Drakkar

Dixième victoire consécutive pour le Drakkar grâce à un gain contre Shawinigan

BAIE-COMEAU – Le Drakkar de Baie-Comeau a porté à 10 sa séquence de victoires consécutives en disposant des Cataractes de Shawinigan par la marque de 5-1 au Centre Henry-Leonard en ce samedi plus que frisquet

La rencontre a été à peine plus serrée que la veille, le Drakkar n’étant jamais en péril dans ce duel, où il affrontait notamment son ex-gardien Justin Blanchette, victime de 5 buts sur 39 tirs. Ethan Crossman et Nathan Légaré ont pris l’offensive des locaux en mains en inscrivant chacun un doublé. Xavier Bouchard a été l’autre marqueur.

«J’ai plus aimé notre performance aujourd’hui (samedi) que celle de la veille», a lancé le pilote des Cats, Daniel Renaud. «On a été moins fancy, on a réussi à amener plus de rondelles au filet, surtout en deuxième. On a d’ailleurs joué une bonne deuxième période, mais on a quand même raté des occasions d’amener des rondelles au but. On a aussi mieux joué défensivement que la veille. On a solidifié l’enclave pour garder Baie-Comeau à l’extérieur», a-t-il lancé.

Quant à la prestation de son cerbère Justin Blanchette pour son retour à Baie-Comeau, l’entraîneur-chef l’a plus ou moins qualifié. «Il s’est battu, il a compétitionné. À la fin de la journée, tout ce qu’on peut demander à un joueur de hockey, c’est de travailler fort et il l’a fait», a souligné Renaud.

«On a encore été en contrôle, autant de nos émotions que de notre manière de jouer», a fait valoir Martin Bernard, près de l’autre vestiaire. «En première, on a donné trois lancers et en troisième, seulement un. On a fait de bonnes choses», a-t-il poursuivi en signalant qu’un des objectifs était de remporter le duel des unités spéciales, ce qui fut fait avec un but en deux occasions pour le Drakkar tandis que les Cataractes étaient blanchis à ce chapitre à leurs quatre tentatives.

Comme la plupart des 2001 spectateurs présents au match, l’entraîneur-chef était d’avis que la cohésion commence à s’installer dans son club. «On a eu deux semaines à la maison et on en a une autre jusqu’à mercredi et ça, c’est du temps d’entraînement, du temps de rencontres avec les gars. On avait plusieurs choses à travailler et à parler.»

«Avec les acquisitions, il y en a qui sont dans des rôles différents. On avait beaucoup de choses à clarifier et on a pu avancer là-dedans. Maintenant, on a des balises, des repères pour continuer à faire progresser notre équipe vers les éliminatoires», a enchaîné Bernard.

Question de ne pas se faire blanchir un deuxième match consécutif, les Cats ont enfilé le premier but de la rencontre à leur premier tir, celui de Jérémy Manseau, au terme d’une descente à deux contre un après une rondelle perdue par le Drakkar à la ligne bleue adverse. Ce fut là l’un des trois seuls tirs des visiteurs en première, malgré deux jeux de puissance.

Baie-Comeau a répliqué avec deux buts en l’espace de 22 secondes, les premiers du jour pour Crossman et Légaré, ce dernier après une mêlée tout juste devant Blanchette. Marc-Antoine Brouillette croyait bien avoir porté le pointage 3-1 avant le son de la sirène annonçant la fin du premier tiers, mais le but a été refusé en raison d’un hors-jeu sur la séquence.

Avec 11 tirs au filet en deuxième, les Cataractes ont bien tenté de réduire l’écart, mais ils se sont butés à un Alex D’Orio encore en grande forme, lui qui se fait avare de buts depuis qu’il porte l’uniforme du Drakkar (sept en cinq rencontres, dont trois dans un même match).

C’est plutôt Légaré (34e) qui a procuré un coussin de deux buts aux siens, durant une pénalité à retardement, le Drakkar évoluant alors avec six jours sur la patinoire. Crossman (6e) et Bouchard (3e) ont complété dans un dernier engagement où les visiteurs n’ont pris qu’un seul lancer au but.

Après encore quelques jours à la maison, le Drakkar appareillera pour les Maritimes mercredi avec trois rencontres en autant de jours à St.John, Bathurst et Moncton. Il aura donc l’occasion de battre le record d’équipe pour le plus grand nombre de victoires consécutives, qui est de 11.

Drakkar

Victoire sans équivoque du Drakkar contre les Cataractes

BAIE-COMEAU — Sans surprise, le premier match du programme double entre Shawinigan et Baie-Comeau a tourné à l’avantage des seconds. Les Cataractes ont joué pour limiter les dégâts, laissant le Drakkar signer un gain sans équivoque de 5-0.

Ce fut un véritable bombardement en ce qui concerne les lancers, avec un tableau des tirs indiquant 46-16 en faveur des locaux, dont seulement 5 pour les Cats après 40 minutes de jeu. À son premier départ à Baie-Comeau, le gardien Lucas Fitzpatrick a eu la partie relativement facile pour signer le premier jeu blanc de sa carrière junior majeur et le premier du Drakkar cette saison.

