Ce sera le troisième départ à domicile de Mathieu Bellemare depuis son retour avec les Cataractes, lui qui a été choisi la première étoile à ses deux premières sorties.

Les Cataractes n’ont pas le droit à l’erreur

Shawinigan — C’est l’ennemi à abattre.

Si les Cataractes sont sérieux dans leur désir de prendre part aux prochaines séries éliminatoires, ils n’ont pas le droit à l’erreur mercredi soir lors de la visite des Foreurs de Val-d’Or. Ces derniers détiennent le 16e et dernier rang donnant accès aux séries éliminatoires. La troupe du nouveau pilote Pascal D’Aoust dispose actuellement de huit points de priorité sur les Shawiniganais, et ils ont un match de plus à leur agenda d’ici la fin de l’année.

«C’est le match le plus important de l’année», clame Daniel Renaud avec un sourire en coin. Une expression faciale qui rappelle que c’est le même discours qu’il tient d’un match à l’autre! Mais cette fois, Renaud convient que le dicton produit plus d’effet auprès de ses hommes. «Je n’ai pas besoin d’en rajouter, ils sont conscients de l’enjeu. C’était visible dans leur préparation. J’ai entendu aussi quelques discussions... Une victoire nous place à six points des séries, donc solidement dans le portrait. Une défaite nous repousse à 10 points. Mathématiquement, ce serait encore possible, mais on se compliquerait beaucoup la vie. La situation est assez claire merci.»

Renaud s’encourage avec le fait qu’il envoie son équipe à la guerre après une grosse victoire face à l’Armada de Blainville-Boisbriand enregistrée dimanche. La confiance est là.

«Nous sommes 4-3 en 2018. Il y a eu de grosses victoires face aux Huskies et à l’Armada. Je n’ai aucune raison de douter du niveau d’engagement en vue du match de demain», analyse le pilote recrue, qui dit apprécier encore plus son environnement de travail depuis quelques semaines. «Une reconstruction, c’est l’fun de faire ça avec des joueurs de 16 et 17 ans qui ont de belles qualités. Il y a plus d’enseignement à faire, du développement et le but c’est de les préparer à être dominants quand ils auront 18-19 ans. Pour un groupe d’entraîneurs, c’est très stimulant.»

Les Foreurs se retrouvent dans une situation similaire. Ils viennent de liquider quelques vétérans dont la vedette de l’équipe, Étienne Montpetit. Le départ du gardien de 20 ans a fait couler beaucoup d’encre et a même mené au départ du chevronné Mario Durocher, qui a quitté volontairement son job d’entraîneur en invoquant des divergences d’opinions irréconciliables avec D’Aoust, assis dans le fauteuil de directeur général. C’est D’Aoust qui a donc pris le relais derrière le banc. Et le départ a été brutal, une claque de 11-3 encaissée à domicile face aux Voltigeurs.

Par contre, le lendemain, grâce à une performance de 29 arrêts de Mathieu Marquis, les Foreurs ont fait amende honorable en surprenant les Olympiques de Gatineau 3-1. Renaud s’attend d’ailleurs à avoir Marquis dans les pattes, lui qui en est à ses premiers milles dans la LHJMQ. «Vrai qu’on ne le connaît pas beaucoup, mais le plan reste le même, soit de mettre du trafic devant le filet et être affamé pour récupérer les rebonds», note-t-il.

Sans surprise, Renaud va de son côté confier le filet à son vétéran Mathieu Bellemare, qui a gagné trois de ses quatre premiers départs depuis son retour en Mauricie.