Privés de Nicolas Roy et de la jeune sensation russe German Rubstov, les Saguenéens ont tout de même disposé des Cataractes, mettant ainsi un terme à leur séquence de dix victoires consécutives.

Les Cataractes freinés au Saguenay

Après avoir fait le plein de nouveaux joueurs lors de la dernière période de transactions, les Saguenéens de Chicoutimi ont envoyé un message à la LHJMQ mardi soir au Centre Georges-Vézina. Même privés de leur meneur Nicolas Roy et de la jeune sensation russe German Rubstov, les équipiers de Yannick Jean ont stoppé les Cataractes en les défaisant 2-1.
Cette victoire porte le sceau de Julio Bilia, portier vedette des Saguenéens qui n'est pas aussi dominant qu'à son habitude depuis le début de la saison, en grande partie en raison d'un séjour prolongé à l'infirmerie. Mardi, le vétéran de 20 ans a su protéger la courte avance de 2-1 que ses coéquipiers lui ont confié en deuxième période. 
Vrai que ceux-ci l'ont bien protégé en bloquant des lancers et en offrant peu de corridors de tirs aux meneurs du classement général. Mais en troisième, les Cataractes ont élevé leur jeu d'un cran pour tenter de prolonger leur série victorieuse et Bilia s'est alors surpassé, en maîtrisant les 16 tirs cadrés de ses ennemis.
Bilia n'a été battu qu'en première période, déjoué par un tir de Samuel Girard qui a touché la bande derrière son filet avant de se retrouver sur la palette de Brandon Gignac dans l'enclave, un enchaînement en avantage numérique qui ne lui a donné aucune chance.
À l'autre bout de la patinoire, Mikhail Denisov a peu à se reprocher lui aussi. Brendan Hamelin l'a trompé à l'aide d'un bon tir dans l'enclave pour créer l'égalité 1-1 en début de deuxième, puis le jeu de puissance ennemi a produit ce qui aura fait la différence en bout de ligne. 
«Ce fut un bon match de hockey, Ça ressemblait à du hockey de séries et dans ce temps-là, ce sont les petits détails qui font la différence. Chapeau aux Saguenéens, ils ont dû bloquer 1000 lancers! J'exagère un peu mais vraiment, ils ont fait de l'excellent boulot en défensive. De notre côté, ce ne fut pas une vilaine performance mais après un bon départ, ç'a été plus difficile en deuxième», confessait l'entraîneur des Cataractes Claude Bouchard. 
«C'est la morale de la soirée: quand on va rencontrer les équipes de tête d'ici la fin de la saison, ça va prendre plus que 40 bonnes minutes de hockey pour l'emporter. Il faut retenir la leçon. Sinon, ce fut un match serré, qui aurait pu aller d'un côté comme de l'autre. Dernièrement, ces matchs-là venaient de notre bord. Ce fut le contraire ce soir.»
Samuel Girard était d'accord, lui qui subissait un premier revers en carrière dans la LHJMQ devant ses parents et amis. «Un petit 10 minutes relax en deuxième nous a coûté cher. C'est plate. Il faut aussi trouver une façon d'être plus opportuniste dans les matchs serrés. En séries, c'est souvent là que ça se joue, sur l'opportunisme. Il faut maintenant mettre ça derrière nous et se préparer pour nos trois prochains matchs. C'est une grosse semaine.»
Dans l'autre vestiaire, Jean accueillait ce triomphe avec fierté. «C'était l'un des matchs baromètres que nous avions identifiés. On affrontait une équipe redoutable, qui peut te battre de bien des manières. Quand tu gagnes 10 matchs d'affilée à ce stade-ci de la saison, ce n'est jamais par hasard. Ce fut un très bon match alors qu'on se débrouillait sans Nicolas Roy et German Rubstov», rappelait Jean, en prenant la défense de Bilia, loin de ses propres standards en termes de statistiques.
Mardi par contre, il a fait honneur à sa réputation. «Son camp d'entraînement, il l'a eu en décembre. Pas évident, un séjour aussi long à l'infirmerie. Je calcule que sa vraie saison, elle commence maintenant.»
Avec cette victoire, les Saguenéens s'approchent à 11 points des Cataractes et du sommet de la division Est, une position stratégique importante pour la grande danse du printemps. Jean refuse toutefois de se préoccuper de cette course. «On ne la regarde pas en toute honnêteté. On n'a pas d'énergie à gaspiller à regarder en haut de nous, on va commencer par distancer ceux en arrière!» Les Cataractes disputeront leur prochain match jeudi en recevant l'Océanic de Rimouski.
Si près d'un exploit
S'ils avaient collé un 11e gain d'affilée pour la deuxième fois de la saison, les Cataractes seraient devenus la première équipe de la LHJMQ à réussir pareil exploit depuis les Remparts de Patrick Roy en 2005-06. Avec les Radulov, Vlasic, Aubin, Desjardins et Esposito, Roy n'avait pas raté ses débuts comme entraîneur-chef, soulevant rien de moins que la Coupe Memorial au printemps.
Pas d'ajout
Finalement, Martin Mondou a résisté à la tentation d'ajouter un 24e patineur sur sa liste de protection, remise aux autorités du circuit Courteau mardi midi.
Porte-couleurs des Estacades midget AAA, Alex Plamondon sera toutefois invité à venir pratiquer à l'occasion avec l'équipe, et pourrait même disputer quelques matchs d'ici la fin de l'année.
Mondou a jonglé avec l'idée de le faire graduer à temps plein mais plutôt que de le condamner à regarder la majorité des matchs des gradins, il a préféré le laisser se développer sous les bons soins de Frédéric Lavoie.
Bucek de retour
Samuel Bucek a fait un retour au jeu, permettant à Claude Bouchard de disposer d'un alignement complet pour la première fois depuis des lunes.
Absent depuis plus d'un mois, la recrue a amorcé le match sur le troisième trio, aux côtés de Samuel Asselin et Mathieu Olivier. Pour lui faire de la place, Tommy Cardinal a été rayé de la formation.