«C’est le genre de performance qu’on veut voir de notre équipe. On a contrôlé le jeu du début à la fin», a déclaré le pilote du Drakkar, Martin Bernard. «Notre jeu d’ensemble a été adéquat, mais la chose qui a moins bien fonctionné, c’est notre avantage numérique (0 en 6). On a eu des chances, mais on a manqué d’exécution.» L’absence de Jordan Martel (commotion) a forcé Bernard à repenser ses combinaisons.

Très insatisfait du niveau d’intensité des siens après la rencontre de mardi, l’entraîneur-chef se réjouissait de l’effort de ses troupiers vendredi. «On a travaillé fort cette semaine pour faire comprendre aux gars l’importance de ce genre de match de 60 minutes comme un métronome», a ajouté Bernard en soulignant le travail de Fitzpatrick, «qui fait de l’excellent travail depuis son arrivée avec nous».

Quant à Daniel Renaud, il n’a pas manqué de rappeler que ce duel opposait l’équipe la plus expérimentée du circuit à l’équipe la plus jeune, «mais il y a des affaires que t’as le droit de faire et d’autres que t’as pas le droit, que tu aies 16 ou 20 ans». Il faisait référence à la bévue du jeune défenseur Leon Denny, qui a bêtement remis le disque à Ivan Chekhovich profondément dans sa zone sur le troisième but, celui de Nathan Légaré.

«Le troisième but nous a fait mal. Après, on a senti que le niveau d’intensité a baissé sur le banc», a fait valoir le pilote des Cataractes. «En première, on a eu des occasions d’amener la rondelle au filet, mais on a voulu être trop cute avec une passe, deux passes, trois passes et le tir parfait. C’est sûr que les odds ne sont pas de notre bord.»

Xavier Bouchard (2e) a été le seul marqueur au premier engagement. Le gardien Antoine Coulombe, solide dans le revers, a été battu par ce tir qui a dévié. À l’autre bout, les visiteurs n’ont pris que deux maigres lancers sur leur ex-coéquipier Fitzpatrick. Malgré encore une nette domination au chapitre des tirs en deuxième (22-3), le Drakkar n’a marqué qu’une seule fois, le but de Shawn Element (12e). Ce dernier a saisi le retour du tir de Sacha Roy, qui avait reçu un cadeau de Coulombe, qui lui avait carrément donné le disque après une sortie ratée.

Les trois meilleurs buteurs du Drakkar, Légaré (32e), Chekhovich (36e) et Yaroslav Alexeyev (24e) ont complété le pointage en troisième. Les deux mêmes formations se retrouvent samedi après-midi, de nouveau au domicile du Drakkar.

Sports

De retour dans le portrait des séries

Shawinigan — Les Cataractes ont profité de leur bref retour à domicile pour reprendre la pôle dans cette guerre sans merci qu’ils vont livrer aux Sea Dogs de Saint-John pour accéder aux séries. En signant un gain de 3-2 aux dépens des Olympiques de Gatineau, devant quelque 2800 amateurs réunis au Centre Gervais Auto, les hommes de Daniel Renaud ont repris le 16e et dernier rang du classement général donnant accès aux séries, un point devant leurs ennemis jurés.

Cette victoire tombe à point. Elle met fin à une vilaine séquence de cinq revers d’affilée. Et elle est encaissée à la veille d’un week-end qui s’annonce difficile à souhait à Baie-Comeau, avec deux matchs programmés face au puissant Drakkar en moins de 24 heures.

Dans les circonstances, il fallait sortir de l’aréna avec les deux points à l’enjeu et les Shawiniganais ont rempli la commande. 

La façon est toutefois surprenante: la pire défensive de la ligue n’a accordé que deux buts, inscrits en avantage numérique. À forces égales, les locaux ont offert bien peu à leurs visiteurs, et Antoine Coulombe a semblé plus en confiance entre les poteaux qu’à ses récentes sorties.

L’attaque a été dirigée par Valentin Nussbaumer, qui continue de surfer sur la vague du Mondial junior. Il a marqué le deuxième but de son club à la manière d’un joueur de baseball, frappant au vol le retour d’un lancer de Marc-Antoine Pépin, qui a disputé un excellent match. 

Puis en troisième, Nussbaumer a porté la marque à 3-1 en s’emparant d’une rondelle libre dans l’enclave qu’il a rapidement logée dans la lucarne. Un but important puisque les Olympiques ont ensuite ramené l’écart à un seul but grâce à leur attaque massive. 

Sous pression, les Cataractes ont alors réussi à écouler les dernières minutes de jeu pour encaisser les deux points à l’enjeu.

«Individuellement, c’est plaisant de marquer. Mais le collectif passe toujours en premier et c’est une grosse victoire pour nous», argumentait Nussbaumer. 

Sports

Nussbaumer en deuxième vitesse?

SHAWINIGAN — L’épopée de l’équipe nationale suisse au dernier Mondial de hockey junior semble avoir insufflé une nouvelle dose de confiance et de dynamisme à Valentin Nussbaumer, dont les succès – ou les insuccès – auront un impact direct sur les chances des Cataractes de se qualifier pour les séries d’après-saison.

L’ailier gauche a savouré chaque moment passé dans l’Ouest canadien, pendant la période des Fêtes. La victoire de la Suisse acquise en quarts de finale devant les Suédois fut l’un des moments marquants du championnat. À la fin, Nussbaumer et ses coéquipiers ont égalé la deuxième meilleure performance des hockeyeurs de leur pays au Mondial junior.