Jay O’Brien fut un choix de premier tour des Flyers en juin 2018.

Cataractes: un surdoué américain en renfort?

Trois-Rivières — Les Cataractes sont peut-être sur le point de frapper un coup de circuit. Choisi au repêchage des joueurs américains l’an dernier, Jay O’Brien dort sur la liste des joueurs protégés par l’organisation shawiniganaise depuis parce que le surdoué avait choisi la NCAA. Or, voilà que le premier choix des Flyers de Philadelphie au dernier encan de la LNH a annoncé quitter Providence College, insatisfait de son utilisation.

La nouvelle a fait couler beaucoup d’encre sur les réseaux sociaux depuis 24 heures. O’Brien a démenti la rumeur voulant qu’il ait déjà choisi son nouveau port d’attache à Penticton, dans le junior A de la Colombie-Britannique. C’est une option parmi un bouquet de trois, qui comprend aussi la USHL et la LHJMQ. O’Brien a dit se donner quelques semaines avant de prendre une décision finale.

Évidemment, le directeur-gérant Martin Mondou suit le dossier avec intérêt. «Les premières informations obtenues, c’est qu’il penchait vers le junior A en Colombie-Britannique. On va continuer de creuser, afin d’aller au fond de l’histoire. On peut certainement l’aider à passer au prochain niveau s’il veut venir chez nous», déclare Mondou avec prudence, question de ne pas trop susciter d’espoir chez les fans de l’équipe.

Chose certaine, l’arrivée d’un joueur comme O’Brien pourrait changer radicalement les données au sein de la troupe de Daniel Renaud. Il y a deux ans, le jeune homme natif du Massachussetts a terrorisé les gardiens des high schools américains, avec 80 points dont 43 buts en 37 matchs. Cette spectaculaire production a incité les Flyers à en faire un choix surprise au milieu du premier tour.

Victime de blessures, O’Brien a toutefois été limité à 25 matchs la saison dernière avec Providence, où il n’a enregistré que cinq points. Malgré ces ennuis, O’Brien a quand même été retenu sur l’équipe nationale des États-Unis pour le championnat du monde junior... où il a joué en dépit d’un virus.

«Ce fut une année difficile pour moi mais j’ai appris beaucoup», a expliqué O’Brien au Inquirer Daily News de Philadelphie. «Je pense que j’ai offert du bon hockey et que j’ai progressé mais j’ai ensuite été blessé et ça m’a fait reculer. Je veux maintenant jouer plus de matchs, avoir du plaisir, et revenir sur la bonne route [...] Honnêtement, j’ai été malchanceux. Personne ne souhaite ça mais je n’avais jamais eu à faire face à beaucoup d’adversité auparavant et je pense que ça n’a fait qu’attiser le feu en moi. Le feu était là, mais quand tu passes à travers ce genre d’épreuves, tu réalises à quel point ça te manque de ne pas jouer. Ça va m’aider à être un meilleur joueur.»

Il reste trois années d’éligibilité dans la NCAA à O’Brien, ainsi que trois années aux Flyers pour le mettre sous contrat. S’il choisit la USHL ou la BCHL, O’Brien pourra se joindre à une autre université américaine en 2020-21. Par contre, s’il choisit de se rapporter à Shawinigan, il devra faire une croix définitive sur la NCAA. Comme il a 20 ans, ce seront plutôt les rangs professionnels qui vont l’attendre s’il porte le maillot de la plus vieille franchise de la LHJMQ en 2019-20.