Même si la défaite a été difficile à encaisser lors du match de la Coupe Grey, Jean-Christophe Beaulieu (46) entrevoit l’avenir avec optimisme.

«C’est de l’expérience en banque»

TROIS-RIVIÈRES — La consécration canadienne attendra. À leur première participation à la Coupe Grey, Jean-Christophe Beaulieu et Louis-Philippe Bourassa sont arrivés à court de l’objectif ultime au terme d’une défaite de 27-16 du Rouge et Noir d’Ottawa aux mains des Stampeders de Calgary, dimanche dernier.

Après une saison fort satisfaisante, notamment marquée par le championnat de la section Est, tant en saison qu’en éliminatoires, les deux Mauriciens ont vécu des moments exceptionnels la semaine dernière à Edmonton, dans le cadre de la grand-messe du football canadien.

Joints par Le Nouvelliste au surlendemain de cette défaite crève-coeur, les ex-Diablos acceptaient le sort avec sérénité. «C’est de l’expérience en banque. C’était un bon match disputé dans des conditions difficiles. On met ça dans notre poche arrière et on avance», a laissé tomber Beaulieu.

Quelques instants avant de retraiter au vestiaire, pour laisser la place au spectacle de la mi-temps, le Rouge et Noir était toujours dans le coup à 14-11 en faveurs des Stampeders. Puis, un jeu a complètement fait basculer la rencontre. Le spécialiste des retours de botté Terry Williams a retourné un dégagement sur 97 verges pour porter la marque 21-11 avec quelques secondes à peine à écouler au cadran.

«Ce jeu-là a été douloureux, mais j’y ai cru tout le long quand même. Dans la LCF, ce n’est jamais fini. On bougeait bien le ballon, mais on s’est tiré dans le pied. Notre défensive a réussi une interception et on n’a pas réussi à aller chercher de points. C’est une séquence qui a fait mal aussi. On n’a pas été assez opportuniste», analyse le centre-arrière de 28 ans.

Au même titre que Beaulieu, Bourassa était aux premières loges pour assister au jeu crucial de cette rencontre. Même si ce touché à porté un dur coup aux Ottaviens, le moral était toujours bon dans le vestiaire après deux quarts. «Sur la séquence, plusieurs gars ont glissé et ça leur a ouvert la porte. Mais les gars n’étaient pas à terre malgré ça. On a eu nos chances par la suite, mais on n’a pas réussi à capitaliser sur les revirements. Ce n’est pas évident de jouer du football de rattrapage dans des conditions comme ça.»

Dans la défaite, Beaulieu a tout de même laissé sa marque sur la feuille de pointage. En plus d’un attrapé pour 6 verges, il a aussi capté le ballon sur un converti de deux points à la suite du seul touché du Rouge et Noir. L’ancien des Estacades a également ajouté un plaqué sur les unités spéciales.

Mais au-delà de toutes les statistiques, un sujet faisait l’unanimité au terme de la 106e édition de la Coupe Grey: la qualité de la surface de jeu au Stade du Commonwealth d’Edmonton. «C’était ridicule. Il a fait beau et chaud toute la semaine avant le match. C’était possible de livrer un terrain qui n’était pas complètement glacé, peste Beaulieu. Tu as les deux meilleures équipes de la ligue qui s’affrontent. Tout le monde attend ce match-là. Et finalement, les gens sont loin d’avoir le meilleur football possible à cause d’un terrain complètement glacé. C’était impossible de réussir des jeux. Tout le monde ne faisait que glisser.»

Recherche de contrat

Au terme de sa meilleure saison en carrière dans la LCF, Beaulieu aimerait évidemment poursuivre l’aventure dans la capitale fédérale. Son contrat de trois ans signé avec les Alouettes de Montréal au printemps 2016 arrive à échéance. «Je suis très satisfait de mon année. J’aurais aimé avoir le ballon encore plus souvent, mais en même temps, je sais que je ne suis pas la cible principale dans l’équipe. Je veux rester à Ottawa. C’est une organisation géniale qui joue du très beau football.»

Pour sa part, Bourassa est toujours sous contrat avec Ottawa pour la saison 2019. Le Shawiniganais a déjà hâte de se remettre au boulot afin de compléter le travail inachevé de 2018. «J’ai réussi à bien m’ancrer avec l’équipe. Les botteurs Lewis Ward et Richie Leone ont connu beaucoup de succès. Je prends donc un petit morceau de ces succès. Je suis bien heureux de ma saison au plan personnel.»