L’arrivée de Théo Rochette dans la cuvée 2018 aura assurément un impact sur le déroulement du repêchage de la LHJMQ.

Qui osera parier sur Rochette?

Shawinigan — Son nom est sur toutes les lèvres sur la planète LHJMQ depuis une semaine.

Théo Rochette, qui évoluait en Suisse l’an dernier, est débarqué en Mauricie vendredi et il a rencontré quelques équipes – dont les Cataractes – désireuses d’en apprendre davantage à son sujet. Sa réputation de joueur doué l’a précédé en Amérique. Certains croient qu’il est le joueur le plus talentueux parmi tous ceux qui sont disponibles samedi. Reste à voir quelle équipe osera le réclamer sans même l’avoir vu jouer en personne.

«J’ai hâte de voir ce qui va se passer. Je suis un peu nerveux», lance avec calme le jeune homme, qui a choisi la LHJMQ pour se développer. «J’aurais pu rester en Suisse et continuer à progresser là-bas mais mon rêve, c’est la LNH, et je sais que la LHJMQ est une des portes d’entrée. Et puis je me sens Québécois, j’ai habité ici quatre ans, je reviens tous les étés voir ma famille et j’ai même joué des tournois ici l’été dans le AAA.»

À travers ses rencontres, il dit ne pas avoir décelé d’indice sur sa prochaine destination. «Ça s’est bien passé avec tout le monde. Les entrevues se ressemblaient. Les équipes semblent vouloir garder leurs intentions secrètes. C’est correct, ça fait partie de l’exercice. Je serai fixé demain.»

Rochette se décrit d’abord et avant tout comme un fabricant de jeux.

«Je suis un gars très offensif, qui aime faire des jeux et qui peut patiner», analyse l’athlète de 15 ans, qui a entendu les comparaisons avec Nico Hischier mais qui ne les encourage pas. «Les comparaisons, je laisse ça aux autres! Moi, je me concentre à faire mon propre chemin.»

Le protégé de Pat Brisson ne devrait pas moisir très longtemps dans les gradins samedi matin. Mais malgré son grand talent, il n’est pas impossible qu’il glisse hors du top 5, car les hommes de hockey du circuit ne l’ont pas vu jouer en personne. Le Shawiniganais Dominic Ricard, qui travaille de concert avec André Ruel au sein de la firme à Brisson, a beaucoup de vécu de l’autre côté de la clôture, comme directeur-gérant, et il comprend que certains clubs pourraient hésiter compte tenu de la situation. «Et pourtant, moi je l’ai vu jouer et je peux te dire qu’il est vraiment très talentueux. Il était sur la glace l’an dernier avec des gars comme Jack Hughes. En plus, c’est une bonne personne. L’équipe qui sera audacieuse ne le regrettera pas», prédit-il.