Aleck Desrochers a laissé une très bonne impression chez les Huskies de Gilles Bouchard, jeudi au Centre Gervais Auto.

Une soirée inoubliable

Au milieu de tous ces aspirants à une carrière junior majeur, c'est un jeune gardien des Estacades juvénile qui a volé la vedette de la première journée du Challenge des recrues, présenté à Shawinigan jusqu'à samedi.
Aleck Desrochers n'était même pas supposé être sur place. Il a été invité par les Huskies mercredi soir, eux qui ont vu deux gardiens se blesser. Desrochers s'est amené au Centre Gervais Auto sans promesse, juste content de recevoir cet appel. 
«C'était inespéré! Je m'en allais me coucher quand le téléphone a sonné mercredi. Je me préparais pour un camp junior AAA, pas pour du junior majeur. Mais bon, j'étais content de recevoir l'appel! Je me suis présenté ici pas dans l'espoir de faire l'équipe, simplement avec l'idée de montrer ce que je pouvais faire.»
Il a certainement montré de belles choses en matinée, puisque Gilles Bouchard a décidé de lui confier le match face aux Cataractes en soirée. Devant ses parents et amis, il signé un gain de 3-2 en fusillade. Une soirée inoubliable. «C'était spécial, c'est sûr. J'ai adoré l'expérience. Évidemment, ça ne se compare pas comme calibre avec ce que j'ai vécu l'an passé dans le juvénile. Sauf que j'ai eu la chance de pratiquer tout l'été avec des gars comme Michaël Bournival, Samuel Blais et Alexis D'Aoust. Disons que j'étais confortable avec la force des tirs ce soir!»
Desrochers a cédé le premier but du match sur une belle pièce de jeu finalisée par l'ex-Estacades Alex Plamondon. Puis il a mal paru sur le deuxième filet qu'il a accordé de la ligne bleue, marqué par l'ex-Panthères du CMI Zachary Bellefeuille. 
Ce but l'a fouetté, le petit portier s'est transformé en mur par la suite. Ses coéquipiers ont rattrapé le retard de deux buts et en fusillade, Desrochers a eu le dessus sur Lucas Fitzpatrick, le gardien des Cataractes qui a lui aussi connu une bonne soirée. «Je n'ai jamais vu le tir sur le deuxième but. Quand j'ai vu la rondelle derrière moi, mon coeur a arrêté de battre pendant deux secondes! Mais il n'était pas question de lâcher... En fusillade, j'étais un peu stressé. Finalement, ça s'est bien passé!»
Dans l'autre camp, Fitzpatrick était lui aussi content de sa performance. Coincé derrière les vétérans Mikhail Denisov et Zachary Bouthillier, le jeune homme de 17 ans préfère se concentrer sur ce qu'il contrôle, c'est-à-dire ses performances sur la glace. 
«Je suis content de mon match. Il ne manquait que la victoire pour être pleinement satisfait. Mon focus pour les prochains jours, c'est de démontrer que je peux jouer à ce niveau», soulignait le frère d'Evan, le gardien vedette du Phoenix de Sherbrooke. «Il m'a refilé quelques conseils, c'est sûr. On s'est entraîné ensemble toute l'année. Mais en bout de ligne, je dois tracer mon propre chemin.»
Chose certaine, sa tenue jusqu'à maintenant réjouit le pilote Daniel Renaud, qui évoque son nom quand on lui demande quels jeunes se démarquent depuis l'arrivée des recrues en ville mardi matin. 
«Il fait très bien les choses. En fait, il nous donne ce qu'on attendait de lui. L'organisation le tient en haute estime, elle a donné un choix de troisième ronde l'an passé pour obtenir ses services», rappelait Renaud, qui a aussi complimenté Jérémy Martin, le premier choix de l'équipe au dernier repêchage. Martin n'était toutefois pas en uniforme jeudi soir. 
«On savait ce qu'on achetait en le repêchant. C'est un attaquant de puissance, un gars qui va en ligne droite et qui n'hésite pas à se sacrifier pour ses coéquipiers.»
De façon générale, Renaud était content de passer à la deuxième étape du camp des recrues. «Des matchs intra-équipe, il y a une limite. On a vu ce soir que l'intensité avait grimpé pas mal, c'est toujours plus facile de ce côté quand tu affrontes des vrais adversaires. Ça nous permet de mieux évaluer nos jeunes», explique le nouveau pilote, incapable pour l'instant de chiffrer combien d'entre eux seront invités au vrai camp la semaine prochaine. 
«Personne ne sera invité pour remplir un chandail, ça c'est sûr. Les jeunes qui y seront auront mérité leur invitation. Les prochains jours seront déterminants pour plusieurs d'entre eux.»