Alors que les Cataractes s’apprêtent à commencer une séquence de trois matchs en quatre jours, il y a de fortes chances que le visage du vestiaire change encore d’ici le 6 janvier.

De retour au boulot

Shawinigan — La dinde digérée, il est maintenant le temps de reprendre le travail chez les Cataractes. Le retour au jeu après une dizaine de jours de repos ne se fera pas en douce. Trois matchs attendent les Shawiniganais dans les quatre prochains jours, dont un contre l’équipe qui occupe le deuxième rang de la LHJMQ, l’Océanic de Rimouski, jeudi soir à domicile.

Le pilote Daniel Renaud en sera à une première expérience à titre d’entraîneur-chef lorsqu’il est temps de faire redémarrer la machine après cette longue pause où les joueurs ont troqué les coéquipiers pour leur famille. Mercredi, les Cataractes se sont offert deux séances d’entraînement.

«Je suis content. Il y a des gars qui sont dans le gym en ce moment alors que nous avions une pratique ce matin et une autre en après-midi. On voulait vraiment se dégourdir les jambes, mais en après-midi, nous avons travaillé le jeu collectif. Avec trois matchs en quatre jours, ça va aller rapidement», rappelle l’entraîneur-chef, qui lancera aussi sa troupe face aux Olympiques de Gatineau vendredi et au Phoenix de Sherbrooke, dimanche.

Même si les Cataractes occupent le dernier rang du classement, Renaud était satisfait de la tenue de ses hommes à leur retour sur la glace.

«Cette semaine nous a permis de faire un repos physique et mental complet, dit-il. Je n’ai jamais senti que le niveau d’énergie et d’engagement était en baisse. C’est une saison difficile si on ne regarde que le classement, mais les gars ont une bonne éthique de travail et sentent que leur jeu progresse.»

Avec 10 points de retard sur la dernière place disponible pour participer à la grande danse du printemps, la tâche s’annonce difficile pour les Cataractes, même s’il reste encore 34 parties à faire à la saison. Renaud maintient qu’il croit toujours que son équipe est en mesure d’être des séries éliminatoires, mais qu’il n’est pas question d’écrire en grosses lettres cet objectif sur le tableau situé dans le vestiaire de l’équipe.

«Si on fait ça, on se plante. La priorité, c’est que chacun des joueurs grandisse chaque jour. Si ça arrive, nos chances de faire les séries vont naturellement augmenter. Mais l’accent, on le met sur le développement, surtout avec autant de jeunes joueurs. Si on se concentre sur le résultat, et non pas le processus, ça ne marchera pas.»

Difficile en effet de viser à moyen terme avec une équipe qui risque d’afficher un visage bien différent dans les prochains jours. C’est un secret de Polichinelle que plusieurs des vétérans de l’équipe devraient se retrouver dans un autre uniforme sous peu, eux qui sont dans la vitrine afin d’accélérer la reconstruction de l’équipe. Martin Mondou devrait d’ailleurs être très actif d’ici au 6 janvier.

Les jeunes à l’essai

En attendant que le marché des transactions se réchauffe, les Cataractes continueront de faire appel à quelques joueurs de la Ligue midget AAA du Québec ce week-end. Acquis dans la transaction qui a envoyé Gabriel Sylvestre à Moncton, Mathieu Boulianne a été rappelé par les Shawiniganais pour s’ajouter à un contingent de cinq espoirs à l’essai durant la période des Fêtes. Parmi eux, Max-Antoine Melançon a retenu l’attention du pilote lors de son seul match avec l’équipe, le 17 décembre contre les Saguenéens de Chicoutimi. Il avait amassé deux points.

«Pendant que le midget AAA est en pause, on leur donne la chance de voir ce qu’est le junior majeur. Melançon a joué une partie et il a eu un impact dans ce match. Est-ce la meilleure chose pour son développement de le garder pour de bon avec nous? On va prendre les deux semaines pour évaluer la situation. Ils sont maîtres de leur destin, mais ça va aussi dépendre de ce qui se passera sur le marché des transactions.»

Avec ou sans Bellemare?

Avec trois matchs en quatre jours, il y a fort à parier que Mathieu Bellemare disputera son premier match dans l’uniforme des Cataractes depuis 2015. Quand aura lieu ce retour au Centre Gervais Auto pour le Shawiniganais? Renaud ne pouvait pas encore se prononcer mercredi.

«Il ne le sait pas et je ne le sais pas moi non plus. On va l’évaluer durant les entraînements, se parler par la suite et on va voir quelle est la meilleure situation. La décision se prendra la journée du match», a expliqué Renaud.