l’ancien tapis.»

Déjà sollicité

Il n’y a pas que des joueurs de soccer qui utilisent le complexe intérieur. Les Estacades s’en servent aussi en baseball de même qu’en football. Tous ces jeunes découvriront les subtilités de cette nouvelle surface dans les semaines et les mois à venir.

Les programmes Sports-études des Estacades comptent pour 19 % de l’utilisation des installations au CSAD. C’est donc dire que 81 % des adeptes sont les citoyens, la population en général. Le golf, la balle molle, le rugby, l’ultimate frisbee et le cheerleading sont les autres disciplines pratiquées sur le terrain synthétique. Bien sûr, des événements comme la Foire de Noël ou le Salon Camping Plein-Air Chasse et Pêche sont aussi des incontournables.

«Avec la nouvelle surface, on portera encore plus d’attention à bien déplacer les véhicules, question de ne pas briser la fibre. On me demande souvent si ces rendez-vous nuisent à la qualité du terrain et je réponds que cela a un impact minime. Ceci dit, il faut rester vigilants. Surtout avec de l’équipement neuf!»

David Labrecque confirme au passage qu’il est très sollicité pour l’organisation de diverses compétitions. «Nous sommes à planifier le calendrier 2021. Nous avons des demandes de niveau provincial, national et je vous dirais international.»

Des projets pourraient donc voir le jour bientôt. Avec le changement du système de réfrigération de la glace olympique jouxtant le terrain synthétique, les dirigeants du CSAD semblent avoir le vent dans le dos.

Dans les mois à venir, on s’attaquera aux travaux de réfection de plomberie et d’électricité, puis à ceux d’interventions sur la pyrrhotite de surface.

Photo: Olivier Croteau 2019/09/23 Trois-Rivieres, Quebec Canada. Nouveau terrain de soccer synthetique au CSAD.

D’ici là, 2000 joueurs de dek hockey retrouveront les installations intérieures pour la saison d’hiver.