Antoine Coulombe repousse un des 32 tirs des Olympiques sur cette séquence où Manix Landry rôdait autour de son filet.

Roy donne la victoire aux Olympiques

Deux clubs en reconstruction. Deux clubs avec des objectifs différents.

Malgré les départs de vétérans de qualité, les Olympiques de Gatineau se retrouvent dans l’étrange position de lutter pour obtenir l’avantage de la glace au premier tour des séries. De leur côté, les Cataractes de Shawinigan se battent tout simplement pour conserver leur place en séries. En ce moment, ils occupent le 16e et dernier rang qui donne accès à la danse du printemps dans la LHJMQ. Ils ont quatre points d’avance sur les Sea Dogs de Saint-Jean, qui leur soufflent dans le cou.

Mardi soir, au centre Robert-Guertin, les deux clubs se battaient encore pour de précieux points avec un pointage de 3-3 et moins de trois minutes au cadran, mais un but de la recrue Pier-Olivier Roy a fait pencher la balance du côté de l’équipe locale, qui s’est finalement imposée par la marque de 5-3.

« Nous jouons exactement pour donner cette chance à nos recrues en fin de saison », a lancé l’entraîneur-chef des Olympiques, Éric Landry.

« Nous voulons donner la chance à nos jeunes de faire la différence. Cette expérience leur sera utile dans les années à venir parce qu’ils pourront reproduire ces succès », a ajouté Éric Landry, soulagé d’avoir vu le joueur de 16 ans briser l’égalité avec 2:34 à faire au match.

La victoire a permis aux Gatinois de prendre le quatrième rang de la conférence de l’ouest. La défaite fait plutôt mal aux Cataractes, qui avaient l’occasion de ramasser un premier point sur la route dans des matches où ils tiraient de l’arrière après 40 minutes. Leur fiche dans les circonstances est maintenant de 0-15-0.

« À 3-3 avec moins de cinq minutes à faire au match, nous aurions aimé sortir d’ici avec au moins un point, a dit l’entraîneur gatinois des Cataractes, Daniel Renaud. Ce qui est décevant, c’est que le but gagnant aurait facilement pu être évité. On s’est fait prendre sur une présence trop longue à 3-3 avec moins de quatre minutes à faire au match. On leur a donné un surnombre... »

Les Olympiques semblaient se diriger vers une victoire avec une avance de 3-1 après deux périodes, mais deux pénalités successives ont redonné vie aux visiteurs. Valentin Nussbaumer a rapidement compté à cinq contre trois, puis Jan Drozg a égalé la marque tout de suite après. Soudainement, l’allure du match venait de changer.

« Mais ça n’a rien donné à la fin, a fait remarquer Daniel Renaud. Plus ça avance, plus nous sommes impliqués dans des matches serrés. Récemment, nous avions trouvé des façons de gagner ce genre de match. Ce soir, nous avons inventé une façon de perdre. »

Si les Cataractes (13-34-4) ont pu renaître en troisième période avec leur attaque massive, il faut dire que les Olympiques (19-27-5) ont également tiré profit des punitions des visiteurs. Giordano Finoro a même marqué trois fois avec l’avantage d’un joueur sur la patinoire. Le vétéran de 20 ans a inscrit le premier, le troisième et le dernier but des vainqueurs contre Antoine Coulombe. Métis Roelens a récolté des passes sur chacun de ses trois buts alors que Mathieu Bizier a été l’autre marqueur des Olympiques. Il a aussi obtenu deux mentions d’aide.

Gabriel Bilodeau a pour sa part récolté deux passes à son 243e match en carrière dans l’uniforme gatinois. Ce match lui a permis de dépasser Alexandre Carrier au troisième rang de l’histoire des défenseurs de la franchise.

Vincent Senez a été l’auteur du seul but des perdants à cinq contre cinq. Il avait été le premier à tromper la vigilance de Rémi Poirier à mi-chemin dans le match.

+

FINORO INSCRIT SON PREMIER TOUR DU CHAPEAU AVEC LES OLYMPIQUES

Âgé de 20 ans, Giordano Finoro achève sa carrière junior et il lui manquait encore un tour du chapeau pour partir l’esprit en paix.

L’attaquant des Olympiques a enfin réussi l’exploit mardi soir en comptant trois fois sur des attaques massives pour aider les siens à vaincre les Cataractes de Shawinigan 5-3 dans un match important pour le positionnement final de l’équipe gatinoise.

« Chaque attaquant veut inscrire un tour du chapeau pendant sa carrière junior. Quand j’ai finalement réussi en fin de match, j’ai éprouvé un sentiment vraiment irréel et j’ai réussi dans une cause importante », a dit celui qui a porté son total de buts à 16 pour l’ensemble de la saison.

Il a ainsi égalé sa marque personnelle établie l’an dernier. Finoro avait connu un lent début de saison chez les Olympiques, mais il est devenu une menace constante depuis que les gros canons offensifs du club ont été échangés.

« Les entraîneurs m’avaient rencontré pour me dire ce qu’ils attendaient de moi en deuxième moitié de saison et c’est ce que j’essaie de faire. »

Voulant peut-être trop bien faire pendant son dernier été d’entraînement, Finoro avait ajouté beaucoup de livres de muscles. Finalement, ç’a aura joué contre lui. Il a maintenant perdu 10 livres depuis le début de la saison et il se sent mieux sur la patinoire.

« J’étais trop concentré sur mon gabarit et ma force physique durant l’été, mais quand on s’est mis à jouer, ça m’a occasionné des manques ailleurs dans mon jeu. J’ai modifié mon entraînement depuis le début de la saison et je peux à nouveau me concentrer sur mes forces et ma vraie façon de jouer. »

Comme tout le monde, Finoro regarde le classement de la LHJMQ avec intérêt dernièrement et il était content de pouvoir aider son club à mettre de précieux points en banque mardi soir.

« Avec moins de 20 matches à jouer, tout le monde donne un dernier effort pour mieux se positionner au classement. Avoir l’avantage de la glace dans les séries, c’est toujours important. Quand nous jouons contre des clubs qui sont autour de nous au classement, c’est toujours des matches de quatre points. Nous avions perdu notre dernier match à Shawinigan il y a quelques semaines. C’était important d’aller récupérer ces points ce soir. »