Coupe Memorial: une formule à repenser?

Dans moins d'un mois, le jury de sélection fera connaître l'identité de la ville qui aura le privilège de présenter le tournoi de la Coupe Memorial en 2015. La course pour l'obtention du prestigieux événement aura été d'une durée d'un an et impliquait les Saguenéens de Chicoutimi et les Remparts de Québec, qui ont dû faire des choix lors de la dernière période de transactions afin d'étoffer leur candidature le plus possible.
Chez les Remparts, le directeur-gérant Philippe Boucher s'est limité essentiellement à monnayer les services de son vétéran de 20 ans Ryan Culkin mais chez les Saguenéens, Marc Fortier a été plus agressif en sortant les Charles Hudon, Sébastien Sylvestre et Thomas Gobeil. À part Dominic Beauchemin, les Saguenéens n'ont pas obtenu de renfort direct, préférant des choix dont la plupart vont se transformer en vétérans cet été à titre de compensations futures.
Si les Saguenéens obtiennent la faveur du jury, personne au Saguenay ne se plaindra de la fin de saison chaotique de l'équipe, qui manque cruellement de vétérans pour le dernier droit. Mais si ce sont les Remparts qui raflent la mise, soudainement le plan suivi par Fortier deviendra beaucoup moins intéressant...
La LHJMQ pourrait éviter ce genre de situation en statuant plus rapidement sur l'équipe hôtesse du party de fin d'année de la Ligue canadienne de hockey. Chez les Saguenéens, on aurait grandement apprécié connaître le choix du jury plus tôt. «J'aurais aimé qu'on le sache avant la période de transactions. La formule est mal conçue. Pour Québec comme pour nous, il aurait été préférable de connaître la décision avant. Je ne comprends pas pourquoi c'est comme ça», disait le pilote Pat Bosch, lors de son passage à Shawinigan le week-end dernier.
Le directeur-gérant des Cataractes, Martin Mondou, est de ceux qui croient que la formule actuelle doit être revue, lui qui a vécu l'enfer de négocier avec des partenaires qui le savaient peinturé dans le coin, dans les derniers mois conduisant son club au prestigieux rendez-vous, avec les formations championnes des trois ligues junior majeur au pays.
«Le club hôte bénéficierait assurément de deux périodes de transactions supplémentaires pour mieux se préparer au tournoi. C'est ma position depuis très longtemps et pour l'avoir vécu il y a trois ans, je peux te dire qu'elle est maintenant encore plus claire dans mon esprit. Plus tu as du temps devant toi, plus tu as de chances de faire les bons choix.»
Remarquez, les Saguenéens auraient probablement liquidé leurs vétérans même s'ils n'avaient pas été impliqués dans cette course. La différence, c'est que Fortier aurait probablement été davantage intéressé par des valeurs susceptibles d'entourer Nicolas Roy, Julio Billia et le groupe de jeunes joueurs de l'équipe.
«Chez nous, on était rendu là, ça faisait quelques années que l'équipe misait sur les vétérans. Le plan, c'était de se donner un coup de jeunesse pour repartir la machine du bon pied. On aurait probablement agi de façon similaire, mais je doute que le virage jeunesse ait été si prononcé. On a juste sorti des joueurs cette année, aucun n'est entré si ce n'est Beauchemin. On a dû placer beaucoup de pression sur les jeunes éléments de l'organisation.»
Impossible de ne pas y voir un lien direct avec la fiche de l'équipe depuis la fin de la période des transactions, qui est de six gains contre 17 revers. Cinq des six victoires ont par ailleurs été acquises contre le Phoenix de Sherbrooke (3) et les Cataractes de Shawinigan (2), détenteurs respectivement des 18e et 16e échelon au classement général.
Ce rendement est à des années-lumière de celui en première moitié de saison, et laisse présager une élimination expéditive au premier tour des séries. Les Saguenéens devraient donc miser sur une grosse délégation dans le chic hôtel de la métropole lorsque le jury de sélection annoncera sa décision, quelques jours avant le deuxième tour de la grande danse du printemps, au lendemain de la présentation des Rondelles d'Or...