Meilleur marqueur de la LHJMQ, Alexis Lafrenière a enchaîné avec quatre points dont un truc du chapeau, menant son équipe à une victoire facile de 6-2 samedi après-midi

Lafrenière s’amuse encore face aux Cataractes

Rimouski — Meilleur marqueur de la LHJMQ, Alexis Lafrenière semble s’amuser encore plus quand il croise des Shawiniganais! Après avoir amassé cinq points lors du premier duel Océanic-Cataractes en début de saison, il a enchaîné avec quatre points dont un truc du chapeau, menant son équipe à une victoire facile de 6-2 samedi après-midi au Colisée Sun Life.

Cataractes en début de saison, il a enchaîné avec quatre points dont un truc du chapeau, menant son équipe à une victoire facile de 6-2 samedi après-midi au Colisée Sun Life. 

Le suspense a rapidement été évacué de l’aréna. Les jambes des joueurs des Cataractes étaient encore dans l’autobus quand Lafrenière avait déjà deux buts au compteur! Débordés défensivement, peu dégourdis en attaque, les Cataractes ont offert une opposition beaucoup plus faible que jeudi à Boisbriand. 

Tirant de l’arrière 3-0 après 40 minutes, les Cataractes ont vu une pénalité pour avoir eu trop de joueurs sur la patinoire les couler pour de bon en début de troisième, la deuxième infraction du genre au cours du match. Puis à 4-0, Monsieur Lafrenière a terminé son travail de démolition en portant la marque à 5-0.

Alors que la cause était entendue, les Cataractes ont au moins évité le blanchissage lorsque Jan Drozg, puis Valentin Nussbaumer, ont tour à tour déjoué Colton Ellis… sur les seuls deux tirs de l’équipe en troisième! Puis l’avantage numérique de l’Océanic a complété le pointage dans la dernière minute de jeu… 

«On avait moins d’énergie par rapport à jeudi. Notre début de match n’a pas été vilain, nous avons eu des chances de marquer sans réussir à en profiter. Par la suite, ça s’est moins bien passé. Il y a toute une machine de hockey de l’autre côté mais au moins, les gars n’ont pas abandonné. On a pressé le citron jusqu’à la fin», plaidait Steve Larouche, qui n’a pas semblé apprécier voir les gros canons adverses être utilisés sur le jeu  de puissance en fin de match. Devant les journalistes par contre, il s’est mordu les lèvres et il a refusé de commenter la situation!

Dans l’autre camp, Serge Beausoleil se montrait satisfait. «On a fait quelques revirements en début de match mais dans l’ensemble, on a joué un bon match», analysait-il, en vantant le travail de son premier trio. «Ils ont de la vitesse et du sens du jeu. Lorsqu’il y a des ouvertures, ils les voient!».