Cam Askew a offert une solide performance dans la défaite des Cataractes à Baie-Comeau dimanche.

Les Cataractes s’inclinent à Baie-Comeau

Shawinigan — Les Cataractes ont livré une bonne bagarre avant de s’incliner 4-3 devant le Drakkar à Baie-Comeau dimanche après-midi.

Les hommes de Daniel Renaud avaient pris les devants 1-0 mais les locaux ont répliqué avec deux buts en deuxième pour prendre le contrôle du match. Avec cinq minutes à écouler en troisième, Jérémy Manseau a créé l’égalité 2-2. Les réjouissances ont toutefois été de courte durée puisque le Drakkar a repris l’avance 3-2 17 secondes plus tard. Et cette fois, c’était pour de bon. 

Le Drakkar a ajouté un but dans un filet désert, avant que Cam Askew ne ramène l’écart à un seul but dans les derniers instants du match. Ce fut trop peu, trop tard pour les Shawiniganais, qui ont pourtant dominé 36-34 dans la colonne des tirs au but. 

«Impossible de passer plus près de ramener au moins un point de Baie-Comeau», faisait observer Daniel Renaud. 

«À 1-1 on s’est fait refuser un but. Sur la présence suivante le Drakkar a marqué. Ce qui fait plus mal, c’est que le but a été refusé en raison, semble-t-il, d’un contact de Cam Askew sur le gardien. À la reprise, on voit qu’il n’y en a pas eu de contact. Malheureusement, ce n’est pas le genre de cas où la reprise peut être utilisée au cours d’un match. Mener 2-1 ou tirer de l’arrière 2-1 sur la route après une période, c’est sûr que c’est différent…»

Les Cataractes ont toutefois continué de mener la vie dure aux locaux. En troisième, ils ont dominé 19-7 dans la colonne des tirs au but. 

«On a vraiment dominé la troisième. Juste dans la dernière minute de jeu, on a profité de deux bonnes chances de marquer, sans la mettre dedans. Le but dans un filet désert a été réussi du revers, à trois contre six, alors que Gabriel Fortier était dans sa zone. Mettons que la chance n’était pas de notre bord. Il y a des petits détails dans le match que nous n’avons pas aimés mais, globalement, c’est une bonne performance.»

Individuellement, Cam Askew a enfin contribué offensivement. Le gros Américain de 20 ans, qui est revenu dans l’alignement vendredi après un congé forcé de six matchs, a réussi un doublé. 

«Il a offert le même genre d’effort que vendredi à la différence que, cette fois, ses tirs ont touché la cible», racontait Renaud, qui se retrouve soudainement avec trois joueurs de 20 ans qui performent, pour seulement deux cases disponibles dans son alignement pour encore un mois. 

«C’est un beau problème. La seule façon de voir ça, c’est qu’il y a six matchs écoulés sur la suspension de 15 (à Charlie Roy). On se rapproche du milieu. C’est sûr que ça fait une différence dans un match comme celui-là, pouvoir compter sur trois vingt ans. Mais c’est quelque chose avec lequel on doit composer.»