Cinq fois vainqueur de la Classique internationale de canots de la Mauricie, dont en 1999 (photo), le prolifique tandem de Serge Corbin et Normand Mainguy prendra le départ de la General Clinton Canoe Regatta, à Cooperstown.

Corbin-Mainguy: le retour d’un prolifique tandem

TROIS-RIVIÈRES — Pour une deuxième année de suite, le roi de la rivière Saint-Maurice s’est laissé tenter par la première étape de la Triple couronne de canot long parcours. Serge Corbin prendra en effet le départ de la General Clinton Canoe Regatta, le 27 mai à Cooperstown, en compagnie de son coéquipier de longue date, Normand Mainguy.

Le duo possède une feuille de route impressionnante. En plus de six victoires à Cooperstown, le tandem Corbin-Mainguy a aussi triomphé cinq fois à la Classique internationale de canots de la Mauricie (1986, 1988, 1989, 1998, 1999).

Corbin a d’abord accepté une invitation de son pote Mainguy pour aller ramer avec lui en Floride, près de Fort Lauderdale. «On s’est entraîné pendant trois semaines cet hiver. Et on a aussi participé au camp d’entraînement organisé par Bruce Barton là-bas. Disons que la piqûre est revenue assez vite!», admet celui qui a remporté 26 fois la Classique sur la rivière Saint-Maurice.

Ce n’est toutefois que dimanche dernier qu’il a confirmé sa participation à l’épreuve de 70 miles sur la rivière Susquehanna, de Cooperstown à Bainbridge. Lorsqu’on lui fait remarquer qu’il fait partie d’un duo d’expérience, Corbin prend la ballon au rebond, sans détour. «On est deux vieux!», rigole-t-il. «Normand a 57 ans et moi, 62 ans. C’est bien beau l’expérience, mais il faut aussi être en forme!»

N’empêche que Corbin n’a pas nécessairement la victoire dans son viseur, à une dizaine de jours du départ. «On s’en va là pour donner notre maximum. Gagner? C’est une autre affaire. On a donné ce qu’on avait à donner dans nos bonnes années. Notre machinerie n’est plus la même aujourd’hui. On rame surtout pour garder la forme», explique le membre du Panthéon des sports du Québec.

«Mais on a quand même un bon feeling sur l’eau. Le canot glisse bien. On s’adonne bien ensemble et on veut s’amuser.»

L’an dernier, après sept ans d’absence de la Triple couronne de canot long parcours, Corbin avait terminé en deuxième place à Cooperstown en compagnie de Guillaume Blais, cinq minutes derrière les vainqueurs Steve Lajoie et Andrew Triebold. «Ça s’était bien passé avec Guillaume. J’ai encore cette expérience en mémoire.»

Et la Classique?

Évidemment, Corbin sait bien que sa participation à la première étape de la Triple couronne alimentera les discussions et fera rêver les amateurs à un retour sur la rivière Saint-Maurice, pour la Classique internationale de canots. L’an dernier, le roi de la rivière avait rapidement fermé la porte à cette possibilité. Cette fois, il préfère ne pas regarder trop loin.

«Je vais commencer par faire Cooperstown. Ensuite, j’ai un voyage de pêche de prévu en juin. Il faut voir comment mon corps va réagir à tout ça. Ce n’est pas dans mes plans de participer à la Classique. On verra...»

Il n’est pas impossible que son coéquipier à Cooperstown lui serve la grande séduction pour le convaincre de prendre le départ à La Tuque à la fin de l’été. En 2018, Normand Mainguy a participé à la Classique pour la première fois depuis 1999, année de sa dernière conquête avec Corbin. Le vétéran de Mont-Laurier avait d’ailleurs offert une belle performance en arrachant une cinquième position en compagnie de l’Américain Trevor Lefever. Reste à voir s’il saura convaincre son frère d’armes de longue date.