Le Centre municipal de curling (photo) et l’aréna de Grand-Mère seront les hôtes du Championnat canadien junior de curling de Shawinigan, dans un mois.

Championnat canadien: la préparation va bon train

SHAWINIGAN — La ville de Shawinigan est sur le point de vibrer au rythme du Championnat canadien junior de curling. La compétition, qui réunira des équipes de partout au Canada, s’amorcera dans moins d’un mois. Selon le président et coordonnateur de l’événement, Alain Boucher, la préparation va bon train.

«On a encore du travail à faire, mais il reste 30 jours avant la compétition. Je serais confiant si elle avait lieu dans une semaine ou deux. Je dirais que nous ne sommes pas très loin d’être prêts», souligne-t-il.

Bien que le Championnat canadien s’amorce officiellement le 13 janvier, les 28 équipes arriveront à Shawinigan deux jours avant le début des hostilités. Elles bénéficieront d’une journée de pratique le vendredi 12 janvier.

Le Championnat se déroulera sur huit glaces différentes. Cinq surfaces seront aménagées du côté de l’aréna de Grand-Mère tandis que trois autres se trouveront au Club de curling. La confection de celles-ci débutera le 6 janvier afin qu’elles soient prêtes à temps pour le tournoi.

«Nous avons une très belle collaboration avec la Ville de Shawinigan. Elle va mettre l’aréna à notre disposition le 5 janvier. Nous allons donc être en mesure d’y apporter notre matériel, nos articles promotionnels et les estrades.» 

Afin de s’assurer que l’événement soit un succès, Alain Boucher s’est rendu au Championnat canadien junior de curling qui avait lieu à Victoria en 2017. Le week-end dernier, il a également assisté aux essais olympiques qui se tenaient à Ottawa.

«Jean-François Morand et moi avons eu la chance d’aller à Victoria en janvier dernier. Nous avons pu voir comment se faisaient le transport et l’hébergement. Nous avons pris beaucoup de notes à ce niveau-là. À Ottawa, j’ai visité tous les recoins du Centre Canadian Tire. Curling Canada voulait me montrer tous les espaces d’entreposage dont nous allons avoir besoin. Il y a beaucoup de matériel qui s’en vient. Malgré l’expérience que nous possédons, c’était agréable d’aller voir comment ça fonctionne.»

Plusieurs billets vendus

La vente de billets surpasse déjà les attentes du comité organisateur. En effet, pas moins de 317 passeports ont trouvé preneur lors de la prévente. L’objectif avait été fixé à 225. 

«Ce qui est intéressant là-dedans, c’est que ce nombre ne comprend pas les parents des athlètes. Du moment que les champions provinciaux seront nommés, leurs parents vont réserver leur passeport pour Shawinigan. Selon Danny Lamoureux de Curling Canada, c’est toujours entre 100 et 400 passeports supplémentaires qui sont vendus dépendamment de l’endroit où se déroule l’événement. Ça représente pratiquement la moitié de la capacité de l’aréna qui compte environ 1127 places. Il risque donc d’y avoir beaucoup d’ambiance», ajoute Boucher.

Les demi-finales et les finales seront présentées en direct sur les chaînes de RDS et TSN et le comité organisateur a bon espoir de remplir l’aréna de Grand-Mère au maximum de sa capacité.

Afin d’offrir une programmation diversifiée aux partisans, une zone de rassemblement sera également aménagée.

«Nous avons loué une structure gonflable qui sera installée dans le stationnement. Il rentre plus de 400 personnes à l’intérieur. Entre les parties, les gens vont pouvoir aller discuter, rencontrer les équipes et prendre une consommation. À Victoria, il n’avait rien de prévu lors du délai après les parties. C’était donc important pour nous qu’il y ait un lieu de rassemblement pour les spectateurs. Les membres de Curling Canada sont très satisfaits de notre travail jusqu’à présent», mentionne l’organisateur.

Les passeports donnant accès à toute la compétition sont en vente pour la somme de 60 $ sur le site ovation.qc.ca. Le coût d’un billet pour une rencontre est de 7 $.

«Pour nous, c’était important de mettre ça abordable pour que les gens puissent venir voir les meilleurs joueurs du Canada. Ce sont des Brad Gushue et des Jean-Michel Ménard en devenir. Dans quatre ou cinq ans, ils seront sur la scène canadienne et mondiale.» 

L’organisation d’un tel événement est complexe et représente un travail de longue haleine, cependant le comité organisateur compte sur la présence de 171 bénévoles jusqu’à maintenant. Alain Boucher se dit très heureux puisque l’objectif était de 140, au départ. 

Une sixième fois au Québec

Après Québec en 1950, Rouyn-Noranda en 1960, Saint-Jérôme en 1970, Trois-Rivières en 1993 et Sorel-Tracy en 2010, Shawinigan sera seulement la sixième ville hôtesse du Championnat canadien junior de curling au Québec, et ce, en 69 ans.

«Le Championnat canadien de curling s’est tenu dans d’autres villes canadiennes ayant des populations beaucoup plus importantes que Shawinigan. Ça ne reviendra pas ici avant 20, 25 ans», conclut Boucher.

Alain Boucher

Et de trois pour Alain Boucher

Le président et coordonnateur du Championnat canadien junior de curling à Shawinigan, Alain Boucher, n’en est pas à ses premiers pas dans l’organisation de compétitions sportives d’envergure. En effet, il en sera à un troisième tournoi important en carrière.

Bien qu’il ait commencé à pratiquer le curling en 1978, ce n’est qu’en 2002 qu’il a été président du provincial masculin à Grand-Mère.

«Ça avait été un succès phénoménal. Nous avions reçu 6000 personnes à l’aréna de Grand-Mère. À ce moment-là, c’était l’un des premiers tournois qui se tenait dans un aréna. Nous avions donc été innovateurs. Il y avait eu beaucoup d’affluence, nous avions réalisé un profit de 18 000 $», évoque le principal intéressé. 

À la suite de cette performance, Gilles Hamelin, qui était alors président de Curling Québec, avait approché Alain Boucher afin de lui offrir les rênes du Championnat mondial de curling de 2004.

«Une ville en Europe était censée le présenter, mais s’était désistée. Il m’a dit que j’étais son homme et que je n’avais que quelques minutes pour accepter ou refuser. C’était mon rêve et j’avais treize mois pour l’organiser, j’ai donc décidé de foncer.»

Cette compétition s’était finalement déroulée du côté du Colisée de Trois-Rivières. 

«Il y avait eu 25 000 personnes. Lors de la finale, 2500 personnes étaient présentes au Colisée. Près de 40 000 $ de profits avaient été réalisés lors de l’événement. Une partie de ce montant avait été distribué dans les sept clubs de curling présents à cette époque», se souvient-il.

C’est donc dire que Boucher aura fait l’organisation d’un championnat provincial, canadien et mondial dans le monde du curling.

«Je ne me pavanerai pas avec ça, ce n’est pas mon style. Mais je vais quand même avoir un sentiment de fierté. Pour moi, l’important c’est de bien réussir et que les gens vivent une belle expérience».

Affirmant qu’il prendra un peu de repos à la suite de cette compétition, il ne ferme pas la porte à un éventuel retour un jour. «J’aimerais vivre un tournoi majeur entre les meilleurs joueurs du monde. Qu’ils soient ici, une semaine ou une fin de semaine, avec une bourse à gagner. J’aimerais ça y participer, mais pour être franc, peut-être comme deuxième et non pas comme président. Je suis certain que ça attirerait beaucoup de monde.»