Les Remparts ont malmené Lucas Fitzpatrick et les Cataractes, vendredi soir à Shawinigan.

Une proie facile

Shawinigan — Les Cataractes n’ont pas été en mesure de tirer à profit d’une équipe qui était à bout de souffle vendredi soir au Centre Gervais Auto. À sa première présence à Shawinigan depuis son retour dans le junior, Patrick Roy a vu sa troupe avoir le dessus dans tous les rayons, ce qui a provoqué une victoire des Remparts par la marque de 7-2.

C’était pourtant le cinquième match des Remparts en huit jours sur la route. Ils n’avaient pas gagné à leurs quatre dernières sorties, et ils ne montraient que trois petites victoires à leurs 11 derniers matchs. Un club à la portée des Cataractes, donc.

Ça c’est sur papier! Car sur la glace, les Remparts ont été beaucoup plus dégourdis que leurs hôtes. Ils ont marqué dès la 43e seconde de jeu, un bon échantillon du reste de la soirée. Premiers sur la rondelle, évitant les revirements, les visiteurs ont profité d’une défensive qui donnait l’accès à son enclave facilement, et d’un Lucas Fitzpatrick moins solide que lors des dernières semaines. Résultat des courses, les Cataractes n’ont jamais été dans le coup. Peut-être ont-ils été hypnotisés par la présence de la coupe Memorial au centre de la glace en début de match… Si c’est le cas, ils ont été ramenés à la dure réalité par des Remparts qui avaient peut-être moins d’énergie dans le réservoir, mais qui étaient beaucoup plus affamés.

«C’est inacceptable comme performance, c’est clair. Au hockey, tu as beau avoir du talent, si tu ne compétitionnes pas, ça ne marchera pas. Il y a 15-20 ans tu pouvais t’en sortir. Aujourd’hui, c’est impossible», maugréait Steve Larouche. «Je vais me coucher tard ce soir, pour revoir ce match et préparer le vidéo d’avant-match demain. Je sais déjà qu’il sera question de batailles un contre un… Chapeau aux Remparts, ils avaient le couteau entre les dents en début de match, eux.»

Félix-Antoine Bergeron a eu droit à une belle ovation lorsqu’il s’est présenté au centre de la glace avec la coupe Memorial.

Larouche tient le fort pour Daniel Renaud, actuellement au Défi mondial des moins de 17 ans. Trois joueurs de l’équipe sont aussi de cette compétition. Il y a des joueurs en ce moment qui loupent une occasion en or de profiter de plus de temps de jeu. «Dans le hockey, quand tu as ta chance, tu dois la saisir. Quand les gars seront de retour, il y a des décisions qui vont être prises. Certains pourraient manquer le bateau…»

Dans l’autre vestiaire, Patrick Roy était un homme comblé. «On voulait connaître un bon départ, on l’a eu. On a bien joué autant offensivement que défensivement. Ça finit bien notre voyage», a analysé le meilleur gardien de l’histoire du hockey, qui a promis d’envoyer le clip où Vincent Senez a blessé sa recrue de 16 ans Nicolas Savoie. «On voit que ses patins quittent la glace quand il frappe Savoie. Pour moi, il y a matière à suspension. C’est sûr qu’on va envoyer le clip à la ligue, on va protéger notre joueur recrue. C’est le genre de mise en échec qu’on veut voir disparaître...»

Jérémy Manseau et Jérémy Martin ont marqué les buts dans le match où les Cataractes ont été dominés 43-17 au chapitre des tirs au but.

Les Cataractes vont retrouver leurs partisans dès samedi après-midi, à l’occasion de la visite du Phoenix de Sherbrooke.