Selon Patrick Trahan (à droite), organisateur du Challenge blanc, l’événement est très apprécié de la population de La Tuque, dont on peut voir le maire, Pierre-David Tremblay, à gauche sur la photo.

Challenge blanc: une réussite malgré le froid

LA TUQUE — Outre le froid mordant qui s’est invité pour une partie de la durée de l’événement, la sixième édition du Challenge blanc est une franche réussite, estime son organisateur, Patrick Trahan.

Au total, 75 participants, formant 32 équipes, étaient présents à ce rallye de navigation hors-piste. Ils devaient parcourir environ 750 km en trois jours et la distance parcourue a déterminé les vainqueurs.

«Les gens venaient de partout: de Toronto, de la Côte-Nord et on avait deux équipes de l’Abitibi. Il y avait aussi un Suisse et un Belge, ainsi que des membres des forces armées, de la division des Rangers», se réjouit Trahan.

Celui-ci estime également que l’événement a été bien apprécié des spectateurs de La Tuque. Ceux-ci ont d’ailleurs eu l’occasion cette année de voir davantage les participants, puisque l’épreuve d’endurance se déroulait près du Club Odanak.

«Les gens de la place ont adoré ça, de voir une activité de motoneige à La Tuque. En dehors du Challenge blanc, ils ne sont pas habitués à voir ça. C’était une nouveauté, l’épreuve d’endurance, et je crois bien qu’on va la ramener, puisque je pense que les gens veulent voir ça», croit-il.

La formule de cette épreuve est d’ailleurs assez unique au Québec, selon Trahan.

Des Rangers des Forces armées canadiennes, qui participaient au Challenge blanc, ont porté secours au jeune homme qui s’est blessé, vendredi matin, peu après son départ de La Tuque.

«C’était un départ en ligne, les pilotes devaient courir sur quelques mètres pour embarquer sur leur motoneige. Les équipes qui allaient rapidement ont fait trois tours et ne pouvaient pas continuer ensuite. Il y a eu huit tours en quatre heures. À la fin, il restait 6 équipes sur 19», relate-t-il.

En fin de compte, malgré le froid, Patrick Trahan se dit encouragé à renouveler l’expérience l’an prochain. «C’est une belle édition, une belle réussite. Ça m’encourage à faire une septième édition», promet-il.

La sécurité mise à l’épreuve

La journée de vendredi avait pourtant démarré sur une mauvaise note, peu après le départ des motoneigistes du centre-ville de La Tuque.

Un participant venant de Manawan s’est blessé sérieusement après avoir perdu le contrôle de son véhicule. Il a été éjecté de sa motoneige dans un saut sur une bosse naturelle en forêt et a atterri contre un arbre, se fracturant le fémur et le bassin. Heureusement, les secours sont intervenus rapidement, relève Patrick Trahan.

«On avait des “fermeurs” sur place, donc on savait exactement où il était et les secours ont été informés de sa localisation. Le service incendie était d’ailleurs informé de tout. C’est comme un ange gardien qui veille sur nous. Les pompiers n’étaient pas loin et en 15 ou 20 minutes, ils étaient sur place. Ç’a été une intervention rapide, vu la gravité des blessures», souligne l’organisateur du Challenge blanc.

Des membres de la division des Rangers qui étaient à la compétition ont également pris soin du blessé. Celui-ci a ensuite été transporté à l’hôpital et est entre de bonnes mains, assure Trahan.

Les participants au Challenge blanc sont partis du centre-ville de La Tuque tôt vendredi matin.

Cet incident, même s’il est malheureux, a permis de démontrer l’efficacité des mesures mises en place par l’organisation du Challenge blanc pour assurer la sécurité de ses participants, selon lui.

«Un de mes points les plus importants (dans l’organisation), c’est la sécurité», soutient-il.