Jimmy Pellerin et Steve Lajoie ont remporté la 86e édition de la Classique internationale de canots de la Mauricie.

Classique de canots de la Mauricie: Pellerin et Lajoie remportent une édition enlevante

Trois-Rivières — Au terme de trois jours et 200 kilomètres d’effort, Jimmy Pellerin et Steve Lajoie sont finalement sortis vainqueurs de la 86e Classique internationale de canots de la Mauricie, l’une des éditions les plus excitantes des 40 dernières années, et possiblement même de l’histoire de l’événement.

Profitant d’une mince avance de 14 secondes après les deux premières étapes, les vainqueurs ont parcouru les 37 derniers kilomètres, entre Shawinigan et Trois-Rivières, au sein d’un peloton de cinq équipes. Sous les cris nourris des amateurs réunis sur l’île Saint-Quentin, Pellerin et Lajoie ont toutefois concédé la victoire d’étape par 46 centièmes de seconde au tandem composé de Mathieu Pellerin et Matt Meersman.

«C’était excitant pour les fans d’avoir une course aussi serrée. Mais ça l’était pas mal moins pour nous!», a souri Lajoie à la suite de sa 11e victoire sur la rivière Saint-Maurice. 

«Pour le finish, on voulait pousser pour gagner l’étape, mais on devait aussi faire attention. Une fausse manœuvre aurait pu nous faire chavirer et nous coûter la victoire. Je pense que Mathieu et Matt voulaient davantage le sprint que nous.»

À ses côtés, son coéquipier Jimmy Pellerin savourait quant à lui un premier triomphe en sol mauricien, après avoir terminé sur la troisième marche du podium quatre fois de suite entre 2015 et 2018. «Je suis tellement heureux. Je vais célébrer ça en grand! En plus, c’est doublement spécial comme victoire puisque j’ai eu la chance d’avoir une belle compétition avec mon frère Mathieu.»

Une erreur coûteuse

En fin de compte, malgré deux victoires d’étape, Pellerin et Meersman ont pris le deuxième rang du classement cumulatif de la Classique, à 13 secondes et des poussières derrière les champions.

«Mes émotions sont partagées. On ne se voyait pas en tête avant la compétition. Mais c’est dommage de ne pas gagner alors qu’il ne nous manquait pas grand-chose. On était près», a commenté Pellerin, vainqueur en 2015 et 2016.

Au terme d’une chaude lutte, ce sont les petits détails qui auront permis de couronner l’équipe gagnante. Sur 200 km de compétition intense, c’est finalement une rentrée à l’eau, à la suite du portage sur la promenade du Saint-Maurice à Shawinigan, qui aura fait la différence. 

«C’est notre erreur. En fait, c’est mon erreur. Je prends entièrement le blâme», confessait le meneur du canot numéro 2, qui a néanmoins enlevé les honneurs de la première et de la troisième étape au terme de sprints spectaculaires en compagnie de son coéquipier américain.

L’équipe de Guillaume Blais et Samuel Frigon a pris le troisième rang de la dernière étape, mais aussi du classement général de l’épreuve. En arrivant à La Tuque, le duo rêvait de victoire. Sauf qu’au terme de la première étape, où ils ont concédé six minutes aux meneurs, Blais et Frigon ont dû se résigner.

«Ça n’a pas été une bonne édition pour nous. On s’est fait avoir dès le tour de bouée à La Tuque. Ensuite, ils étaient vraiment trop forts pour nous pour qu’on pense revenir dans la course», a commenté Blais, visiblement fort déçu.

«On visait mieux que ça cette année. On va prendre ça comme une année d’apprentissage pour revenir plus fort», a conclu Blais, champion de 2015 à 2017.

Dans la classe mixte, Christophe Proulx et Mary Schlimmer ont été sacrés champions.