Daniel Renaud aura dirigé son dernier match face aux Wildcats dimanche.

Daniel Renaud congédié et remplacé par Gordie Dwyer

Shawinigan — Après deux ans et demi de règne, Daniel Renaud a perdu son emploi d’entraîneur-chef des Cataractes de Shawinigan dimanche matin.

Le directeur-gérant Martin Mondou a pris cette décision après une séquence de deux revers à domicile subis en moins de 24 heures, face à l’Océanic vendredi et aux Wildcats samedi. 

En raison d’une glissade amorcée depuis la période des Fêtes, les Cataractes se retrouvent actuellement au 14e rang du classement général. Ils détiennent six points d’avance sur les Mooseheads d’Halifax, équipe pour l’instant exclue du portrait des séries. Les Mooseheads ont toutefois deux matchs de plus à livrer d’ici la fin de la saison. 

À l’inverse, les Cataractes sont à six points des Huskies de Rouyn-Noranda, détenteurs du quatrième et dernier rang de l’association Ouest donnant accès à l’avantage de la glace en première ronde des éliminatoires. Les Cataractes disposent d’un match en main sur les Huskies. 

Gordie Dwyer

____________________________

À LIRE AUSSI 

La chronique de Steve Turcotte: Le changement de ton fera-t-il la différence?

____________________________

Renaud, qui n’avait jamais dirigé une équipe avant d’être embauché par Mondou, tire sa révérence avec une fiche globale de 55 victoires et 129 revers. Il est arrivé en poste au début d’un nouveau cycle, ce qui explique en bonne partie ce rendement. 

Après deux saisons d’apprentissage, les Cataractes souhaitaient faire un bond appréciable au classement. «Nous vivons dans un monde de résultats. Malheureusement, en raison du positionnement de l’équipe qui n’est pas à la hauteur des attentes, on n’avait pas le choix de procéder ainsi. On croit que ce changement va donner un regain d’énergie à la formation, a expliqué Mondou par communiqué. 

«Daniel est une personne extrêmement appréciée dans l’entourage de l’équipe. L’organisation tient à souligner son dévouement, ses valeurs, sa passion et son éthique de travail», ajoute-t-il.

Pour le remplacer, Mondou a décidé de parier sur Gordie Dwyer, ex-entraîneur des Islanders de Charlottetown de 2011 à 2015. Depuis, l’ex-joueur du Canadien a dirigé deux saisons en KHL, en plus d’un bref passage en Ligue suisse A. Cet hiver, il a été l’entraîneur d’Équipe Canada aux Jeux olympiques de la Jeunesse, dirigeant notamment Tristan Luneau et Vincent Filion des Estacades de Trois-Rivières midget AAA. Cette équipe a mérité le bronze à ce tournoi. 

Dwyer est attendu en Mauricie en fin de soirée dimanche, et il devrait rencontrer les médias lundi matin, avant le départ de l’équipe pour Baie-Comeau, où elle se mesurera au Drakkar mardi soir. À noter, Dwyer connaît assez bien le centre du Québec, puisqu’il a passé une partie de sa jeunesse à Drummondville. Il s’exprime bien en français, même si l’anglais est sa langue maternelle. 

Renaud est devenu le deuxième entraîneur-chef congédié par Mondou depuis qu’il s’est offert le poste de directeur-gérant à l’été 2007. En 2016, à la mi-février, il avait limogé Martin Bernard pour le remplacer par Claude Bouchard. Ce dernier avait atteint la finale de la LHJMQ trois mois plus tard, s’inclinant face aux Huskies, futurs finalistes de la Coupe Memorial. 

C’est la sixième fois de l’histoire de la concession qu’un congédiement se produit en milieu de la saison. Avant Renaud et Bernard, Jacques Grégoire (1988), Alain Sanscartier (1992), Doris Labonté (1995) et Denis Francoeur (2005) avaient eux aussi subi le même sort

La défaite de trop

Le dernier match dirigé par Renaud aura donc été une défaite de 4-2 subie face aux Wildcats de Moncton samedi. Un revers attribuable en grande partie au but cédé aux Wildcats alors que les Cataractes bénéficiaient d’un avantage numérique. Ce filet procurait l’avance 3-2 aux visiteurs, qui ont ajouté un but d’assurance un peu plus tard, avec un homme en plus.

Malgré le revers, Renaud se disait satisfait de l’engagement de sa troupe. «Il y a encore eu une bagarre ce soir alors qu’un des nôtres est venu à la défense d’un coéquipier. Les gars ont bloqué des tirs. Ce sont des signes que les gars sont engagés les uns envers les autres», avait indiqué le pilote. 

Ce match s’était déroulé sans Mavrik Bourque, blessé vendredi. On devrait savoir lundi la gravité de cette blessure.