Après leur conquête du Championnat provincial au terrain de Pointe-du-Lac, les Aigles pee-wee AA de la Mauricie s’apprêtent à représenter le Québec au Championnat canadien présenté à Repentigny.

Championnat canadien de baseball pee-wee: Rémi Doucet y prend goût!

TROIS-RIVIÈRES — Plusieurs rêvent d’y prendre part ne serait-ce qu’une fois. Rémi Doucet, lui, approche de la dizaine de participations, si on additionne ses implications comme joueur et entraîneur des Aigles juniors, il y a quelques années. La semaine prochaine, il guidera, pour la deuxième fois en deux ans, ses jeunes joueurs des Aigles pee-wee AA au Championnat canadien de baseball.

L’enseignant se considère privilégié. Il se retrouve au sein d’une structure de développement en santé, qui fait des jaloux dans certaines régions du Québec. Aucun doute, le baseball mineur se porte bien en Mauricie. Et nos jeunes représentants viseront l’or, la semaine prochaine à Repentigny.

«C’est le seul championnat canadien que tu peux vivre avec ton équipe de baseball mineur. Après ça, le format des sélections provinciales embarque et c’est différent. On a dit aux jeunes d’en profiter au maximum», sourit Doucet, un acteur important de la scène du baseball régional.

Entraîneur-chef des Aigles juniors pendant une décennie, il est aux premières loges pour constater que les efforts déployés depuis l’émergence de Baseball CRM en 2007 portent leurs fruits. Il risque d’y avoir, plus tôt que tard, de dignes successeurs à Raphaël Gladu, l’un des meilleurs joueurs de la Ligue Can-Am cet été avec les Aigles de Trois-Rivières.

«Les pee-wees de la cuvée 2019 forment un groupe exceptionnel. Nous n’avons jamais vu autant de circuits frappés dans les pratiques. Six de nos lanceurs atteignent déjà plus de 70 miles à l’heure avec leurs tirs! Le plus beau dans tout ça, c’est que ce ne sont pas trois ou quatre joueurs qui construisent ces succès. Tout le monde y contribue, d’un à neuf.»

Baseballeurs et hockeyeurs

Les jeunes dirigés par Rémi Doucet et son équipe d’entraîneurs se débrouillent bien avec la petite balle blanche cousue, mais ils sont aussi de fiers hockeyeurs. Sept d’entre eux, mentionne Doucet, évoluent dans la structure de hockey des Estacades.

Quand on parle des bienfaits du multisports, un exemple probant existe dans la région.

«Chez nous c’est vrai et on l’applique, on le vit pleinement. On ne peut en dire autant de toutes les régions. Je ne crois pas, malheureusement, que ce soit autant valorisé ailleurs. Certains de nos p’tits gars auront vécu, dans la même année, le Tournoi international de hockey pee-wee de Québec ainsi que le Championnat canadien de baseball de leur catégorie. Ce n’est pas rien!»

Rémi Doucet

Choix déchirants

Quand il a décidé de se ranger du côté du baseball mineur il y a quatre ans, Rémi Doucet avait déjà une bonne base à savoir comment négocier avec cette clientèle, qui n’a pas les mêmes besoins que les juniors, âgés de 17 à 22 ans.

«Les 12 ans et moins, je les connais bien, car je suis enseignant depuis 20 ans. Et mon groupe actuel, je le suis depuis maintenant quatre ans. J’ai toujours misé sur le plaisir de venir au terrain, peu importe l’âge des gars à qui je m’adresse, et ce tout en insistant sur le désir de gagner.»

L’équipe façonnée par Doucet et ses adjoints comptera 18 jeunes, dont quatre de l’extérieur de la Mauricie, histoire d’assurer une meilleure profondeur du côté des lanceurs.

Les Aigles AA ont dû piger dans leurs deux équipes, les Aigles Noirs et les Aigles Rouges, afin de construire l’équipe présente au Championnat canadien. Un difficile exercice puisqu’il a fallu trier tout le monde.

«Je veux tous les amener, mais c’est impossible. On déteste faire ça, que ce soit dans le pee-wee ou le junior. À l’époque, je me suis parfois chicané avec le directeur général des Aigles juniors, Mathieu Hamelin, parce qu’on ne s’entendait pas sur qui amener ou pas. Et nous étions proches! Sur le plan humain, ce n’est pas évident, c’est pire que dans le junior.»

Reste que c’est un heureux problème, on en conviendra. Quand Doucet est arrivé chez les juniors comme adjoint à Jean-François Picard au milieu de la décennie 2000, le baseball mauricien peinait à produire des joueurs du calibre de la Ligue de baseball junior élite du Québec.

«On en avait de très bons, mais en quantité, c’était plus ardu. C’était une période creuse qui est difficile à imaginer aujourd’hui, avec tous les excellents espoirs qui poussent.»

Au tournoi de Drummondville cette saison, les Aigles Rouges de Doucet et les Aigles Noirs de Mike Lachance, le directeur technique de la structure, ont croisé le fer. Cela témoigne de la profondeur et du talent de nos jeunes. Le tout a failli se répéter au tournoi de Nicolet.

«En 2018, nous avions six ou sept joueurs de première année pee-wee au Championnat canadien. Ces gars ont pris de l’expérience et ils arriveront encore mieux outillés à Repentigny.»

La compétition commencera jeudi prochain, le 22 août.