Déjà qualifié pour les Universiades, Antoine Thibeault, spécialiste du 3000 m steeple, peut obtenir son billet pour le championnat du monde s'il abaisse son record personnel d'environ deux secondes.

Championnat canadien d'athlétisme: Thibeault sera-t-il sage?

L'audace pour un coureur un peu amoché, c'est un couteau à double tranchant. Elle peut te pousser à faire des choses spéciales certes, mais elle peut aussi te fragiliser encore plus.
Sur la piste du championnat canadien à Ottawa jeudi, Antoine Thibeault devra décider s'il s'en sert ou s'il préfère être sage. Déjà qualifié pour les Universiades, ce spécialiste du 3000m steeple peut obtenir son billet pour le championnat du monde s'il abaisse son record personnel de deux secondes et des poussières... et qu'il monte sur le podium. 
Avec un temps de 8:34:08, Thibeault a ce qu'il faut dans le ventre pour s'offrir ça. Mais ça veut dire pousser à fond, avec un tendon capricieux. Dans ces conditions, il va attendre jusqu'à la dernière minute avant de choisir sa stratégie.
«Ça va dépendre de l'allure de la course», prévient son entraîneur Pierre Thibodeau. Il peut se qualifier pour les Mondiaux, mais pas s'il doit tout faire seul en avant. À ce prix-là, ce serait trop risqué. Les Mondiaux, ce serait bien l'fun, mais un tendon pour un coureur de 3000 m steeple, c'est important d'en prendre soin. À ce stade-ci, la priorité c'est sa carrière, pas le championnat du monde.»
La bonne nouvelle pour Thibeault, c'est qu'il ne devrait pas être le seul à tirer le peloton. L'olympien Matt Hughes a été blessé plus tôt cette année, alors il n'a toujours pas sa qualification pour les Mondiaux en poche. Si Hughes veut garder sa place parmi l'élite mondiale, c'est à Ottawa qu'il doit entrer un chrono sous 8:32. Or avec un lapin de cette trempe, Thibeault pourrait certainement se laisser tenter de le suivre! 
«Hughes est intouchable présentement s'il décide de rouler à son plein potentiel. Mais s'il le fait, ça pourrait effectivement influencer Antoine. On verra, parfois le championnat canadien, ce n'est pas la meilleure place pour établir des records personnels car les coureurs visent avant tout le podium, ce qui provoque une course plus stratégique. Antoine sera préparé pour les deux scénarios.»
S'il se qualifie, le jeune homme de 23 ans aura rendez-vous avec la crème de son sport dans deux semaines à Londres, un rendez-vous qui devrait l'inciter à renoncer aux Universiades en août.
Outre Thibeault, sept autres porte-couleurs du club Zénix participeront au championnat canadien.
Jade Custeau, même si elle est juvénile, se prépare à affronter les meilleures juniors au pays sur 400 et 800 m et Thibodeau avance qu'une finale n'est pas impossible. «Elle détient le huitième meilleur temps, c'est faisable. Ce sera assurément une belle préparation pour son vrai championnat canadien chez les juvéniles, en août.»
Marie-Frédérique Poulin, sur 400 m, peut viser elle aussi une finale. Un objectif réalisable, à condition de sortir sa meilleure performance de la saison. Nouvelle recrue au club, Parfaite Ségolène Moussouanga sera quant à elle à surveiller au lancer du disque. La Montréalaise, qui a porté les couleurs des Diablos au basket-ball l'hiver dernier, a été médaillée de bronze l'an passé.
Rosalie Boisclair (400 m), Kloé Gervais-Pépin (5000 m) et Elliott Héroux (1500 m-3000 m steeple chase) complètent la délégation mauricienne. «C'est l'une de nos belles délégations au championnat canadien. Pour plusieurs, l'occasion est parfaite pour prendre de l'expérience. J'ai bien hâte de les voir à l'oeuvre», conclut Thibodeau.