«Jamais je n’aurais voulu partir d’ici»

Shawinigan — Gabriel Sylvestre a vu les trois dernières saisons et demi se figer dans sa boîte à souvenirs, vendredi matin, quand le directeur général Martin Mondou lui a appris qu’il allait poursuivre sa carrière junior à Moncton.

Il n’est pas tombé en bas de sa chaise, non. Il savait que les Cataractes magasinaient ses services. Il avait une clause de non-échange, il avait remis une liste d’équipes il y a quelques semaines où il était prêt à déménager.

«Malgré nos insuccès cette année, jamais je n’aurais voulu partir d’ici. J’étais prêt à me battre avec mes coéquipiers jusqu’à la fin. Je comprends toutefois que l’organisation voulait se servir de moi pour accélérer la reconstruction, alors j’ai accepté une transaction», expliquait Sylvestre, entre deux poignées de main au Centre Gervais Auto samedi.

Moncton n’était pas l’une des destinations préférées du vétéran défenseur au départ. Mais quand son agent lui a appris à quel point les Wildcats étaient intéressés à lui, il s’est laissé convaincre. «Moncton n’était pas sur ma liste, j’ai accepté de la modifier. Et c’était avant de savoir que les Wildcats allaient tenter d’obtenir la présentation du tournoi de la Coupe Memorial l’an prochain. C’est l’fun de se sentir désiré, et de joindre les rangs d’une formation qui va tout mettre en œuvre pour gagner.»

Sylvestre, qui portait le titre de capitaine intérimaire, rapportera aux Cataractes des choix de premier et de deuxième tours, en plus du jeune Mathieu Boulianne, qui évolue dans le midget AAA. Sylvestre va continuer en parallèle de suivre ce qui se passe à Shawinigan. «Je laisse beaucoup d’amis ici. C’est difficile sur la glace présentement mais comme hockeyeurs, on sort tous grandis d’une période comme celle-là. L’adversité, c’est bon d’y faire face. Quand je suis arrivé, nous étions une jeune équipe, et Martin l’a amenée à maturité assez rapidement. Pas mal convaincu qu’il va réussir la même chose encore une fois.»

À ses côtés, il y avait Mikhail Denisov, qui semblait un peu plus secoué par son départ. L’Armada a accepté de refiler à Mondou un choix de troisième tour, en plus d’un choix conditionnel lié à ses performances, afin de pouvoir se payer ses services. 

«Je vais me souvenir toute ma vie de mon séjour à Shawinigan. Les fans, les coéquipiers, l’organisation, les amis, je n’ai rien de négatif à dire, ce fut merveilleux. Je m’en vais vivre une nouvelle aventure avec l’Armada. Une nouvelle équipe, une nouvelle ville, et une nouvelle moitié de saison. Je veux aide l’équipe à gagner.»