Le dynamique joueur de centre Samuel Asselin a reçu un vote de confiance de son entraîneur.

Cataractes: Samuel Asselin désigné capitaine intérimaire

C'est tout un vote de confiance qu'a reçu Samuel Asselin jeudi dernier, à l'aube du match inaugural des Cataractes. En l'absence du défenseur étoile Samuel Girard, toujours au camp des Predators de Nashville, l'entraîneur Daniel Renaud a confié à son vétéran de 19 ans le titre de capitaine intérimaire.
Un choix tout naturel pour cet attaquant dynamique qui laisse de plus en plus son empreinte dans le vestiaire au Centre Gervais Auto.
Interrogé au terme de la séance d'entraînement de l'équipe mardi, à l'aube de la troisième partie de la saison mercredi contre Sherbrooke, Renaud n'a pas eu de difficulté à expliquer sa décision.
Après avoir observé ses troupiers pendant six semaines, le nouveau pilote a dû se rendre à l'évidence: Asselin était le joueur tout désigné pour succéder au tandem formé de Cavan Fitzgerald et Alexis D'Aoust. En attendant le retour potentiel de Girard, évidemment...
«Asselin prêche par l'exemple, son éthique est irréprochable et il a des qualités de rassembleur», énumère Renaud. «On n'a pas flippé un 25 sous dans les airs pour en arriver là! Samuel est apprécié de tous. Disons que c'est l'ensemble de l'oeuvre.»
Reconnu pour enfiler ses bottes de travail soir après soir, le centre originaire de l'Assomption, dans Lanaudière, est utilisé à toutes les sauces. Si sa première campagne dans la LHJMQ à 17 ans s'est déroulée sans grand éclat en 2015-16, Asselin a trouvé ses repères l'an dernier en récoltant 56 points en 67 rencontres. Seul bémol: il fut blanchi en six matchs des séries, quand le parcours des Cataractes a abruptement pris fin dès le premier tour face aux Foreurs de Val-d'Or.
On s'attend qu'il soit parmi les meneurs offensifs du club pour son année de 19 ans. «J'ai mis l'accent sur ma vitesse d'exécution depuis quelques mois, c'est le principal changement dans mon jeu», croit le principal intéressé. 
«Dans le midget AAA avec Esther-Blondin, j'avais tendance à ralentir le jeu. À moins d'avoir le talent d'un Dmytro Timashov, c'est plus difficile à faire dans le junior majeur. Je me suis donc adapté en conséquence: je dégaine plus rapidement.»
Faire retomber la pression
Le C sur son chandail est encore tout neuf et il ignore combien de temps il le portera, mais Asselin compte bien honorer cet important mandat avec le sérieux qui s'y rattache. Inspiré par les passages de Fitzgerald, D'Aoust et Anthony Beauvillier, Samuel Asselin souhaite reprendre le flambeau et avoir le même effet bienveillant que ces leaders ont eu pour son propre développement.
«J'aime bien prendre la parole dans le vestiaire et si je peux aider les recrues, je le ferai avec plaisir. À mon premier camp ici, j'ai perdu toutes mes mises au jeu contre Beauvillier! Mais il a eu une forte influence sur moi, dans ma préparation et pour forger ma confiance.»
À l'époque, Asselin tentait encore d'oublier sa mauvaise expérience du repêchage des joueurs juniors. Identifié comme l'un des meilleurs espoirs de la cuvée 2014, il avait dû patienter jusqu'en cinquième ronde avant que les Cataractes ne le sélectionnent. Un moment pénible pour l'adolescent qu'il était.
«Ç'a été un choc. Je réalise maintenant que ce n'est qu'un numéro, mais dans le temps, j'ai été secoué. Je suis arrivé au précamp des recrues une semaine plus tard et ça s'est bien passé. La pression était tombée. Aujourd'hui je peux comprendre comment un jeune de 16 ou 17 ans se sent s'il vit une déception. Je suis passé par là.»
Les jeunes joueurs des Cataractes sont donc entre bonnes mains avec un meneur comme Asselin. Surtout si le séjour de Girard à Nashville doit se prolonger. «Égoïstement, on veut tous que Sam soit de retour à Shawinigan, on l'accueillerait à bras ouverts! Mais pour lui, pour sa carrière, on lui souhaite de demeurer avec les Predators.»
Sherbrooke en ville
Les Cataractes viseront une première victoire après deux sorties convaincantes face à des puissances du circuit, mercredi à domicile, quand le Phoenix de Sherbrooke sera en ville. «Si on joue de la même façon que face à Victoriaville et Blainville, ce n'est qu'une question de temps avant que les bons résultats arrivent», conclut Renaud.
Pas de duel fraternel
L'entraîneur confiera le filet des Cataractes à la recrue Lucas Fitzpatrick. Le Néo-Écossais participera ainsi à son premier match de saison régulière dans la LHJMQ, mais tout porte à croire que ce ne sera pas contre son grand frère, Evan. Le Phoenix devrait faire appel à Brendan Cregan. Un rendez-vous raté, en quelque sorte...