Marc-Antoine Pépin a marqué son premier but dans le junior lors de la Classique Hivernale, en février dernier. Un beau souvenir, probablement délogé par celui qu’il est en train de se forger dans le giron des Maple Leafs.

«C’est fou ce qui m’arrive!»

Trois-Rivières — Peu de joueurs dans le junior ont fait autant de chemin que Marc-Antoine Pépin en 12 mois.

Le gros défenseur de la Mauricie s’apprête à côtoyer les rock stars des Maple Leafs de Toronto au camp d’entraînement de l’équipe qui s’amorce jeudi. Un privilège mérité grâce à un solide camp des recrues plus tôt cette semaine, où il est arrivé à titre d’invité. Dans quelques heures, il va se mesurer à des gars comme John Tavares alors qu’il y a un an à peine, il évoluait dans le circuit collégial.

«Il y a un an jour pour jour, j’étais dans le fin fond des mines, à Thetford Mines. Là je m’en vais sur la glace avec Auston Matthews. C’est fou ce qui m’arrive, et je l’apprécie vraiment», souligne l’arrière des Cataractes de Shawinigan, qui dit avoir été surpris par la décision des Leafs de l’amener au gros camp. «Je n’avais pas d’attente. Juste d’aller au camp des recrues, c’était une belle expérience. À mon premier match, je ne m’étais mis aucune pression et ça s’était bien passé. J’ai moins aimé mon deuxième match mais je pense avoir fini en force au troisième et c’est là que j’ai eu la bonne nouvelle.»

À partir de là, Pépin se met en mode éponge. Pas question de se fixer un objectif précis. «Chaque journée, c’est un bonbon, un petit boni. L’idée, c’est d’en tirer le maximum pour apprendre», explique le jeune homme de 18 ans. «C’était plus rapide que dans le junior au camp des recrues. Les gars sont plus forts, tu dois faire tes jeux plus rapidement. Ça m’a pris un petit bout à m’ajuster. Je comprends aussi que ça va encore monter d’une bonne coche au vrai camp. J’ai hâte de goûter à ça.»

En 24 matchs la saison dernière avec les Cataractes, Pépin s’est forgé une fiche d’un but et 13 passes, en plus d’un différentiel de -8. Martin Mondou avait obtenu ses droits du Phoenix de Sherbrooke en retour d’un modeste choix de 10e tour à l’automne 2018. Rapidement, il a pris du galon à son arrivée avec l’équipe, au point d’être l’un des joueurs les plus utilisés par Daniel Renaud en séries.