À l’image de ses joueurs, l’entraîneur Daniel Renaud a hâte à la Classique hivernale.

Classique hivernale: «On est prêts pour jouer deux matchs excitants!»

SAINT-TITE — Même si l’échantillon paraît mince, l’entraîneur-chef des Cataractes, Daniel Renaud, possède une fiche parfaite lors de la Classique hivernale de la LHJMQ.

Le 24 janvier 2015, Renaud avait en effet eu le privilège de savourer une victoire en tirs de barrage devant les Cataractes, en tant qu’adjoint à Philippe Boucher chez les Remparts de Québec. Quatre ans plus tard, c’est dans les bottines des favoris de la foule qu’il tentera de préserver son dossier intact. Renaud et sa bande auront d’abord droit à un rendez-vous avec l’Océanic de Rimouski du surdoué Alexis Lafrenière, vendredi soir (19 h 30), avant de se frotter à son ancienne organisation des Remparts, samedi après-midi (15 h).

«C’est toujours aussi magique. Ça l’était en 2015, ça l’a encore été mercredi lors de notre première pratique et ça le demeure aujourd’hui (jeudi).»

D’ailleurs, il n’y a pas que les joueurs qui s’en donnent à cœur joie lors de cette semaine de festivités au pays des cowboys. Jeudi, alors que tous les joueurs avaient quitté la surface glacée, quelques membres du personnel des Cataractes sont demeurés sur la patinoire plusieurs minutes afin de s’amuser au cœur des installations.

«On sent très bien l’enthousiasme chez les joueurs, mais aussi dans toute l’équipe en général. Les gars retombent en enfance. On a des gars de junior majeur, de 16 à 20 ans, qui agissent comme des jeunes de 8 à 10 ans tellement ils sont excités de pratiquer dehors», raconte Renaud.

Pour l’ensemble de l’organisation des Cataractes, cette Classique hivernale représente en quelque sorte l’apogée des festivités du 50e anniversaire de la concession, la plus vieille du circuit Courteau. Même si la saison a été ponctuée de hauts et de bas au niveau des résultats, ce week-end de février est attendu depuis longtemps dans le vestiaire shawiniganais.

«On était conscient qu’il y aurait une classique depuis le jour 1 de notre saison. On a eu la chance de porter les chandails de toutes les époques pendant la saison. Maintenant, c’est la cerise sur le sundae de pouvoir jouer aux Grandes Estrades de Saint-Tite devant des milliers de spectateurs.»

L’entraîneur des Cataractes ne s’en cache pas, le site du Festival western de Saint-Tite est idéal pour accueillir un tel événement. «De mon expérience de 2015, je retiens les flocons, la belle température et surtout l’ambiance avec les spectateurs qui sont pratiquement sur le banc. Ça donne une bien meilleure ambiance contrairement aux autres matchs extérieurs qui se passent souvent dans un stade de baseball et où les amateurs sont assis beaucoup plus loin de l’action. Il n’y a pas un stade qui pouvait être mieux conçu que les Grandes Estrades de Saint-Tite pour accueillir une partie extérieure», vante-t-il. «On est prêts pour jouer deux matchs excitants. On a des fans exceptionnels à Shawinigan. Ce n’est pas pour rien que nous sommes la plus vieille concession de la ligue», a ajouté Renaud.

Un 16e rang à protéger

Au-delà de la féerie de la Classique hivernale, les Cataractes tenteront de consolider leur 16e position au classement général. Avec 17 matchs à jouer, Shawinigan possède quatre points de priorité sur ses plus proches poursuivants, les Sea Dogs de Saint-John.

Pour maximiser la récolte de points, les Cataractes n’auront pas le choix de laisser la fantaisie de côté. «Le principal détail, c’est d’accepter que c’est l’équipe qui va garder les choses le plus simple qui va avoir les meilleures chances de victoire. Je ne penserais pas voir beaucoup de jeux tic-tac-toe. Il va plutôt falloir être efficaces en sorties de zone, travailler fort en échec avant et maximiser les lancers. L’exécution ne sera pas parfaite. Il faut juste que le niveau de compétitivité soit parfait.»

Manseau de retour

Par ailleurs, l’entraîneur des Cataractes aura droit à une paire de jambes supplémentaire ce week-end alors que Jérémy Manseau est de retour dans le giron de l’équipe. Il y a quelques jours, l’attaquant trifluvien était rentré à la maison pour des raisons personnelles. Le vétéran a repris l’entraînement cette semaine aux Grandes Estrades. «C’est un gars qui joue avec nous depuis un an et demi.»

«On a l’équipe la plus jeune au Canada alors c’est certain que le retour d’un joueur de 20 ans est bienvenu», a indiqué Renaud, qui aura sous la main tous ses joueurs pour les duels à Saint-Tite. «On a promis aux gars que le tout le monde aurait l’occasion de jouer au moins un match.»