Samuel Blier a retrouvé sa touche de marqueur depuis deux semaines.

L’électrochoc a servi Blier

Quand les Cataractes ont décidé de se payer les services de Charlie Roy, il y avait soudainement un vétéran de 20 ans de trop dans l’environnement de l’équipe. Du coup, c’est Samuel Blier qui a écopé. Normal. Même s’il a le coeur gros comme le Centre Gervais Auto, Blier était le moins talentueux dans ce groupe restreint d’attaquants complété par Vasily Glotov et Cam Askew.

La décision a quand même été dure à encaisser pour le col bleu. Il aurait pu abandonner, aller s’amuser dans le junior AAA. Non, Blier a préféré rester dans le giron de l’équipe et se préparer quand la porte s’ouvrirait à nouveau. 

Cette deuxième chance est survenue rapidement, Askew ne livrant pas la marchandise. Depuis, Blier s’est servi de cet électrochoc pour relever sa contribution. Huit points en six matchs pour le hockeyeur natif de Victoriaville, voilà un tableau de chasse inattendu. «Ça va bien, mais je ne dois pas baisser de régime. La différence en ce moment, c’est la confiance. Quand tu as ça de ton bord, ça aide», sourit Blier. 

Ce dernier rappelle qu’il avait déjà noirci la feuille de pointage avec régularité dans l’uniforme des Estacades au midget AAA. «J’ai toujours su que j’avais ça en moi. Quand je suis arrivé dans le junior, on m’a donné un rôle plus défensif. Ç’a pris du temps avant de tout mettre ensemble. Regarder quelques matchs des gradins a joué un rôle de déclencheur.»

Faudra voir si cette situation produira le même effet avec Cameron Askew. Si Daniel Renaud a résisté à la tentation de l’insérer dans l’alignement mercredi face aux Huskies, c’est une question de temps avant que l’Américain n’obtienne à son tour une seconde chance. C’est rare qu’une équipe en reconstruction a le luxe de laisser moisir dans les estrades un marqueur de 30 buts! 

Askew pourrait, dès vendredi face aux Remparts, obtenir le privilège de redorer son blason. Les Remparts s’amènent en ville avec le titre de division dans leurs poches, signe incontestable d’un départ canon. Daniel Renaud, qui a passé les dernières années dans leurs quartiers, dit être le gars le moins surpris de la planète LHJMQ de leurs succès. 

«Je savais qu’ils misaient sur une bonne équipe. Ce sera un troisième match d’affilée face à un meneur de division. Les Remparts forment une équipe qui travaille fort, on peut dire ça de nous aussi. Ça va être intéressant», prévoit le pilote recrue, qui devrait offrir le filet à Mikhail Denisov après avoir concédé les deux derniers départs à la recrue Lucas Fitzpatrick.