La jeune sensation de 17 ans de l’Océanic de Rimouski, Alexis Lafrenière, sera assurément au centre de l’attention de la Classique hivernale, vendredi soir aux Grandes Estrades de Saint-Tite.

«On a hâte que ça commence!»

SAINT-TITE — Après les Cataractes la veille, l’Océanic de Rimouski a eu l’occasion de donner ses premiers coups de patin au coeur des Grandes Estrades de Saint-Tite, jeudi soir.

Du lot, la coqueluche de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, Alexis Lafrenière, semblait s’amuser tel un gamin dans un magasin de bonbons! «C’est très différent que de pratiquer à l’intérieur, mais les gens ont fait un très bon travail pour préparer une glace qui a de l’allure. Les installations sont encore mieux que je l’imaginais. On a hâte que ça commence pour vrai et qu’on puisse vivre notre classique hivernale. Ça va être le fun!»

Évidemment, sur une surface extérieure, l’étendue de son talent brut sera peut-être un peu moins à l’avant-plan, mais ça ne semblait pas l’embêter outre mesure. «Les rondelles rebondissent, c’est donc plus difficile d’avoir le contrôle. Mais on va devoir jouer notre match et on fera les ajustements au besoin.»

L’entraîneur Serge Beausoleil partageait l’enthousiasme de son attaquant surdoué à sa sortie de la patinoire. «L’accueil est déjà incroyable. C’est toujours le fun de renouer avec nos racines d’enfance. On a la chance de se retrouver dans un très bel environnement. C’est impressionnant de voir l’organisation travailler. Les gars embrassent le moment présent de belle façon. Ils étaient fébriles de venir ici», a indiqué le pilote dont l’équipe pointe au cinquième rang du classement général de la LHJMQ.

Sur une lancée

Au cours des derniers jours, Lafrenière s’est hissé au deuxième rang des marqueurs du circuit Courteau, à la suite d’une autre prestation inspirée. En 46 matchs cette saison, la sensation de 17 ans totalise maintenant 30 buts et 53 passes pour un total de 83 points, dans le rétroviseur du meneur Peter Abbandonato, des Huskies de Rouyn-Noranda. Le populaire numéro 11 a d’ailleurs noirci la feuille de pointage au cours des 10 derniers matchs, récoltant au passage 23 points.

Même s’il s’approche du sommet des pointeurs, Lafrenière affirme toutefois préférer les succès collectifs à ceux individuels. «C’est quelque chose de plaisant, mais ce n’est pas mon objectif numéro un. Je veux juste aider l’équipe à gagner», laisse-t-il tomber, humblement.

Hasard ou pas, l’Océanic surfe justement sur une irrésistible séquence de 10 victoires d’affilée. «Ça va bien ces temps-ci avec l’équipe. On ne peut pas demander mieux. On garde les choses simples, on utilise notre vitesse. Quand on respecte le système de jeu, on est une équipe difficile à affronter», souligne Lafrenière.

Au-delà de la rivalité avec les Cataractes et des points à l’enjeu, l’entraîneur de l’Océanic espère surtout que ses protégés sauront apprécier pleinement cette expérience unique en plein air. «Il faut surtout s’amuser. C’est la nature de notre sport et c’est un bon moment pour le faire!»

9000 billets vendus

À 24 heures de la présentation des deux matchs principaux de la Classique hivernale 2019, près de 9000 billets avaient trouvé preneur selon l’organisation des Cataractes de Shawinigan, jeudi soir.

En 2015, quelque 13 000 personnes avaient franchi les tourniquets pour assister aux matchs opposant les Cataractes aux Tigres de Victoriaville et aux Remparts de Québec.

En ce qui concerne le volet météo, quelques flocons de neige pourraient se joindre à la fête vendredi soir avec un mercure qui avoisinera les -10°C. Quant au rendez-vous de samedi, il devrait se disputer sous les rayons du soleil avec une température ressentie qui s’approchera du -20°C.