Martin Mondou prévoit une saison fort intéressante pour ses jeunes Cataractes.

«C’est beaucoup plus excitant»

Shawinigan — C’est jour de rentrée locale pour les Cataractes de Shawinigan, qui vont renouer avec leurs partisans après avoir ramené une victoire en deux essais en Abitibi le week-end dernier.

Le directeur-gérant Martin Mondou a beau avoir pas mal d’expérience derrière la cravate, il sentira une certaine fébrilité lorsqu’il se pointera au Centre Gervais Auto en fin d’après-midi. «On a tout hâte, c’est normal. C’est beaucoup plus excitant, on entre dans une phase où les attentes seront plus élevées. Nos jeunes vont continuer de grandir, mais ça va se faire en gagnant notre part de matchs.»

Comme le pilote Daniel Renaud, le patron hockey ne veut pas établir d’objectifs précis en vue des prochains mois, en termes de rang au classement ou même de plateau de victoires. «On ne l’a jamais fait. L’idée, c’est de s’améliorer chaque jour, chaque mois, afin d’arriver prêts pour les séries. On veut gagner plus de matchs qu’on va en perdre, c’est sûr. Mais l’important, c’est notre façon de travailler», fait valoir Mondou, dont l’œuvre est encore inachevée. «Il nous manque un vétéran de 20 ans. On regarde le marché, mais nous ne sommes pas pressés. On va attendre le bon candidat. Nos succès vont aussi dépendre en partie du travail de nos gardiens. Antoine Coulombe connaît tout un départ, c’est beau à voir.»

Pour acheter du temps, Mondou a souvent fait référence au cycle des Beauvillier et Girard ces deux dernières saisons, alors que deux campagnes difficiles avaient préparé trois autres campagnes de performance. Dès la 3e saison du cycle, les Cataractes s’étaient installés dans le top 5. «Je ne sais pas si on sera top 5. Mais ce qu’on va viser, c’est de faire un plus long bout de chemin en séries. On veut préparer notre groupe à gagner les matchs importants», lance Mondou, en faisant référence à l’échec de l’équipe en première ronde face aux Mooseheads de Nikolaj Ehlers et Timo Meier. Mondou convient que l’édition actuelle est bâtie différemment du groupe mené par Beauvillier et Girard. «On n’a pas de Samuel Girard dans le champ arrière. Par contre, on a certainement plus de munitions à l’attaque.»

Mavrik Bourque a rapidement séduit les amateurs l’an dernier. À compter de vendredi soir, ce sera vraisemblablement au tour de Vasily Ponomarev, le joyau russe enrôlé par l’organisation cet été. Depuis son arrivée il y a trois semaines, Ponomarev est impressionnant. «Ce n’est pas une surprise pour moi, j’avais eu la chance de le voir jouer, je savais le genre de hockey qu’il pouvait nous apporter. Ce que j’ai découvert par contre, c’est à quel point il est dédié. C’est le premier arrivé au gym, le dernier sorti. C’est rare qu’on voit ça chez un Européen. Il est 100% dédié à sa carrière, et tu vois qu’il est heureux d’être ici. C’est le genre de comportement qui peut rapidement devenir contagieux…»


« Ce qu’on va viser, c’est de faire un plus long bout de chemin en séries. On veut préparer notre groupe à gagner les matchs importants »
Martin Mondou

Ca match d’ouverture locale sera disputé face aux Tigres de Victoriaville, toujours à la recherche d’un premier gain cette saison en trois sorties.

Les Tigres, rivaux de division, ont toutefois deux points au classement, puisque deux de leurs revers ont été subi au-delà des 60 minutes de jeu réglementaire. Les Félins feront face à Antoine Coulombe, qui n’a pas encore accordé un but en quatre périodes.