Samuel Asselin

Samuel Asselin s’en va à Bathurst

Shawinigan — Journée mouvementée dans le camp des Cataractes. En matinée, le directeur-gérant Martin Mondou s’est entendu avec l’agent libre ontarien Roddie Sandilands, un défenseur de 18 ans reconnu essentiellement pour son jeu physique et son efficacité dans son territoire. Sandilands, 18 ans, évoluait dans le junior A et espérait décrocher une bourse d’études dans la NCAA mais l’intérêt des Cataractes a changé ses plans.

«On va le voir jouer depuis le début de la saison. D’autres équipes de la LHJMQ ont aussi tenté de le recruter. Je pense que c’est la chimie avec Daniel (Renaud) qui a fait la différence. Il est venu pratiquer avec nous, il s’est bien senti dans notre environnement. Tant mieux, nous recherchions un défenseur de son style depuis un moment», expliquait Mondou à propos de son nouveau protégé, qui a affronté les Huskies en soirée.

En après-midi, les Cataractes ont obtenu un autre défenseur, la recrue de 16 ans Olivier Desroches du Titan d’Acadie-Bathurst. Il a fait le voyage en Mauricie avec un choix de deuxième ronde en retour du vétéran de 19 ans Samuel Asselin.

«Plusieurs équipes étaient intéressées à Asselin. On a échangé un paquet de scénarios. On aurait pu mettre la main sur un choix de première ronde, par exemple. Mais on préférait un jeune comme Desroches, que nous avions placé très haut sur notre liste au dernier repêchage et que nous avions échappé. Il vient solidifier notre brigade et il obtiendra les minutes de jeu dont il a besoin chez nous pour se développer au maximum.»

Desroches et Sandilands gonflent à huit le nombre de défenseurs présentement chez les Cataractes. Mondou est à l’aise avec ce groupe. «Il y a plusieurs jeunes. Huit arrières pour une deuxième moitié de saison dans ce contexte, ce n’est pas un problème.»

Bien sûr, d’autres changements peuvent survenir. Les directeurs généraux ont jusqu’au 6 janvier à midi pour finaliser les pourparlers en cours depuis des mois.

Chez les Cataractes, le dossier qui retiendra l’attention est celui de Simon Benoît. Le grand défenseur de 6’4’’ est l’un des joueurs les plus convoités sur le marché. Or il s’est blessé le 31 décembre à Sherbrooke, mais sa convalescence sera de courte durée, soit deux à trois semaines. 

S’il ne nie pas recevoir beaucoup d’appels pour son défenseur numéro un, Mondou persiste et signe: il ne sera pas cédé à rabais. Benoît, 19 ans, n’est pas repêché par un club de la LNH, alors tout indique qu’il sera de retour dans le junior l’an prochain à 20 ans. Avec le 50e anniversaire de la concession, Mondou a toujours dit vouloir aligner un club compétitif l’an prochain. À moins de rapporter gros par le biais d’une transaction, Mondou vaudra son pesant d’or dans l’alignement shawiniganais en 2018-19…