À la lumière du niveau de jeu offert en séries éliminatoires, Martin Mondou et Daniel Renaud se montrent optimistes en vue de la prochaine saison des Cataractes.

Cataractes: tournés vers l’avenir

Shawinigan — Avec la qualité des jeunes joueurs dans le vestiaire et l’opposition offerte aux Huskies de Rouyn-Noranda, meilleure équipe de la Ligue canadienne de hockey, au premier tour des séries éliminatoires, l’avenir s’annonce radieux pour les Cataractes de Shawinigan. C’est du moins le constat qu’ont tracé le directeur général Martin Mondou et l’entraîneur-chef Daniel Renaud, vendredi au Centre Gervais Auto, lors du bilan de fin de saison.

D’entrée de jeu, Mondou admet qu’il s’attendait à une récolte plus fructueuse au classement général. Les Cataractes ont toutefois dû batailler jusqu’au tout dernier match du calendrier pour amasser le 33e point qui leur a permis de mériter la dernière place disponible dans le tableau des séries éliminatoires, tout juste devant les Sea Dogs de Saint-John.

Débarqués dans la grande danse du printemps avec 15 revers d’affilée, les Shawiniganais ont néanmoins causé une surprise en remportant deux matchs face aux puissants Huskies avant de rendre les armes en six matchs.

«C’est en-deçà des objectifs fixés en début d’année, en terme de points. Mais dans la deuxième moitié de saison, on a vraiment mieux joué. On voyait des choses positives. C’est plate qu’on ait terminé sur une séquence de 15 défaites. Ça ne laissait pas grand espoir pour les séries. De ne pas être capables d’acheter cette victoire-là, ça devenait difficile. Mais la bonne nouvelle, c’est que lorsque les séries ont commencé, on a vu des résultats.»

À titre de comparaison, lors du dernier cycle de reconstruction, les Cataractes avaient aussi raté les séries à leur première saison avant de se qualifier au dernier rang pour les séries l’année suivante. C’est lors de la troisième année que les efforts avaient rapporté avec une cinquième place au classement général.

Mondou espère maintenant que son groupe sera en mesure de suivre une tangente similaire, mené par le joyau Mavrik Bourque, auteur de 25 buts à l’âge de 16 ans seulement. «On a acquis énormément d’expérience. Ça laisse présager un très bel avenir. Ce qui est arrivé en séries, c’est le fruit de tout le travail qui a été fait dans l’année. Ç’a amené énormément de positivisme chez nos partisans. Par contre, je ne suis pas certain qu’on avait beaucoup de vétérans pour épauler un groupe de jeunes comme ça...»

L’entraîneur Daniel Renaud se disait également encouragé par la fin de saison de sa bande. «En séries, les joueurs ont eu la plus belle leçon qu’ils pouvaient obtenir. Ça démontre que tout match de hockey se gagne sur la glace, peu importe l’âge, peu importe le talent. Avec l’esprit de corps qu’on a réussi à créer, il n’y a aucun doute qu’on part comme une meilleure formation l’an prochain, dès le mois d’août. On devrait prendre un pas de géant au niveau des résultats.»

Par ailleurs, le DG tenu à louanger son entraîneur pour la façon dont il avait guidé l’équipe à travers les séquences plus difficiles. Alors que certains hommes de hockey auraient pu être tentés de limiter l’utilisation des jeunes joueurs au profit des vétérans pour maximiser les chances de gagner, Renaud s’en est tenu au plan de match initial qui était de faire progresser le jeune noyau de son équipe. «Le mandat était de développer nos jeunes le plus possible, de leur donner énormément de responsabilités. Daniel a fait confiance à nos jeunes. Il n’y a eu aucun moment de panique dans l’année. Tout le monde était en contrôle avec le plan de développement», note Mondou.

Du nouveau autour de Renaud

Tandis qu’il reste encore une année de contrat à Renaud, les ententes avec Steve Larouche et Rémi Royer sont venues à échéance au terme de la saison. Questionné à ce sujet, Mondou a indiqué qu’il allait y avoir du nouveau autour de son entraîneur-chef en 2019-20. «Il va y avoir des changements en lien avec certaines choses précises qu’on veut amener au sein de l’organisation. Présentement on recherche un entraîneur des défenseurs. Pour le reste, il est trop tôt pour voir comment on va modeler tout ça.»